Basarab III Laiotă cel Bătrân

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Basarab III Laiotă cel Bătrân
Laiota.jpg
Fonction
Principauté de Valachie
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
ValachieVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activité
DirigeantVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père

Basarab III Laiotă cel Bătrân (le Vieux), (mort en Transylvanie le ) est un prince de Valachie avec des interruptions de 1473 à 1477.

Origine[modifier | modifier le code]

Basarab III Laiotă se présente comme le fils de Dan II. Candidat au trône pendant le règne de Vlad III l'Empaleur il réside en Transylvanie à Sighișoara (allemand Schässbourg) sous la protection des bourgeois saxons de la ville. Son surnom de cel Bătrân (le Vieux) lui a été donné par l'historiographie pour le différentier de son neveu, concurrent et successeur Basarab IV cel Tânăr (le Jeune).

Règnes[modifier | modifier le code]

Basarab Laiotă est porté au trône le par Étienne le Grand de Moldavie qui remporte une victoire sur les ottomans le 28 novembre et expulse Radu III le Beau le prince mis en place par la Sublime Porte. Avant la fin de l'année le Basarab III Laiotă est contraint de se retirer après une offensive de Radu III le Beau et de ses alliés turcs

Il règne ensuite toujours en opposition avec le candidat des ottomans au printemps puis du 10 août au et du au et il doit finalement lui aussi se reconnaitre leur vassal ce qui le brouille avec les moldaves contre qui il combat aux côtés des turcs à Valea-Albă.

Basarab III Laiotă redevient prince fin 1476 avec l'appui des turcs, après la déposition de Vlad III l'Empaleur. En novembre 1477 il est finalement renversé par son propre neveu Basarab IV Țepeluș cel Tânăr, Basarab III Laiotă cel Bătrân meurt réfugié en Transylvanie le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ro) Constantin C.Giurescu & Dinu C.Giurescu Istoria Romanilor volume II (1352-1606) . Editura Stiintifica si Enciclopedica Burarecsti (1976) p. 196-197.