Bataille d'Arachova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Arachova
Arahova.jpg
Informations générales
Date 18 au
Lieu Près d'Aráchova (Béotie)
Issue Victoire grecque
Belligérants
Empire ottoman Empire ottoman Greek Revolution flag.svg Révolutionnaires grecs
Commandants
• Mustafa Bey Yeóryios Karaïskákis
Forces en présence
Environ 2 000 hommes Non connu
Pertes
Destruction totale
Guerre d'indépendance grecque
Batailles
Alamana - Gravia - Valtetsi - Doliana - Drăgăşani - Tripolizza - Péta - Chios - Dervénakia - Psara - Sphactérie - Missolonghi - Arachova - Phalère - Navarin
Cette boîte : voir • disc. • mod.

La bataille d’Arachova fut livrée du 18 au (julien) pendant la guerre d'indépendance grecque.

Contexte[modifier | modifier le code]

Vue d'Arachova.

Après la chute de Missolonghi en avril 1826, les troupes ottomanes du général Kioutachis avaient reconquis la majeure partie de la Grèce continentale et mis le siège à l'Acropole d'Athènes en juillet ; les tentatives grecques de dégagement furent repoussées au cours de l'été. La garnison de la forteresse ayant cependant pu être renforcée en octobre, elle ne risquait plus d'être rapidement prise ; des tentatives de lever ce siège en coupant les lignes de ravitaillement ottomanes furent alors tentées par les Grecs.

Yeóryios Karaïskákis quitta donc l'Attique en octobre et se dirigea vers la Béotie. Il envoya 500 hommes occuper les passes situées entre la plaine de Béotie et celle d'Amphissa, sur le golfe de Corinthe.

Bataille[modifier | modifier le code]

Tour de crânes élevée par Karaiskakis après la bataille.

Alors que cette troupe venait d'occuper le village d'Aráchova, au pied du Parnasse, près de Delphes, elle fut attaquée par une armée ottomane d'Albanais, forte de 1500[1] hommes, menée par Mustafa Bey, qui venait de défaire d'autres troupes grecques à Atalanti sur la côte nord de la Béotie et qui se repliait vers le sud-ouest en direction de Salona.

Les Ottomans tentèrent de prendre le village d'assaut avant que le gros des troupes grecques basé à Distomo puisse intervenir, mais ils furent repoussés. Karaïskakis occupa alors les accès à la vallée, prenant au piège l'armée ottomane prise entre deux feux. Une armée de secours ottomane fut repoussée à Davlia.

Après une semaine de combats, les troupes ottomanes proposèrent une capitulation, mais Karaïskakis ayant exigé une reddition sans conditions, les Ottomans tentèrent de fuir en traversant le Parnasse enneigé, et furent alors massacrés pour la plupart.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La victoire d'Arachova fut un des rares succès grecs de cette période après les échecs subis contre Ibrahim Pacha en Morée, à Missolonghi et en Attique, et permit à Karaïskakis de jouer un rôle de premier plan dans la suite des évènements.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gordon, History of the Greek Revolution

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) An Index of events in the military history of the greek nation., Hellenic Army General Staff, Army History Directorate, Athènes, 1998. (ISBN 960-7897-27-7)