Base antarctique Bellingshausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellingshausen.
Base antarctique Bellingshausen
Image illustrative de l'article Base antarctique Bellingshausen
Matériaux et bâtiments à la base.

Coordonnées 62° 12′ 00″ Sud 58° 58′ 00″ Ouest / -62.2, -58.966667
Pays Drapeau de la Russie Russie
Altitude 15,8 m
Création 22 février 1968
Effectif max. 38 (été) 25 (hiver)
Activités

Géolocalisation sur la carte : Antarctique

(Voir situation sur carte : Antarctique)
Base antarctique Bellingshausen

La base antarctique Bellingshausen est une station de recherche russe située au sud-ouest de l'île du Roi-George, dans l'archipel des îles Shetland du Sud au large de l'Antarctique.

Localisation et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Carte de l'île du Roi-George où figure la station.

Localisée aux coordonnées 62° 12′ S 58° 58′ O / -62.2, -58.967, à une altitude de 15,8 m, la base est située à 100 mètres de la base Presidente Eduardo Frei Montalva.

En été, la base Bellingshausen accueille environ 38 habitants, et en hiver elle en compte environ 25. La base occupe une surface de 800 par 600 mètres avec quatorze édifices pour une surface de 25 236 m2, dont 324 sont réservés à loger les scientifiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

La base a été inaugurée le et opère en continu depuis. Son nom lui fut donné en l'honneur de l'amiral et explorateur russe Fabian Gottlieb von Bellingshausen (1778-1852). Elle fut autrefois soviétique, étant la première station établie par l'expédition antarctique soviétique de 1968.

En février 2016, la base reçoit la visite exceptionnelle du patriarche de Moscou Cyrille Ier en provenance de Punta Arenas au Chili à l'occasion de son voyage en Amérique du Sud[1].

Activités[modifier | modifier le code]

La base effectue des recherches scientifiques relatives à la surveillance environnementale, géologique et a des activités de cartographie (depuis 1970). Elle s'occupe en outre de l'étude du géomagnétisme, de la glaciologie marine et terrestre (depuis 1969), de la biologie humaine (depuis 1968), de l'ionosphère, des aurores polaires (depuis 1978) et, depuis 1968, d'observations météorologiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Head of Russian Orthodox church quizzes penguin on Antarctica visit par Alec Luhn dans The Guardian du 18 février 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]