Bataille d'Erzurum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La bataille d'Erzurum se déroula en 1916 au cours de la campagne du Caucase. Elle opposa l'armée turque aux troupes russes et se termina par un succès de ces dernières.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Campagne du Caucase (1914-1916)
Étendards ottomans capturés par l'armée russe à Erzurum

La victoire remportées sur le corps expéditionnaire franco-britannique à la Bataille des Dardanelles permettait un redéploiement de l'armée ottomane face aux forces russes sur la frontière orientale, dans la région entre le lac de Van et la mer Noire. Mais avant que ces troupes eussent pris position, le grand-duc Nicolas, commandant en chef de l'armée russe du Caucase (en), devança leur offensive en frappant le premier avec les troupes du général Nikolaï Ioudenitch.

Développement des opérations[modifier | modifier le code]

La bataille débuta le 10 janvier 1916. L'armée russe, avançant vers l'ouest, s'empara, le 17 janvier 1916, de la petite ville de Köprüköy ; et pendant que la 3e armée du général Abdülkerim Pacha battait rapidement en retraite, les Russes pressèrent l'allure et s'emparèrent d'Erzurum, ville stratégique et capitale du vilayet d'Erzurum, entre le 12 et le 16 février 1916.

Bilan et conséquences[modifier | modifier le code]

L'armée ottomane eut de très lourdes pertes (10 000 morts et blessés confondus ainsi que 5 000 prisonniers) comparées à celles des Russes (1 000 morts et 4 000 blessés).

À la mi-février, la victoire de l'armée russe lui permit de contrôler ainsi un territoire stratégique. En outre, une colonne russe se dirigea vers le nord et atteignit la mer Noire où, avec l'appui de la flotte russe, elle s'empara du port de Trébizonde à l'issue de la campagne de Trébizonde (en) (5 février-15 avril 1916). L'armée russe tenait la plus grande partie du territoire des six vilayets.

Cependant, à partir de 1917, la révolution russe entraîna la dislocation de l'armée russe du Caucase (en), ce qui permit à l'Empire ottoman de reprendre le territoire perdu. La Russie y renonça en 1918 par le traité de Brest-Litovsk.

Liens externes[modifier | modifier le code]