Barrais-Bussolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barrais-Bussolles
Image illustrative de l'article Barrais-Bussolles
Blason de Barrais-Bussolles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Lapalisse
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lapalisse
Maire
Mandat
Pierre Raboutot
2014-2020
Code postal 03120
Code commune 03017
Démographie
Population
municipale
200 hab. (2014)
Densité 7,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 31″ nord, 3° 42′ 59″ est
Altitude Min. 287 m
Max. 505 m
Superficie 25,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Barrais-Bussolles

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Barrais-Bussolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barrais-Bussolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barrais-Bussolles

Barrais-Bussolles est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Barrais-Bussolles est située à l'est du département de l'Allier, dans l'arrondissement de Vichy et le canton de Lapalisse.

Sept communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Barrais-Bussolles
Varennes-sur-Tèche Bert
Barrais-Bussolles Loddes
Lapalisse,
Saint-Prix
Droiturier Andelaroche

Transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 124, 424, 425 et 994 passent par la commune[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune résulte de la fusion en 1833 des anciennes communes de Barrais et de Bussolles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Barrais-Bussolles (03).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Barré de sable et d'or, la seconde et la troisième barre de sable chargées chacune d'une croisette ancrée d'or, les croisettes rangées en pal.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Un nouveau maire est élu à l'issue des élections municipales de 2014, avec deux adjoints[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Aimé Delorme    
mars 2014 en cours Pierre Raboutot[3] DVD Agriculteur retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 200 habitants, en diminution de -5,66 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
471 357 416 434 478 705 761 812 753
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
735 729 754 711 743 787 782 795 778
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
733 708 691 603 570 565 518 448 401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
374 370 282 241 215 222 210 212 200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Barrais-Bussolles dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens sont scolarisés à Lapalisse[8] et les lycéens à Cusset, au lycée de Presles[9] (renommé lycée Albert-Londres).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIIIe siècle, style gothique, avec un clocher mur qui surmonte la façade sur lequel a été rajouté au XIXe siècle une flèche de bois couverte d'ardoises.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Genest Aubert de la Faige (1855, Riom – 1904, château de Bussolles à Barrais-Bussolles), capitaine de cavalerie, officier d'état-major, chevalier de la Légion d'honneur, maire de Barrais-Bussolles, auteur de nombreux ouvrages comme Les fiefs du Bourbonnais, Le Testament de Gilles Aycelin de Montaigu, archevêque de Narbonne (1898) ou Notes sur Châteldon (1891). Propriétaire des châteaux de Châteldon (1892-1894) et de Bussolles.
  • André Louis Laveissière (dit Kiki), né le 8 août 1913 à Hautot-sur-Mer (Seine-Maritime), décédé le 24 novembre 1994 à Paris. Il rejoint le général de Gaulle en Angleterre, en traversant à pied la France puis l'Espagne. Membre des Forces aériennes françaises libres, ancien du groupe de chasse Alsace. Chevalier de la Légion d'honneur, Croix de Guerre 1939-1945 avec palme, Médaille de la Résistance, Médaille des Évadés, Croix du Combattant volontaire 1939-1945, Médaille de l'aéronautique. Il a habité Barrais-Bussolles pendant une partie de sa jeunesse. Il a ensuite habité Boulogne-Billancourt. Il repose cependant au cimetière de Barrais-Bussolles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Barrais-Bussolles sur Géoportail.
  2. « