Basoko (territoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Basoko (Orientale))

Territoire de Basoko
Basoko (territoire)
Poste de Yankomi (1905)
Administration
Pays Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Province Tshopo
Administrateur
de territoire
M. Andafelo
Nombre
de députés
2
Démographie
Langue nationale Lingala
Géographie
Coordonnées 1° 14′ nord, 23° 36′ est
Superficie 22 436 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
Voir sur la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Territoire de Basoko
Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
Voir sur la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Territoire de Basoko
Sources
Communes et Territoires - Villes - Provinces

Le territoire de Basoko est un entité administrative déconcentrée de la province de Tshopo en République démocratique du Congo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Basoko, en abrégé BSK, est situé[Quoi ?] au nord de l’équateur et semble former un triangle scalène (22 436 km2, soit plus de 1/3 de la Belgique ou plus ou moins 2/3 du Rwanda) dont la base, au sud, baigne entièrement dans le fleuve Congo tandis que les deux autres côtés, à l'est et l'ouest, sont arrosés partiellement et successivement par les rivières Lohale (drôlement appelé Aruwimi) et Itimbiri.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le territoire est constitué de la commune de Basoko, trois chefferies et de cinq secteurs[1] :

Subdivision Statut Chef-lieu Notes
Basoko Commune Basoko 7 conseillers municipaux
Wahanga Chefferie 8 groupements
Yaliwasa Chefferie 7 groupements
Yamandundu Chefferie 4 groupements
Bangelema Mongandjo Secteur 7 groupements
Bomenge Secteur 2 groupements
Lokutu Secteur 2 groupements
Mobango Itimbiri Secteur 3 groupements
Turumbu Secteur 2 groupements

Population[modifier | modifier le code]

Peuplé principalement par huit groupes éthiques parlant autant de dialectes différents. Basoko compte environ 300 000 habitants qui communiquent entre eux en lingala, l'une des quatre langues nationales de la RD Congo, et qui sont regroupés administrativement dans cinq secteurs (Bangelema/Mongadjo, Bomenge, Lokutu/Mwingi, Mobango/Itimbiri et Turumbu), trois chefferies (Yaliwasa, Yamandundu et Wahanga) et deux cités extra-coutumières (Basoko, chef-lieu du territoire; Bandu).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme sites touristiques, Basoko abrite :

  • le mur anti-esclavagiste (ou vestige dudit mur et du 1er camp militaire belge au Congo contre les esclavagistes)
  • les rapides de lohale;et celles de Matale;
  • la mythique grotte non encore explorée de Bunga;
  • l'église Ste Marie (100 ans en 2001);
  • la tombe du Rév. pasteur Protestant Greenfell; etc

Actuel administrateur de territoire : Jean Bosonkela

Union pour le Développement de Basoko : association servant de plate-forme à toutes les autres associations de BSK et visant tant l'unité des Basoko que leur promotion économique, sociale et culturelle.

Localité[modifier | modifier le code]

La localité Basoko, fut fondée en 1890 par l'État indépendant du Congo, et servit notamment de base pour l'expédition sur le Lomami commandée par Louis Napoléon Chaltin au printemps 1893 lors des campagnes de l'État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis.

La localité est située en rive droite du fleuve Congo à mi-chemin entre Lisala et Kisangani, et est aussi le lieu où la rivière Aruwimi se jette dans le fleuve. La rivière est navigable jusque Yambuya.

Références[modifier | modifier le code]