Bataille de Besançon (1575)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Besançon.
Bataille de Besançon (1575)
Description de cette image, également commentée ci-après

Vue cavalière de Besançon, peinte par Pierre d'Argent en 1575.

Informations générales
Date 21 juin 1575
Lieu Besançon
Issue Victoire catholique
Belligérants
Catholiques
Citoyens de Besançon
Protestants
Commandants
Claude de La Baume
François de Vergy
Capitaine Paul de Beaujeu
Forces en présence
Environ 300 hommes Entre 120 et 170 hommes
Pertes
? Au moins 35

Guerres de religion

Coordonnées 47° 15′ nord, 6° 01′ est

La bataille de Besançon de 1575 parfois dénommée la surprise de Besançon, est une bataille qui a lieu les 20 et 21 juin 1575 dans la ville de Besançon (Franche-Comté), entre les réformés et les catholiques de la ville. Les huguenots, majoritairement d'anciens Bisontins expulsés pour cause d'hérésie quelques mois ou années auparavant, se sont réfugiés en Suisse ou à Montbéliard, où ils ont levé une armée afin de prendre Besançon et d'en faire un bastion de la Réforme. Plusieurs centaines de soldats marchent alors en direction de la ville, mais des imprévus font qu'une partie de la troupe est bloquée. C'est donc seulement une centaine d'hommes qui s'apprête à donner l'assaut. Après qu'ils ont pénétré dans la cité, une bataille s'engage, dont l'issue est une écrasante victoire catholique. La majorité des protagonistes protestants parviennent cependant à s'enfuir ; les assaillants capturés sont quant à eux pendus avec les Bisontins réputés traîtres. Cet événement a notamment pour conséquence une reprise en main définitive de la région par l'Église catholique, après plusieurs décennies d'expansion protestante.

Contexte[modifier | modifier le code]

À Besançon, la Réforme apparaît de très bonne heure comme en témoignent les exécutions dès 1528 d'un religieux suspecté d'être réformé et d'un certain Lambellin, et l'expulsion de Gauthiot d'Ancier[1]. Toutefois, les idées nouvelles gagnent surtout une large audience à partir de 1538 grâce aux prêches de Guillaume Farel[2], et sans doute de ses confrères Théodore de Bèze et Jean Calvin, bien que leur venue dans la ville soit mise en doute[3].

Malgré les poursuites, les châtiments et même l'adoption d'un édit bannissant les protestants de la ville, l'archevêque Antoine 1er de Vergy a du mal à contenir la propagation des idées protestantes qui se diffusent au travers d'un prosélytisme actif, de rassemblements religieux et occasionnent des attentats iconoclastes[4]. En 1562, le massacre de Wassy voit naître les guerres de religion, véritable guerre civile qui ravage le royaume de France[4]. La cité de Besançon est à cette époque une république indépendante protégée par le Saint-Empire romain germanique. Elle est donc relativement épargnée par le conflit à ses débuts[4]. Toutefois, malgré les restrictions, de nombreux réformés français affluent dans la ville, qui semble devenir majoritairement protestante[4].

À partir de 1571, la situation change brusquement à Besançon, puisque les incidents communautaires deviennent si importants que le parlement municipal en appelle à Philippe II d'Espagne, suzerain très engagé dans la lutte contre l'"hérésie", à savoir ici le protestantisme[4]. Le nouvel archevêque,Claude de La Baume, demande alors que soit expulsé sans ménagement toute personne soupçonnée d'hérésie[5]. Un comptage minutieux des protestants est orchestré par les pouvoirs locaux, qui en conséquence expulsent une cinquantaine de fidèles de la ville et en font fuir de nombreux autres, qui se réfugieront en Suisse ou à Montbéliard[4]. On note par exemple le cas de Charles Mercier, chirurgien dans la ville, chassé dans ce contexte et réfugié à Montbéliard[6]. En 1572, le massacre de la Saint-Barthélemy provoque un regain de violence dans la région[4], et les expulsés, réunis à Montbéliard et Neuchâtel[5], décident de prendre Besançon et d'en faire un bastion protestant à l'est de la France, à l'image de La Rochelle à l'Ouest[4]. La marche sur la cité est amorcée en juin 1575[7],[8].

