Basilique Sainte-Jeanne-d'Arc de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basilique Sainte-Jeanne-d'Arc et Église Sainte-Jeanne-d'Arc.

Basilique Sainte-Jeanne-d’Arc
Image illustrative de l’article Basilique Sainte-Jeanne-d'Arc de Paris
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction 1930
Fin des travaux 1964
Architecte Georges Closson
Pierre Isnard
Style dominant Style néoroman
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 53′ 29,5″ nord, 2° 21′ 36,5″ est

Géolocalisation sur la carte : 18e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 18e arrondissement de Paris)
Basilique Sainte-Jeanne-d’Arc

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Basilique Sainte-Jeanne-d’Arc

La basilique Sainte-Jeanne-d’Arc est une église catholique, mitoyenne de l’église Saint-Denys de la Chapelle, située au no 18 de la rue de la Chapelle, dans le quartier de la Chapelle du 18e arrondissement de Paris.

Cette église, porte le nom de « basilique » mais n'a jamais été élevée au rang de basilique mineure, comme les cinq autres basiliques mineures de Paris[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , dans son homélie prononcée dans l'église Saint-Denys de la Chapelle, l'abbé Margand propose de prendre l'engagement solennel d'élever une basilique dédiée à Jeanne d'Arc si Paris n'est pas touché par les armées allemandes. Le jour même, l'avancée allemande est stoppée : c'est le début de la bataille de la Marne. Le cardinal Amette, archevêque de Paris, prononce officiellement le vœu lors d'une grande cérémonie qui rassemble trente mille fidèles le 13 septembre 1914 sur le parvis de Notre-Dame. En 1919, le vœu est confirmé et plusieurs emplacements sont envisagés avant que, le 1er décembre 1922, l'abbé Georges Derroitte, curé de Saint-Denys de la Chapelle, demande au Cardinal Dubois qu'elle soit érigée sur sa paroisse où Jeanne d'Arc se serait recueillie en 1429.

En 1926, un concours est lancé par le diocèse de Paris pour la construction d'une église à la gloire de Jeanne d'Arc, aux côtés de l'église Saint-Denys de la Chapelle : 165 projets sont déposés. Celui d'Auguste Perret fait sensation : un clocher de 200 mètres de haut fait de béton armé et de vitrail. Il est cependant rapidement rejeté, et servira de base à la construction de l'église Saint-Joseph du Havre. Finalement, le projet de Georges Closson remporte le concours.

La première pierre est posée et bénie par le cardinal Dubois le et les travaux débutent en 1930. Dès le début du chantier, les travaux se heurtent à une difficulté imprévue qui est la présence de cavités souterraines. Aussi pour assurer une assise solide, 30 énormes piliers de 18 mètres de long doivent être mis en place en souterrain. Seules la façade (sans la grande arche) et la première des trois coupoles sont construites entre 1932 et 1935, soit à peine le premier tiers des travaux.

Néanmoins, le , le cardinal Verdier bénit la basilique et l'ouvre au culte. Mais les travaux s'interrompent alors pour ne reprendre qu'en , car il fallut détruire et reconstruire l'école paroissiale située en arrière de l'église. En dépit d'une collecte lancée dans toute la France, le projet initial de Closson s'avère beaucoup trop onéreux et doit être revu à la baisse. La conception d'un nouveau projet est confiée à l'architecte Pierre Isnard, lequel reçoit un permis de construire le . Ce n'est qu'en 1964 que la construction s'achève, année du cinquantenaire du vœu et de la victoire de la Marne. La basilique est consacrée par le cardinal Feltin le [2].

Mobilier[modifier | modifier le code]

Les vitraux de l'église sont réalisés par le peintre Léon Zack[3], tandis qu'un buste de Jeanne d'Arc est réalisé par Maxime Real del Sarte. La statue en pied de la Sainte (fonte de fer de la fonderie Denonvilliers), située à l'extérieur, est de Félix Charpentier.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]