Basilique de Valère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique de Valère
Image illustrative de l'article Basilique de Valère
La basilique de Valère qui surplombe la ville de Sion
Présentation
Culte Catholique romain
Géographie
Pays Suisse
District District de Sion
Canton Valais
Ville Sion
Coordonnées 46° 14′ 02″ N 7° 21′ 52″ E / 46.233959, 7.36457846° 14′ 02″ Nord 7° 21′ 52″ Est / 46.233959, 7.364578  

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Basilique de Valère

La basilique de Valère, également appelée Château de Valère, est une église fortifiée située sur la colline homonyme de la ville de Sion, en Valais. Elle est sise à 621 m et fait face au château de Tourbillon situé sur une autre colline.

Cette église, Notre-Dame de Valère, bâtie aux XIIe et XIIIe siècle, était la résidence des chanoines du chapitre de la cathédrale. Ils y habitèrent jusqu'à la Révolution française.

Les anciennes dépendances des chanoines abritent aujourd'hui le Musée d'histoire du Valais[1] , fondé à cet endroit en 1883 et entièrement refait depuis 2008. La basilique peut également être visitée et on peut notamment y entendre le plus vieil orgue jouable au monde (1430) lors d'un festival annuel: le Festival international de l'orgue ancien et musique ancienne[2].

Valère obtint le grade de basilique mineure lors de la visite du pape Jean-Paul II en 1984.

L'ensemble du site de Valère fait l'objet, depuis 1987, d'une campagne de restauration dont la cinquième étape, acceptée par le Parlement valaisan le 15 mars 2015, débutera en 2016[3]. Devenu muet, l'orgue ancien a fait l'objet d'une restauration en 1954 qui permit de l'utiliser à nouveau. Dans le cadre de la troisième campagne de réhabilitation du site, il a bénéficié d'une restauration complète. C'est également à la même date 2003 que la rose polylobée qui le surplombe, probablement murée au XVe siècle, a été rouverte. À cette occasion, elle a été ornée d'un vitrail du verrier Michel Delanoë[4] et d'une intervention de l'artiste Marie Antoinette Gorret[3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]