Bataille d'Arawe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille d'Arawe
Soldats américains débarquant à Arawe.
Soldats américains débarquant à Arawe.
Informations générales
Date -
Lieu Arawe, Nouvelle-Bretagne, Papouasie-Nouvelle-Guinée
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Commandants
Drapeau des États-Unis Julian Cunningham Drapeau : Japon Masamitsu Komori
Forces en présence
Drapeau des États-Unis 4 750 hommes Drapeau : Japon 1 000 hommes
Pertes
Drapeau des États-Unis 118 morts,
352 blessés
4 disparus
Drapeau : Japon au moins 300 morts,
3 prisonniers
Seconde Guerre mondiale,
Guerre du Pacifique,
Campagne de Nouvelle-Guinée
Batailles
Campagne de Nouvelle-Bretagne
Arawe · Cape Gloucester · Talasea · Gasmata · Baie de Wide · Baie de Jacquinot · Baie d'Open


Coordonnées 6° 10′ S 149° 01′ E / -6.16666667, 149.016666676° 10′ Sud 149° 01′ Est / -6.16666667, 149.01666667

La bataille d'Arawe fut livrée du 15 décembre 1943 au 24 février 1944 lors de la campagne de Nouvelle-Bretagne sur le théâtre du Pacifique durant de la campagne de Nouvelle-Guinée dans la région d'Arawe aussi connue sous le nom de Cape Merkus.

Faisant partie de l'opération Cartwheel, les objectifs initiaux lors de cette opération visaient principalement à établir une base maritime afin qu'elle puisse être utilisable par les PT boats mais également à divertir d'éventuels renforts japonais sur Cape Gloucester à une centaine de kilomètres à l'ouest où les Marines devaient débarquer une semaine plus tard et sécuriser ses aérodromes qui constituaient l'objectif principal des forces alliées dans le Pacifique à la fin décembre 1943. Les Américains débarquèrent le 15 décembre et établirent rapidement une tête de pont mais les avions et soldats japonais contre-attaquèrent. Après plusieurs échecs, les Américains après avoir obtenu des renforts en infanterie et en blindés parvinrent à la mi-janvier 1944 à repousser les Japonais de leurs positions. À la fin février 1944, les unités japonaises se retirent d'Arawe dans le cadre de la retraite générale de Nouvelle-Bretagne.

Arawe
Arawe
Voir l’image vierge
Arawe

Le débarquement[modifier | modifier le code]

Carte des opérations de débarquement sur Arawe le 15 décembre 1943

Le 112ème régiment de cavalerie entama son assaut amphibie sur Arawe le 15 décembre 1943, le lendemain d'un important raid aérien allié préparatif à l'invasion de la zone qui n'était défendue au début de l'invasion que par deux compagnies japonaises, soit environ 400 hommes. Trois sites de débarquement furent sélectionnés: le principal dans la péninsule d'Arawe sur House Fireman Beach, et deux autres de plus petite envergure sur Umtingalu à environ 2 kilomètres à l'ouest et sur la petite île de Pilelo à environ un kilomètre au sud où les Américains escomptaient trouver une station radio japonaise.

Le débarquement sur Umtingalu fut repoussé, les troupes américaines ayant vu 12 de leurs 15 canots pneumatiques, sur lesquels elles naviguaient, coulés avant d'avoir pu atteindre la plage suite à des tirs de fusils ou de mitrailleuses nippones depuis la plage. Un destroyer américain à proximité, l'USS Shaw, tira deux salves sur ces positions une vingtaine de minutes après le début de l'attaque permettant aux hommes en mer d'être secourus. 12 américains furent tués, 4 disparus et 17 blessés au cours de cet échec.

L'assaut sur Pilelo se fit également au moyen de canots pneumatiques mais se révéla être un succès. Après avoir mené des missions de reconnaissance, il apparut que l'île n'abritait pas de station radio et qu'il ne s'y trouvait qu'une poignée de défenseurs japonais regroupés dans deux caves près du village de Winguru au nord-ouest de l'île. Ces positions furent attaquées et rapidement neutralisées à l'aide de lance-flammes et de bazookas, un Américain et 7 Japonais furent tués au cours de ces combats. Un petit groupe d'Australiens qui ont débarqué avec les Américains s'attelèrent à l'établissement d'une station radar sur Pilelo qui fut fonctionnelle dès 2 jours plus tard.

