Base antarctique Grande Muraille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Base antarctique Grande Muraille
image illustrative de l’article Base antarctique Grande Muraille
La base antarctique Grande Muraille

Coordonnées 62° 12′ 59″ sud, 58° 57′ 44″ ouest
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Création 1985
Effectif max. 80
Activités Recherches scientifiques

Géolocalisation sur la carte : péninsule Antarctique

(Voir situation sur carte : péninsule Antarctique)
Base antarctique Grande Muraille

Géolocalisation sur la carte : Antarctique

(Voir situation sur carte : Antarctique)
Base antarctique Grande Muraille

La base antarctique Grande Muraille (chinois simplifié : 长城站 ; chinois traditionnel : 長城站 ; pinyin : Chángchéng Zhàn ou Great Wall) est une station de recherche de la République populaire de Chine située sur l'île du Roi-George sur la péninsule Antarctique.

Historique[modifier | modifier le code]

La base a été installée en 1985, un an après la première expédition en Antarctique de la Chine[1],[2], et 2 ans après la signature du Traité sur l'Antarctique par la Chine[3]. Un monolithe commémoratif de la création de la base et le bâtiment n°1 sont classés comme monument historique de l'Antarctique.

Une fois par an depuis 1993, la base est ravitaillée par l'un des deux brise-glace chinois, le Xue Long[4].

En janvier 2017, la base reçoit la visite du ministre uruguayen des Affaires étrangères Rodolfo Nin Novoa qui se félicite de la coopération Uruguay-Chine dans le domaine de la recherche[5]. En novembre 2017, les membres du projet QQ X de la compagnie chinoise Tencent amarrent à la base antarctique de la Grande Muraille pour mener une étude sur la nature environnante[6].

Description[modifier | modifier le code]

La base antarctique Grande Muraille, construite et contrôlée par les autorités chinoises, est située à la pointe Sud-Ouest de l'île du Roi-George et peut accueillir 80 chercheurs en été[2].

Les recherches chinoises effectuées depuis la base antarctique Grande Muraille visent à «comprendre, protéger et utiliser l'Antarctique»[7]. Entre autres choses, les équipes travaillent à l'extraction de la glace du sol pour remonter à une datation d'1 million d'année des couches inférieures des glaces de l'Antarctique[8].

Notes & Références[modifier | modifier le code]

  1. La Chine en Antarctique, www.sblanc.com, 12 avril 2010 (consulté le 28 juin 2018)
  2. a et b Marine Ernoult, La Chine s'impose en Antarctique, www.liberation.fr, 15 février 2018 (consulté le 28 juin 2018)
  3. La Chine ambitionne de devenir une puissance en Antarctique, www.la-croix.com, 8 novembre 2017 (consulté le 28 juin 2018)
  4. Caroline de Malet, La Chine, une puissance «polaire» en devenir, www.lefigaro.fr, 17 mai 2008 (consulté le 28 juin 2018)
  5. L'Uruguay fait l'éloge de la coopération scientifique avec la Chine, www.french.xinhuanet.com, 21 janvier 2017 (consulté le 28 juin 2018)
  6. Tencent, la cinquième plus grande société au monde, lance le projet QQ X avec pour objectif d'inspirer les jeunes, www.newswire.ca, 23 novembre 2017 (consulté le 28 juin 2018)
  7. La Chine publie un rapport sur ses activités en Antarctique, www.amb-chine.fr, 23 mai 2017 (consulté le 28 juin 2018)
  8. Pékin compte explorer l’Antarctique en synergie avec la Russie, www.sputniknews.com, 28 mai 2017 (consulté le 28 juin 2018)

Articles liés[modifier | modifier le code]