Bassel Khartabil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article est orphelin. Moins de trois articles lui sont liés (août 2013).

Aidez à ajouter des liens en plaçant le code [[Bassel Khartabil]] dans les articles relatifs au sujet.

Bassel Khartabil
باسل خرطبيل
Description de l'image Bassel_Khartabil_(Safadi).jpg.
Nom de naissance Bassel Khartabil
Naissance (35 ans)
Damas
Nationalité Syrien
Pays de résidence

Damas, Syrie,

Actuellement emprisonné dans un lieu inconnu
Activité principale

Bassel Khartabil (en arabe : باسل خرطبيل) aussi connu sous le nom de Bassel Safadi (en arabe : باسل صفدي), né le , est un développeur open-source palestinien syrien. Depuis le 15 mars 2012, le premier anniversaire de la révolution en Syrie, il est détenu par le gouvernement syrien à Damas dans la prison d'Adra[1].

Le 3 Octobre 2015, Bassel Khartabil a été déplacé de la prison d’Adra vers une destination inconnue, probablement pour être jugé par une cour militaire. [2],[3]

Le 21 Octobre 2015, est lancé, en l’honneur de Bassel Khartabil, le projet #NEWPALMYRA; une plateforme en ligne rassemblant informations, données numériques et modélisations 3D visant à la reconstruction virtuelle de la cité antique de Palmyre.

Le 22 Octobre 2015, le MIT Media Lab offre à Bassel Khartabil un poste de chercheur. [2]

Le 9 Novembre 2015, après 5 jours de booksprint, le livre The Cost of Freedom: A Collective Inquiry est publié en ligne.[3] Cet essai dédié à Bassel Khartabil rassemble les contributions de 44 auteurs.

Le 11 Novembre 2015, des rumeurs ont laissé entendre que Bassel Khartabil aurait été secrètement condamné à mort. [4]

Biographie[modifier | modifier le code]

Khartabil est né et a grandi en Syrie, où il se spécialise dans le développement de logiciel open-source. Il a été directeur de la technologie (CTO, pour Chief Technology Officer en anglais) et cofondateur de l'entreprise de recherche collaborative Aiki Lab[4] et CTO de Al-Aous[5] un institut syrien de recherche archéologique et artistique. Il a été chef d'équipe pour les Creative Commons syriens et a contribué à Mozilla Firefox, Wikipédia, The Open Clip Art Library, et Fabricatorz[6].

Détention[modifier | modifier le code]

Le 15 mars 2012, Bassel Khartabil a été arrêté lors d’une vague d’arrestations opérées par la Branche 215 de la Sécurité Militaire dans le quartier de Mazzeh à Damas. Le 15 mars marquait alors le premier anniversaire du soulèvement syrien, avec des manifestations pour et contre le gouvernement organisées à Damas et à travers le pays. Khartabil  a ensuite été interrogé et torturé pendant cinq jours par des membres de la Section 215 de la Sécurité Militaire.

Le 9 décembre 2012, Khartabil a été présenté devant un Procureur Militaire sans la présence d’un avocat. Il a ensuite été transféré à la prison d’Adra à Damas.

Le 21 avril, 2015, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire (GTDA) a adopté un avis sur le cas de Bassel Khartabil, qualifiant sa détention d’ « arbitraire » et demandant sa libération immédiate. 

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « "#FREEBASSEL: a campaign to free Bassel Khartabil from Syrian jail" », Al Bawaba,‎ (lire en ligne)
  2. [1]
  3. « "Bassel Khartabil, prisonnier syrien qui vit et risque de mourir pour Internet" », Slate.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Aiki Lab
  5. Al-Aous
  6. (en) « CAMPAIGN LAUNCHED TO BRING HOME LOVED AND CELEBRATED INTERNET VOLUNTEER DETAINED IN SYRIA », FreeBassel.org (consulté le 5 juillet 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :