Bassel al-Assad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bassel al-Assad
Image dans Infobox.
Bassel al-Assad.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 31 ans)
DamasVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
باسل الأسدVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
The Golden KnightVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Religion
Parti politique
Parti Baas syrien (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Société syrienne de l'informatique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Arme
Grade militaire

Bassel al-Assad (arabe: باسل الأسد Basīl al-Asad), né le à Damas et mort le dans la même ville dans un accident de voiture, est le fils ainé de l'ancien président syrien, Hafez el-Assad.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès son enfance, Bassel al-Assad est élevé dans le but d'être un jour l'héritier de son père, Hafez el-Assad, à la présidence de la République syrienne.

Tout en étant chef de la garde présidentielle, il mène dans le pays un programme officiel de lutte contre la corruption interne au régime. Il apparaît régulièrement dans des réceptions officielles en uniforme militaire, pour signaler l'engagement de l'État aux côtés des forces armées.

En 1994, Bassel, qui a la réputation d'être un amateur de drogue et de vitesse[réf. nécessaire], meurt dans un accident au volant de sa voiture, près de l'aéroport international de Damas ; la cause de l'accident serait une vitesse trop élevée.

Il est enterré dans un mausolée à Qardaha, aux côtés de son père, dans la ville natale de ce dernier, berceau de la famille El-Assad.

Hafez al-Assad choisit alors de faire de son autre fils, Bachar, son héritier. Celui-ci, étudiant en médecine, fait à l'époque sa spécialité à Londres en ophtalmologie. Tenu éloigné jusque-là de l'exercice du pouvoir, il ne dispose alors pas d'expérience politique.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le culte de la personnalité de Bassel, organisé par le régime baassiste, n'a pas cessé à sa mort. Les médias syriens l'ont alors surnommé « Bassel le martyr » (en arabe: باسل الشهيد, Bāsil aš-Šahīd) et de nombreuses places et rues portent aujourd'hui son nom. Bassel dispose également de statues à son effigie dans de nombreuses villes syriennes, et il est souvent représenté dans des affiches publiques aux côtés de son père et de son frère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]