Barthel Beham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barthel Beham
Barthel Beham Teutsche Academie Pb-452.jpg

Portrait de Barthel Beham, détail d'une estampe de Joachim von Sandrart tirée de Teutsche Academie der Bau-, Bild- und Mahlerey-Künste.

Naissance
Décès
Activités
Mouvement
Frère

Barthel Beham ou Boehm (vers 1502 à Nuremberg - 1540 à Bologne) est un peintre et un graveur allemand. Il faisait partie, avec son frère aîné Sebald Beham, d'un groupe de graveurs connu sous le nom de Kleinmeister, ou Petits maîtres[1], actif à Nuremberg dans la première moitié du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Frère cadet de Sebald Beham, il est né à Nuremberg dans une famille d'artistes.

Influencé par Albrecht Dürer, il est souvent présenté comme son élève bien que ce fait ne soit pas attesté. Son œuvre gravé a également subi des influences italiennes notamment de Raphael et de Marcantonio Raimondi.

Sa position critique vis à vis de la religion et de la politique lui a valu d'être jugé le 26 janvier 1525 et expulsé de Nuremberg sous administration luthérienne avec son frère aîné et Georg Pencz. Les trois condamnés sont alors qualifiés d'impies et de fanatiques dans les documents de l'époque qui stipulent qu'ils ne croyaient ni au baptême, ni au Christ, ni à la transsubstantiation.

Autorisé à rentrer à Nuremberg en novembre de la même année, il part peu de temps après pour travailler à la Cour de Bavière catholique. Il y produira plusieurs peintures comme le portrait du Duc Louis X de Bavière-Landshut, aujourd'hui conservé à l'Ancienne Pinacothèque de Munich.

Selon le peintre, graveur et commentateur Joachim von Sandrart (1606-1688)[2], il voyagea en Italie et y travailla auprès de Marcantonio Raimondi à Rome et à Bologne où il mourut en 1540.

Style[modifier | modifier le code]

Barthel Beham a été, selon Sandrart, « un des plus habiles peintres de son temps ». L'auteur fait l'éloge de la justesse de son dessin, de la beauté des couleurs qu'il emploie et de l'excellence de sa technique picturale.[3]

Par ailleurs, ses estampes « offrent un dessein savant, toujours correct et souvent rempli de grace, ainsi qu'un burin délié et moelleux joint à une finesse admirable. »[4]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Portrait de Hans Urmiller avec son fils, vers 1525, techniques mixtes sur panneau d'épicéa, 64,8 × 47,2 cm, Musée Steadel, Francfort-sur-le-Main, inv. 919 (figure 1).
  • Portrait d'un arbitre, 1529, 85 × 66 cm, Kunsthistorisches Museum de Vienne[5]
  • Portrait d'une dame, 1529, huile sur panneau, 129,5 × 107,6 cm, Denver Art Museum, Denver, inv. 1961.18 (figure 2).
  • Duc Louis X de Bavière-Landshut, 1530, huile sur panneau, 96 × 71 cm, Alte Pinakothek, Munich.
  • Louis X de Bavière, 1531, huile sur panneau, 69 × 59 cm, Liechtenstein Museum, inv. GE927 (figure 3).
  • Ottheinrich, prince de Pfalz, 1535, huile sur panneau, 44 × 33 cm, Alte Pinakothek, Munich, inv. 5316 (figure 4).

Estampes[modifier | modifier le code]

