Bataille d'Okehazama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bataille d'Okehazama
Description de cette image, également commentée ci-après
Tombe d'Imagawa Yoshimoto à Nagoya, près du site de la bataille.
Informations générales
Date Mai-juin 1560
Lieu Dengaku-hazama, province d'Owari
Issue Victoire décisive pour le clan Oda, Imagawa est tué au combat
Belligérants
Forces d'Imagawa YoshimotoForces d'Oda Nobunaga
Commandants
Imagawa Yoshimoto
Asahina Yasutomo
Okabe Motonobu
Matsudaira Motoyasu
Ii Naomori
Honda Tadakatsu
Hattori Hanzō
Oda Nobunaga
Shibata Katsuie
Hattori Kazutada
Mōri Yoshikatsu
Kinoshita Tōkichirō
Maeda Toshiie
Forces en présence
Nombreux participants : environ 20 000[1] 25 000[2] ou 45 000[3]
Environ 5 000 engagés dans l'assaut d'Oda
Environ 2 500
Coordonnées 35° 03′ 36″ nord, 136° 58′ 51″ est

La bataille d'Okehazama est le premier fait d'armes spectaculaire d'Oda Nobunaga, alors seigneur d'un petit domaine dans la province d'Owari, sans valeur stratégique. Cette bataille, en mai ou juin 1560, devait révéler les talents stratégiques et l'esprit d'audace et d'initiative que le futur maître du Japon allait utiliser dans ses campagnes.

Avant la bataille[modifier | modifier le code]

Au mois de mai (vers le 12) 1560, le seigneur de guerre Imagawa Yoshimoto marche vers Kyoto et souhaite soumettre sur sa route la faible province d'Owari détenue par le seigneur Oda Nobunaga.

Celui-ci est averti de l'avancée de l'armée des Imagawa au soir du 18 mai 1560. Après un rapide conseil de guerre, il prit seul la décision d'affronter les Imagawa au grand dam de ses conseillers tel que Hayashi Hidesada qui souhaitaient une soumission du clan, ce à quoi se refusait Nobunaga. Rester sur la défensive était inutile, l'armée des Imagawa était bien trop importante et les forts d'Owari (Warune, Mashizu) tombaient les uns après les autres[4]. Dès le lendemain à l'aube, Nobunaga jouait sa pièce de favorite Atsumori, afin de se préparer à la bataille et à sa propre destruction. Le seigneur d'Owari ne comptait que 3 000 guerriers face aux 30 000 ashigaru et samouraïs de l'armée des Imagawa, les chances étaient minces, et faible l'esprit de corps. Nobunaga s'arrêta en chemin au Atsuta-jingū (temple shinto) afin d'effectuer une prière. Il est dit aussi qu'il aurait apporté la bonne fortune en jetant en l'air des pièces qui seraient toutes tombées du côté face. Mais rien historiquement n'étaye ces faits[5].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Arrêté à Okehazama et plus précisément à Dengaku-hazama, l'armée des Imagawa avait cessé son avancée pour se reposer à cause d'une chaleur écrasante. La majeure partie des 30 000 hommes était très avancée par rapport à son campement initial.

Le but était de tuer Yoshimoto afin que ses troupes abandonnent la lutte.

En début d'après-midi, un orage providentiel éclate. Les nuages et la forte pluie donnèrent la possibilité à Oda Nobunaga de contourner l'armée sans être vu par les éclaireurs adverses. Approchant de leur base arrière, il donna la charge avec sa cavalerie, à la recherche de Yoshimoto. La surprise fut totale, les hommes étaient regroupés sous les arbres à l'abri de la pluie, une bonne partie de leurs armes dans la boue. L'armée de Nobunaga massacra rapidement les troupes Imagawa. Intrigué par le vacarme, Yoshimoto crut à une rixe entre ses soldats, une fête ayant lieu dans son campement. Sortant sans armure, il fut rapidement tué. La rapidité avec laquelle Yoshimoto fut débusqué et tué est due à la présence de son palanquin dont il ne se séparait jamais[6]. Yoshimoto mort, son armée se dispersa rapidement et plus de 3 000 de ses hommes furent décapités durant cette débandade[7].

Cette victoire du 19 mai ou [8] permit à Oda Nobunaga d'agrandir d'un coup son domaine et de commencer sa course au pouvoir. Cette bataille par son aspect téméraire et audacieux est restée très connue au Japon. De nombreux contes et pièces de théâtre ont raconté cet exploit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kōyō gunkan.
  2. Recherche de l'état-major de l'armée impériale japonaise.
  3. Shinchō kōki.
  4. Les Paterson, Oda Nobunaga: The Battle of Okehazama, , 144 p. (ISBN 978-0979039744), p. 60.
  5. Les Paterson, Oda Nobunaga: The Battle of Okehazama, p. 66.
  6. Owada, Okehazama no tatakai, p. 197.
  7. Owada, Okehazama no tatakai, p. 216.
  8. (en) John Stewart Bowman, Columbia Chronologies of Asian History and Culture, Columbia University Press, , p. 138.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]