Barthélemy de Roye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Barthelemy de Roye)
Aller à : navigation, rechercher
Barthélemy de Roye
Gisant de Barthelemy de Roye.jpg

Gisant, à l'origine en cuivre, de Barthelémy de Roye dans l'Abbaye de Joyenval

Biographie
Décès

Barthélemy de Roye (né vers 1170 - mort le 24 janvier 1237) était un gentilhomme français de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle, qui fut conseiller du roi de France Philippe II Auguste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Barthélemy de Roye était le deuxième fils de Rogues, seigneur de Roye et de Germiny, et d'Adeline de Guise.

Il épousa Pétronille de Montfort († ), fille de Simon de Montfort[1] et d'Amicie de Leicester, avec laquelle il eut cinq enfants[2] :

En 1205, il marie sa fille Alix (Alice) à Jean fils du comte de Breteuil-Leicester. Il donna aux jeunes époux une dot d'environ 90 Livres tournois constituée des propriétés d'Almenêches et Bernay avec leurs dépendances. Lambert Cadoc, seigneur de Gaillon et Robert de Courtenay se portèrent garants de cet acte[3].

À partir de 1208, Barthélemy de Roye exerça la charge de Grand chambrier de France et devint à ce titre, l'un des personnages les plus importants de la cour du roi Philippe Auguste. Il participa au côté de ce dernier à la Troisième croisade et à la bataille de Bouvines.

Vers 1215, Barthélemy de Roye construisit le château de Retz au cœur de la forêt de Cruye[4], qui est aujourd'hui devenue la forêt de Marly.

En 1221, il fonda une abbaye, consacrée à Notre-Dame et à saint Laurent non loin de là, à Chambourcy, dans le vallon de Joyenval en contrebas du Mont de Joye ou Montjoie. L'abbaye de Joyenval, richement dotée et desservie par les Prémontrés, prospéra rapidement. Abritant les reliques de sainte Clotilde, elle devint la nécropole des Roye. Elle souffrit beaucoup de la guerre de Cent Ans et de la ligue du Bien public.

En 1224, il lègue son hôtel particulier sis rue des Orfèvres à Paris, à l'abbaye de Joyenval.

En juin 1225, Barthélémy de Roye assista à la cession que fit au roi Louis VIII la comtesse, Marie de Ponthieu (av.1199 † 1250), de la terre de Saint-Riquier, de Doullens, de la terre d'Avesnes et de ses dépendances, qui furent réunies au bailliage d'Amiens[5].

Il joua un grand rôle sous Louis VIII et la régence de Blanche de Castille.

En 1227, Barthélemy de Roye participe à la libération de Lambert Cadoc à la demande de Blanche de Castille[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Lemoine, « Barthélémy de Roye, fondateur de l'abbaye de Joyenval », Revue d'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1937, p. 106-111

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. * Simon IV de Montfort, sur le site de la Foundation for Medieval Genealogy.
  2. Nobiliaire du Nord de la France (Flandres)[1]
  3. Dictionnaire historique, géographique, statistique de toutes les communes du département de l'Eure - Charpillon - 1868 - page 296
  4. Les amis de Saint-Nom-La-Bretèche, Saint-Nom-la-Bretèche Quatre hameaux pour un village, Les amis de Saint-Nom-la-Bretèche, association d'histoire locale,
  5. Père Daire, Histoire de la ville d'Amiens, t. I, pp. 108 et 524
  6. Histoire de Blanche de Castille: reine de France - Élie Berger - 1895