La bataille[modifier | modifier le code]

Prémices[modifier | modifier le code]

Désireux d'une réelle revanche, les protestants francs-comtois persécutés et expulsés accueillis en Suisse et à Montbéliard organisent la prise de Besançon avec l'appui d'une partie des populations de ces régions[9],[10],[11]. Les effectifs annoncés au départ sont surprenants par leur nombre : 400 soldats à la frontière, 300 Suisses rassemblés par François de Lette, baron d'Aubonne ; 150 hommes de Montbéliard, dont la moitié à cheval ; la promesse d'un renfort venu de Lorraine, ainsi que pas moins de 6 000 hommes qui auraient été fournis par les Allemands après la prise de la ville. Un petit contingent supplémentaire est également espéré grâce à des tractations sur le chemin de la cité[12]. Cependant les habitants de Besançon, persuadés de subir un jour ou l'autre une attaque protestante, étaient sur leurs gardes. L'assaut devait alors être minutieux et ne comporter aucun imprévu[12]. Le plan prévoyait que les protestants de Montbéliard devaient investir le quartier de Battant, pendant que ceux de Neuchâtel passeraient par la porte Notre-Dame[13].

Battant avec en fond, la tour de la Pelote.

Dans la nuit du 20 au 21 juin 1575, deux corps protestants armés en provenance de Montbéliard et de Neuchâtel font route en direction de Besançon. Une partie du groupe de Neuchâtel renonce cependant à la bataille car leur requête de paie supplémentaire n'a pas reçu satisfaction. L'autre partie du groupe est quant à elle arrêtée en amont par les habitants du val de Morteau[12],[5],[11],[14] et doit se replier après un combat acharné[13]. La troupe de Montbéliard parvient seule à la cité avec environ 150 hommes, accompagnée de quelques autres embauchés sur la route[12]. Bien que ne trouvant pas l'autre groupe au point de rendez-vous et l'ayant attendu une partie de la nuit[15], les soldats de cette petite armée sous le commandement du capitaine Paul de Beaujeu[5] décident de mettre le projet à exécution[12]. Arrivés à Palente vers minuit[16], ils se cachent dans la forêt de Chalezeule, pendant qu'un Français protestant s'introduit dans la cité pour établir un plan d'attaque, prétextant rechercher des antiquités[15]. L'introduction des troupes se fait alors par la tour de la Pelote, à l'aide d'une douzaine de petites barques mises bout à bout afin de créer un ponton, permettant ainsi à la troupe de franchir le Doubs[16]. Les assaillants comptent également sur la complicité de bourgeois de la ville pour mener à bien l'opération[17],[15].

L'affrontement[modifier | modifier le code]

Équipés d'échelles, de cordes, d'armes et de munitions, les assaillants parviennent à obtenir les clés de la porte de Battant grâce à un dénommé Le Goux après avoir menacé le notaire Jean Papay. Ils marchent sur le pont Battant, puis envahissent le cœur de la ville pour s'apprêter à l'assaut[5],[18] avec l'aide d'habitants, dont le dénommé Recy et le tapissier Augustin[19]. Ils se saisissent de l'armement situé près de la porte[18], et veulent mettre à sac l'archevêché, les églises, et tuer les prêtres et dirigeants ecclésiastiques[20]. Les protestants se séparent alors en plusieurs groupes : une partie attend à la porte Battant, tandis qu'environ 70 hommes à cheval et à pied rejoignent la place Saint-Quentin (actuelle place Victor-Hugo), en une section qui emprunte la grande rue, et l'autre qui passe par la rue des Granges, les deux parties enrôlant la plupart des habitants sur leur passage[21]. Plusieurs maisons auraient alors été saccagées, telles celles de Madame de Thoraise, de Chavirey et d'autres demeures[19], ainsi que l'hôtel de ville dont l'assaut aurait fait un blessé parmi les catholiques[22].

Arrivés au point de ralliement à l'aube, François de Vergy, comte de Champlitte, parent de Guillaume et membre de la Maison de Vergy, qui avait eu vent de leurs desseins grâce aux multiples alarmes relayées par les habitants[23], s'approche de la troupe, et leur posa cette question : « Amis ou non ? », auquel les insurgés répondirent par un coup de feu et « L'évangile, ville gagnée[15]. » Après plusieurs échanges de coups de feu, les combats se déplacent Grande rue, et les protestants prennent alors largement l'avantage, notamment grâce à deux pièces d'artillerie prises aux portes de la ville et à leur poste dans des maisons[22]. Alors que le combat avait commencé depuis deux heures déjà, un groupe de prêtres et de religieux menés par François de Vergy s'y engagèrent munis de trois canons[22]. La première, puis la deuxième pièce ne fonctionnent pas, ce qui enivre un peu plus les assaillants qui redoublent d'intensité dans leurs tirs, et provoque un doute grandissant dans les rangs catholiques malgré le fait qu'aucun des 300 hommes ne passe dans l'autre camp[22]. C'est alors que le troisième canon, en ultime essai, est pointé contre l'ennemi, et envoie à deux reprises des décharges qui provoquent la panique chez l'adversaire[22]. La lutte tourne court pour les réformés : les canons[4],[17], les armes à feu, les couteaux et tous les objets contondants sont utilisés pour mettre un terme à la « surprise », avec en tête l'archevêque Claude de La Baume qui prend personnellement part aux combats[15],[20]. Bien que surpris par ce revers, les assaillants ripostent vigoureusement, mais le chef protestant est gravement blessé, son cheval ayant été touché par un certain Mairet. Cela provoque le désordre dans les troupes huguenotes et provoque leur fuite[5]. De nombreux Bisontins y contribuent, avec l'artillerie surtout, mais également grâce aux femmes qui, de leurs balcons, jetaient tout ce qui leur passait sous la main[24].

Pris entre deux feux de par la mobilisation des citoyens sur un autre front, notamment depuis des caves, les assaillants encore épargnés par les balles etu les boulets[15] décident de fuir définitivement jusqu'à la porte de Battant, d'où ils étaient venus[25]. Ils trouvent alors la herse descendue, et ne pouvant reprendre les barques pour traverser le Doubs, certains se jettent directement dans la rivière pour la traverser[25] ; un bon nombre se noient[5],[4],[17]. Un registre parle d'un orfèvre originaire de Montbéliard, Guillaume Laboral, qui mourut de cette façon[26]. Les malheureux qui ne se sont pas faits massacrer sur place sont capturés et subiront par la suite l'échafaud ou la potence[27] avec d'autres supplices le jour même ou durant la semaine[28]. Cependant au total, on compte seulement une vingtaine de protestants tués directement au combat, et une quinzaine de noyés[19]. Parmi les victimes, il y a le chroniqueur Jean Bonnet, ainsi que La Suitte, serviteur du marchand Henri Paris[17]. D'après les registres, les traîtres exécutés sont le fils de l'orfèvre Sayye, un horloger, un des fils du notaire Ligier, un dénommé le Corderot, plusieurs autres personnes inconnues ou étrangères[28] ainsi que l'orfèvre Lavorat et le tapissier Augustin[17]. L'abbé de Faverney Antoine d'Achey et une milice de Vesoul furent dépêchés sur place afin de porter secours à la ville, ne sachant pas que la bataille était déjà finie. Le gouverneur des Pays-Bas adressa tout de même ses remerciements à l'abbé pour cet acte jugé honorable[29].

Suites et conséquences[modifier | modifier le code]

L'hôtel de Ville et la place du Huit septembre, où les exécutions des assaillants et des traitres eurent lieu.

Le lendemain matin, une quarantaine de jeunes de la ville issus des classes aisées, soupçonnés d'avoir directement participé ou facilité l'intrusion des protestants, sont exécutés après de longs supplices[5]. D'autres citoyens soupçonnés d'hérésie subissent soit le même sort, soit sont emprisonnés, exilés ou pillés[25]. Afin de faire l'exemple, des potences sont réalisées intramuros et de nombreuses personnes sont pendues publiquement[30] devant l'hôtel de Ville[31]. Parmi eux on note l'exemple du mercier Pierre Nicolas dit Guyon, pendu devant les halles et dont le corps fut élevé en dehors de la ville au signe patibulaire dans le secteur de la Combe Saragosse[30]. Les quelques protestants jugés à la suite des faits sont pendus, décapités, écartelés, ou encore traînés sur la claie[25]. Des témoignages et gravures relatent que certains cadavres étaient découpés et les morceaux exposés aux portes de la ville[30],[25]. Plusieurs messes sont célébrées aux chapitres de Saint-Étienne et de Saint-Jean pour fêter la défaite des huguenots et promouvoir l'église romaine[25].

Claude de La Baume instaure une fête locale, le 21 juin, en mémoire de la victoire des catholiques[5]. Il est promu cardinal en 1578 par le pape Grégoire XIII pour avoir su gagner cette bataille[5] et obtient une pension de 1 000 ducats d'or de la part du roi d'Espagne[32]. Les habitants de Morteau, qui avaient stoppé les troupes de Neuchâtel, furent promus citoyens de Besançon et reçurent d'importantes compensations financières pour les victimes et leurs familles[33]. Enfin, une chanson fut réalisée pour cette victoire[34], et une croix fut élevée sur le pont Battant pour commémorer l'événement[5]. La principauté de Montbéliard, dont les responsabilités sont pointées du doigt et peut de fait aussi subir les conséquences de cet événement, nie publiquement sa participation, et n'accepte aucun réfugié de la bataille[17]. Une partie significative des villes de Suisses adoptent la même position. François de Lette, baron d'Aubonne, est poursuivi et contraint à l'exil[35]. D'ailleurs Paul de Beaujeu, qui se réfugie d'abord à Montbéliard[36], doit aller en Suisse puis reprendre le chemin des batailles en France[17].

Les habitants du quartier de Battant sont depuis appelés les Bousbots ; ce gentilé fait référence à la résistance que les vignerons du quartier ont opposée à la tentative de prise de la ville, bous signifiant pousse et bots crapauds - selon la tradition locale, les protestants auraient, lors de l'affrontement de 1575, planté des crapauds sur des pieux pour effrayer l'adversaire[37]. Par la suite, il fut imposé à la ville d'accueillir une garnison permanente de 600 hommes[38]. Même si on note des offices clandestins et une nouvelle poussée des protestants en 1605, la communauté s'éteint lentement[39]. Dès lors, l'Église catholique romaine reprend ses droits, et la ville redevient un bastion de ce dogme[4]. Durant deux siècles, le protestantisme bisontin est réprimé et son existence effacée. Après le rattachement de Besançon au royaume de France par le traité de Nimègue en 1678, la Révocation de l'édit de Nantes en 1685 voit des scènes d'abjurations forcées de huguenots à l'église Saint-Pierre [4]. Il faut attendre la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen en 1789 pour que les protestants puissent de nouveau vivre à Besançon sans contraintes[4],[40].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Defrasne, Histoire d'une ville, Besançon : le temps retrouvé, Cêtre, 1990, page 28.
  2. Ingar Düring sous la direction d'Anne Raulin, Quand Besançon se donne à lire : essais en anthropologie urbaine, Paris/Montréal, L'Harmattan, 1999, 223 pages, (ISBN 978-2-7384-7665-4), page 55.
  3. Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, Agence centrale de la Société, 1861, pages 9, 10 et 11.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Ingar Düring sous la direction d'Anne Raulin, Quand Besançon se donne à lire : essais en anthropologie urbaine, Paris/Montréal, L'Harmattan, 1999, 223 pages, (ISBN 978-2-7384-7665-4), page 56.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Joseph Fr. Michaud et Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne; ou, Histoire, par ordre alphabétique, Michaud frères, 1811, page 568.
  6. Emile Haag, La France protestante, 1846, page 367.
  7. La chronologie de Besançon sur Racinescomtoises.net (consulté le 15 novembre 2011).
  8. La chronologie de Besançon sur Cancoillotte.net (consulté le 15 novembre 2011).
  9. Célestin Fleury-Bergier, Franc-comtois et Suisses, Impr. et Lithogr. de J. Jacquin, 1869 - 248 pages, page 108.
  10. Célestin Fleury-Bergier, Franc-comtois et Suisses, Impr. et Lithogr. de J. Jacquin, 1869 - 248 pages, page 110.
  11. a et b Johannes von Müller, Robert Glutz-Blotzheim, Johann Jakob Hottinger, Louis Vulliemin, Charles Monnard, Histoire de la Confédération suisse, Volume 12, T. Ballimou, 1841, page 134.
  12. a, b, c, d et e Célestin Fleury-Bergier, Franc-comtois et Suisses, Impr. et Lithogr. de J. Jacquin, 1869 - 248 pages, page 111.
  13. a et b Nicolas François Louis Besson, Annales Franc-Comtoises, Volume 7, 1867, page 14.
  14. A. Laurens, Annuaire statistique et historique ou département Du Doubs pour l'année 1837, Sainte-Agathe, l'aîne, 1837, page 507.
  15. a, b, c, d, e et f Johannes von Müller, Robert Glutz-Blotzheim, Johann Jakob Hottinger, Louis Vulliemin, Charles Monnard, Histoire de la Confédération suisse, Volume 12, T. Ballimou, 1841, page 135.
  16. a et b La Crise huguenote à Besançon au XVIe siècle, pages 258 à 263.
  17. a, b, c, d, e, f et g Emile Haag, La France protestante ou vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l'histoire [...], Cherbuliez, 1847, page 91.
  18. a et b Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, page 329.
  19. a, b et c Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, page 331.
  20. a et b Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, page 330.
  21. Eugène Rougebief, Histoire de la Franche-Comté ancienne et moderne : précédée d'une description de cette province, C. Stèvenard, Bibliothèque cant. et univ. de Lausanne, 1851, 695 pages, page 467.
  22. a, b, c, d et e La Crise huguenote à Besançon au XVIe siècle, pages 263 à 267.
  23. Alex Guenard, Besançon : description historique des monuments et établissements publics de cette ville, Baudin, 1860, 354 pages, page 17.
  24. Jean-Louis Clade, Si la Comté m'était contée, Editions Cabedita, 2001, 189 pages, (ISBN 2882953313), page 80.
  25. a, b, c, d, e et f Eugène Rougebief, Histoire de la Franche-Comté ancienne et moderne: précédée d'une description de cette province, C. Stèvenard, Bibliothèque cant. et univ. de Lausanne, 1851, 695 pages, page 468.
  26. Solange Brault-Lerch, Orfèvres de La Franche-Comté et de la principauté de Montbéliard du Moyen Age au XIXe siècle, Librairie Droz, 1976, 1079 pages, (ISBN 2600042970), page 276.
  27. Célestin Fleury-Bergier, Franc-comtois et Suisses, Impr. et Lithogr. de J. Jacquin, 1869 - 248 pages, page 113.
  28. a et b Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, page 332.
  29. Joseph Morey, Notice historique sur Faverney et son double pèlerinage, par l'abbé J. Morey, impr. de J. Jacquin, 1878, 188 pages, page 47.
  30. a, b et c Claire Stoulig, De Vesontio à Besançon, CHAMAN Edition, 2007, 164 pages, (ISBN 297004353X), page 139.
  31. Brigitte Rochelandet, Les mystères de Besançon: énigmes et découvertes, Editions Cabedita, 2002, 112 pages, (ISBN 2882953631), page 68.
  32. Auguste Castan, La rivalité des familles de Rye et de Granvelle au sujet de l'archevêché de Besançon, 1544-1586, Dodivers, 1891, Université de Princeton, 119 pages, page 112.
  33. Nicolas François Louis Besson, Annales Franc-Comtoises, Volume 7, 1867, page 15.
  34. Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté, Volume 1, 1838, pages 332 à 336.
  35. Célestin Fleury-Bergier, Franc-comtois et Suisses, Impr. et Lithogr. de J. Jacquin, 1869 - 248 pages, page 117.
  36. L. Suchaux, La Haute-Saône: dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, A. Suchaux, 1866, 13 pages, page 26.
  37. Jean Defrasne, Battant : Au pays des Bousbots, Yens-sur-Morge, Cabédita, coll. « Archives vivantes », , 136 p. (ISBN 2-88295-264-3).
  38. Arnold Preneel, Hommes d'armes et gens de guerre, du Moyen Âge au XVIIe siècle : Franche-Comté de Bourgogne et comté de Montbéliard, Presses Univ. Franche-Comté, 2007, 214 pages, (ISBN 2848671807), page 77.
  39. La Crise huguenote à Besançon au XVIe siècle, pages 287 à 299.
  40. « Église réformée de Besançon » sur Recherche-archives.doubs.fr (consulté le 15 novembre 2011).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : sources utilisées pour la rédaction de cet article (ne sont présents ici que les ouvrages utilisés de manière récurrente, cités au moins trois fois en référence).

  • Constant Tournier, La Crise huguenote à Besançon au XVIe siècle, Jacquin, , 363 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon, Mémoires et documents inédits pour servir à l'histoire de la Franche-Comté (Volume 1), Document utilisé pour la rédaction de l’article
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 décembre 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.