Basse (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basse.

La Basse
(agouille de Baillarou)
Illustration
La Basse à Perpignan.
Carte.
L'arrondissement de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales
Caractéristiques
Longueur 11,6 km [1]
Bassin 70 km2 [2]
Bassin collecteur Têt
Débit moyen 0,656 m3/s (Perpignan) [3]
Nombre de Strahler 2
Organisme gestionnaire SMBVT ou Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Têt[4]
Régime nivo-pluvial méridional
Cours
Source Serrat del Pou (234 m)
· Localisation Sainte-Colombe-de-la-Commanderie
· Altitude 180 m
· Coordonnées 42° 37′ 00″ N, 2° 44′ 41″ E
Confluence Têt
· Localisation Perpignan
· Altitude 26 m
· Coordonnées 42° 42′ 19″ N, 2° 53′ 58″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche sans
· Rive droite la Sagne et Ganganell
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissements Perpignan
Cantons Thuir, Millas, Toulouges, Perpignan-8, Perpignan-6, Perpignan-2
Régions traversées Occitanie
Principales localités Perpignan

Sources : SANDRE:« Y0470560 », Géoportail, Banque Hydro, SMBVT[4]

La Basse est une rivière du département des Pyrénées-Orientales dans la région Occitanie et un affluent de rive droite (donc sud) de la Têt, dans laquelle elle se jette à Perpignan.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 11,6 km[1], la Basse prend sa source à l'est du petit mont de Serrat del Pou (234 m)[5] et à 200 mètres au nord de Sainte-Colombe-de-la-Commanderie et au sud-ouest de Thuir[notes 1].

Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, elle conflue dans la Têt dans les environs de Canet. Son parcours est alors raccourci avec la construction d'un canal par les ingénieurs du roi[6].

Elle a été bétonnée à l'entrée de Perpignan pour limiter son débit. Elle passe devant le Lycée François-Arago et le Castillet (ancienne porte fortifiée de Perpignan), et rejoint la Têt en aval du pont Joffre à une altitude de 26 mètres.

Cette rivière connaît souvent des crues lorsqu'il pleut, et son débit peut devenir assez important à l'intérieur même de Perpignan, ce que l'on peut par exemple observer en face du Castillet.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département des Pyrénées-Orientales, la Basse traverse les six communes[1],[notes 2] et cinq cantons :

Soit en termes de cantons, la Basse prend source dans le canton de Thuir, traverse les canton de Millas, canton de Toulouges, canton de Perpignan-8, canton de Perpignan-6 et conflue dans le canton de Perpignan-2, le tout dans l'arrondissement de Perpignan.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Son bassin versant est de 70 km2[2] alors que celui de la Têt est de 1 417 km2 (ou 1 369 km2 selon le SANDRE[1]) soit moins de 5 % du bassin total de la Têt.

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SMBVT ou Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Têt créé en 2008[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

Le SANDRE ne référence pas d'affluent. Pourtant l'état du territoire de Perpignan[2] connaît deux affluents droits :

Donc son rang de Strahler est de deux.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Nouvelle Basse à Perpignan[modifier | modifier le code]

La Basse a aussi été observée (par la banque Hydro) de 1977 à 1991 sur 14 ans[3] pour un module de 0,656 m3/s -donc après la construction du canal défluent pour les crues -.

Crues ou aiguats[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aiguat de 1940.

Sur cette période, le débit instantané maximal fut le à 12 h 20 avec 88,9 m3/s, une hauteur maximale instantanée de 175 cm et un débit journalier maximal de 36,50 m3/s.

La Têt est sujette de très grosses crues ou « aiguat » en catalan : la dernière date de 1992 avec 1 115 m3/s. La plus remarquée fut celle d'octobre 1940 avec 3 600 m3/s.

Les crues observées sur la Basse sont : aiguat du , inondations de 1915, 1959, 1969 avec en 1959 un débit atteint de 240 m3/s[2].

Pont sur la rivière Basse, à Perpignan

En 1975 un canal longeant l'autoroute A9 dérive les débits de crue vers la Têt calibré pour des crues cinquantenales de l'ordre de 300 m3/s. Ainsi Perpignan evita les crues le , le , le et .

Aménagements[modifier | modifier le code]

La Basse voit aussi passer sur la commune de Toulouges le LGV Sud Europe Méditerranée.

Écologie[modifier | modifier le code]

La Basse est une coulée verte qui traverse l'ouest de Perpignan et est un milieu attractif pour les oiseaux[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. selon la mairie de Perpignan la source serait au roc de Majorque (440 m) à moins de 2 km à l'est du Serrat del Pou
  2. Le SANDRE 2011 ne référence pas la commune de Sainte-Colombe-de-la-Commanderie mais celle de Canohès qui touche l'Aguilla (canal d'irrigation ou agouille) de Ballaro et le canal de Perpignan

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - La Basse (Y0470560) » (consulté le 13 novembre 2011)
  2. a, b, c, d et e mairie-perpignan, « Titre II : Etat initial de l'environnement » (consulté le 13 novembre 2011)
  3. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Nouvelle Basse à Perpignan (pont autoroute) (Y04755620) » (consulté le 13 novembre 2011)
  4. a, b et c « le SMBVT ou Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Têt », sur www.bassintet.fr (consulté le 6 novembre 2015)
  5. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 13 novembre 2011)
  6. Antoine de Roux, Perpignan de la place forte à la ville ouverte : Xe-XXe siècle, Perpignan, Archives communales de Perpignan, , 499 p. (ISBN 2-909444-03-1, notice BnF no FRBNF37126103)