Le principal débarquement sur House Fireman Beach se fit lui au moyen de LVT mais commença deux heures après le début des deux autres assauts en raison de forts courants marins. Après que les zones proches de la plage aient été bombardées par B-25, l'attaque amphibie débuta sous le feu de mitrailleuses japonaises qui furent cependant rapidement neutralisées par des roquettes tirées depuis deux DUKW et un chasseur de sous-marin. Une fois à terre, les soldats américains ne rencontrèrent durant la journée que des éléments japonais dispersés. A la fin de la journée du 15 décembre 1943, plus de 1 600 GI's ont pris pied sur les rivages et un périmètre de défense y est établi. La première vague d'infanterie l'US Army sur Arawe fut dans la matinée, ainsi que les navires de l'US Navy au large dans la journée, les cibles de raids d'une soixantaine d'appareils de l'aviation nippone durant la journée qui ne leur causèrent que peu de dommages, deux Zéro nippons furent cependant détruits par des P-38.

La suite des opérations[modifier | modifier le code]

Plus de 150 avions japonais participèrent à diverses attaques aériennes le 16 décembre 1943, le lendemain du débarquement, et parvinrent à couler un navire de transport et endommagèrent un chasseur de sous-marin et un dragueur de mines américains. Plus de 42 hommes à bord de ces navires furent tués ou sérieusement blessés. D'autres attaques eurent lieu jusqu'au 31 décembre 1943 mais furent efficacement repoussées par des unités de défenses anti-aériennes que les Américains avaient établies dans la zone. Trois compagnies supplémentaire d'un bataillon du 158ème régiment d'infanterie, les célèbres Bushmasters, spécialisés dans les combats de jungle durant la Seconde Guerre mondiale arrivent en renfort fin décembre 1942 et début janvier 1943.

Char de l'USMC à l'attaque le 16 janvier 1944

Des renforts japonais terrestres arrivèrent à parti de l'ouest dans la zone et menèrent diverses actions d'infiltration à travers les lignes de défenses américaines durant le mois de décembre 1943, bien qu'ils soient parvenus à contraindre l'infanterie américaine à abandonner ses positions, ils en furent par la suite repoussés à chaque fois.

Le 1er janvier 1944, une patrouille de l'US Army réussit à localiser la principale concentration de troupes nippones autour d'Arawe dont ils essayèrent sans succès de prendre possession le même jour. D'autres infructueuses tentatives eurent lieu le 6, le 7 et le 11 janvier 1944, sans support d'artillerie afin de prendre par surprise les défenseurs impériaux retranchés dans leurs positions solidement établies. C'est à l'occasion de ces assauts que les Américains eurent leurs plus lourdes pertes sur Arawe, perdant 65 hommes au combat, 75 blessés et 15 disparus.

Après avoir reçus en renfort un bataillon de chars de la 1re division des Marines, et cette fois appuyé par un bombardement aérien préalable mené par un escadron de B-24 et une vingtaine de B-25 Mitchell et par un puissant barrage d'artillerie et de mortiers, 2 compagnies du 158ème régiment d'infanterie et une compagnie du 112ème régiment de cavalerie lancent un assaut décisif le 16 janvier 1944 et réussirent dans la journée à prendre possession des positions des Japonais qui souffraient alors d'un manque croissant de ravitaillement. Les pertes durant cette journée furent de 22 Américains tués et 66 blessés, et un nombre estimé à environ 140 soldats japonais y perdirent la vie. Les soldats nippons survivants entamèrent une marche de repli vers le nord-est dans une tentative de rejoindre leur base principale à Rabaul.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Un camion de l'US Army près de la base d'Arawe

Une compagnie du génie militaire américain établit hâtivement un aérodrome avec une piste de décollage en janvier 1944 près de House Fireman Beach, qui fut par la suite amélioré. Un hôpital pouvant accueillir 120 patients y fut également construit en avril 1944, ainsi que diverses petites infrastructures portuaires et des routes. Une base de PT boats fut par ailleurs établie sur l'île de Pilelo, en plus de la station radar australienne.

Il n'y a pas de consensus parmi les historiens si la campagne même de Nouvelle-Bretagne était nécessaire d'un point de vue stratégique, et que même si elle l'était, les actions militaires sur Arawe étaient facultatives et les hommes et le matériel qui y ont été déployés auraient pu être mieux utilisés ailleurs. Quoi qu'il en soit le débarquement sur Cape Gloucester le 26 décembre 1943 fut un succès, les Marines prirent possession de ses aérodromes dès le 29 décembre et les Japonais furent, au cours des 4 mois de combats marqués par de très difficiles conditions climatiques, chassés de l'ouest de la Nouvelle-Bretagne.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • John, Jr. Miller, « CARTWHEEL: The Reduction of Rabaul », United States Army in World War II: The War in the Pacific, Office of the Chief of Military History, United States Department of the Army, Washington, D.C,‎ (OCLC 569056928)
  • Frank O., and John A. Crown Hough, « The Campaign on New Britain », USMC Historical Monograph, Historical Division, Division of Public Information, Headquarters U.S. Marine Corps,‎
  • Henry I. Shaw, Douglas T. Kane, « Volume II: Isolation of Rabaul », History of U.S. Marine Corps Operations in World War II, Historical Branch, G-3 Division, Headquarters, U.S. Marine Corps, Washington, D.C.,‎ (OCLC 568751111)
  • (en) Daniel E. Barbey, MacArthur's Amphibious Navy: Seventh Amphibious Force Operations 1943–1945, Annapolis, Maryland, United States Naval Institute,‎ (OCLC 566359642)
  • (en) Robert W. Coakley, American Military History, Washington, D.C., Online, coll. « Army Historical Series »,‎ (OCLC 706013347, lire en ligne), « World War II: The War Against Japan »
  • (en) Edward J. Drea, MacArthur's Ultra: Codebreaking and the War against Japan, 1942–1945, Lawrence, Kansas, University of Kansas Press,‎ (ISBN 0-7006-0576-2)
  • (en) Eric Augustus Feldt, The Coastwatchers, Melbourne, Penguin Books,‎ (1re éd. 1946) (ISBN 0-14-014926-0)
  • (en) G. Hermon Gill, Royal Australian Navy 1942–1945, Canberra, Australian Capital Territory, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–1945. Series 2 – Navy »,‎ (OCLC 65475, lire en ligne)
  • (en) Ikuhiko Hata, Yasuho Izawa, Christopher Shores, Japanese Naval Air Force Fighter Units and Their Aces 1932–1945, London, Grub Street,‎ (ISBN 978-1-906502-84-3)
  • (en) Kevin C. Holzimmer, General Walter Krueger. Unsung Hero of the Pacific War, Lawrence, Kansas, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ (ISBN 978-0-7006-1500-1)
  • (en) Gavin Long, The Final Campaigns, Canberra, Australian Capital Territory, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–1945. Series 1 – Army »,‎ (OCLC 570202673, lire en ligne)
  • (en) Samuel Eliot Morison, Breaking the Bismarcks Barrier, Champaign, Illinois, University of Illinois Press, coll. « History of United States Naval Operations in World War II »,‎ (1re éd. 1958) (ISBN 0-252-06997-8)
  • (en) Bernhardt L. Mortensen, Vol. IV, The Pacific: Guadalcanal to Saipan, August 1942 to July 1944, Washington, D.C., Office of Air Force History, coll. « The Army Air Forces in World War II »,‎ (ISBN 0-912799-03-X, lire en ligne), « Rabaul and Cape Gloucester »
  • (en) George Odgers, Air War Against Japan 1943–1945, Canberra, Australian Capital Territory, Australian War Memorial, coll. « Australia in the War of 1939–1945. Series 3 – Air »,‎ (OCLC 569568982, lire en ligne)
  • (en) Office of the Chief Engineer, General Headquarters, Army Forces, Pacific, Airfield and Base Development, Washington, D.C., US Government Print. Office, coll. « Engineers of the Southwest Pacific 1941–1945; v. 6 »,‎ (OCLC 220327037)
  • James Scott Powell, « Learning Under Fire: A Combat Unit in the Southwest Pacific », PhD Dissertation, Texas A&M University, College Station, Texas,‎ (OCLC 86115462)
  • (en) Gordon Rottman, World War II Pacific Island Guide. A Geo-Military Study, Westport, Connecticut, Greenwood Publishing Group,‎ (ISBN 0-313-31395-4)
  • (en) Gordon Rottman, US Special Warfare Units in the Pacific Theatre 1941–45, Oxford, Osprey Publishing, coll. « Battle Orders »,‎ 2005a (ISBN 1-84176-707-7)
  • (en) Gordon L. Rottman, Japanese Army in World War II : Conquest of the Pacific 1941–42, Oxford, Osprey Publishing,‎ 2005b (ISBN 1-84176-789-1)
  • (en) Gordon L. Rottman, World War II US Cavalry Units. Pacific Theater, Oxford, Ospery Publishing,‎ (ISBN 978-1-84603-451-0)
  • Henry I. Shaw, Douglas T. Kane, « Volume II: Isolation of Rabaul », History of U.S. Marine Corps Operations in World War II, Historical Branch, G-3 Division, Headquarters, U.S. Marine Corps, Washington, D.C.,‎ (OCLC 568751111)
  • (en) Charles A. (editor in chief) Willoughby, Japanese Operations in the Southwest Pacific Area Volume II – Part I, Washington, D.C., United States Army Center of Military History, coll. « Reports of General MacArthur »,‎ (OCLC 187072014, lire en ligne)