Le catalogue de ses estampes a été publié à Vienne en 1808 par Adam Bartsch[6]. Il fut complété par Johann David Passavant[7] en 1863. La tâche fut reprise ensuite par Gustav Pauli[8] en 1911. La publication de ce dernier est encore aujourd'hui la principale référence utilisée.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom du groupe vient de la traduction erronée de Kleinmeister, « Maître du petit », à cause la petite taille de bon nombre de gravures qu'ils exécutaient à la loupe.
  2. Cf. J. von Sandrart, Teutsche Academie (1675-9), ed. A. R. Peltzer, 1925, pp. 77-8.
  3. Cité par Bartsch dans Le peintre graveur de 1808. Cf. Bartsch 1808, p. 83.
  4. Bartsh 1808, p. 83.
  5. Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books, (ISBN 3 406 47459 4), p. 104
  6. Bartsch, Adam, Le peintre graveur, vol. 8, Vienne, 1808, pp. 81-112
  7. Passavant, J.D., Le peintre graveur, t. 4, Leipsic, 1863, pp. 68-72.
  8. Pauli, Gustav, Barthel Beham : ein kritisches Verzeichnis seiner Kupferstiche, Studien zur deutschen Kunstgeschichte n° 135, Strassburg, J. H. E. Heitz, 1911.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • (ang) Alison G. Stewart, « Sebald Beham's Fountain of Youth-Bathhouse Woodcut : Popular Entertainment and Large Prints by the Little Masters », Register of the Spencer Art Museum, vol. VI, no 6,‎ , p. 64-88.
  • (ang) Alison G. Stewart, « The Kermis Woodcuts of Sebald Beham in Reformation Nuremberg », The Sixteenth Century Journal, vol. 24, no 2,‎ , p. 301-350
  • (de) Bertram Kaschek, « Kühnes Kinderspiel : Zum Motivkreis der infantia im druckgraphischen Frühwerk der Gebrüder Beham », dans Thomas Schauerte, Jürgen Müller & Bertram Kaschek (ed.), Von der Freiheit der Bilder. Spott, Kritik und Subversion in der Kunst der Dürerzeit, Petersberg, , p. 136-156.

Catalogues des estampes[modifier | modifier le code]

  • Adam Bartsch, Le peintre graveur, vol. 8, Vienne, , 81-112 p.
  • Johann David Passavant, Le peintre graveur, t. 4, Leipsic, , 68-72 p.
  • (de) Gustav Pauli, Barthel Beham : ein kritisches Verzeichnis seiner Kupferstiche, Strasbourg, J. H. E. Heitz, coll. « Studien zur deutschen Kunstgeschichte », .
  • (en) Friedrich Wilhelm Heinrich Hollstein, German Etchings Engravings and Woodcuts ca. 1400-1700, vol. II: Altzenbach-B. Beham, Amsterdam, Menno Hertzberger, , p. 173-252.
  • (de) Jean Muller, Barthel Beham : Kritischer Katalog seiner Kupferstiche, Radierungen, Holzschnitte. Mit vollständiger Reproduktion in Faksimile, Baden-Baden / Strasbourg, P. H. Heitz, coll. « Studien zur Deutschen Kunstgeschichte, n° 318 », .
  • (en) Robert A. Koch (ed.), The illustrated Bartsch : Early German masters, Barthel Beham, Hans Sebald Beham, vol. 15, New York, Abaris Books, (ISBN 0-89835-015-8).

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • (en) Exhibition of the works of Hans Sebald Beham and Barthel Beham, Londres, The Burlington Fine Arts Club, , 18 p.
  • (de) Jürgen Müller et Thomas Schauerte (dir.), Die gottlosen Maler von Nürnberg : Konvention und Subversion in der Druckgrafik der Beham-Brüder. Katalog zur Ausstellung, Emsdetten, Imorde, , 285 p. (ISBN 9783942810012).

Dictionnaire[modifier | modifier le code]

  • (en) Alison Stewart, « Sebald Beham & Barthel Beham », dans Jane Turner (ed.), The Dictionary of Art, New York, Grove, , p. 505–508.

Monographies[modifier | modifier le code]

  • (de) Adolf Rosenberg, Sebald und Barthel Beham, zwei Maler der deutschen Renaissance, Leipzig, E.A. Seemann, .
  • Edouard Aumüller, Les petits maîtres allemands : t. 1. Barthélemy et Hans Sebald Beham, Munich, Rieger, .
  • (de) Heinrich Röttinger, Die holzschnitte Barthel Behams, Strassburg, J.H.E. Heitz,
  • (de) Kurt Löcher, Barthel Beham : ein Maler aus dem Dürerkreis, Munchen / Berlin, Deutscher Kunstverlag, (ISBN 978-3422062610)

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • (de) Die soziale Einbettung der Nürnberger Maler Albrecht Dürer, Hans Sebald Beham und Barthel Beham, München, Grin Verl., coll. « Studienarbeit », (ISBN 9783640654970)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]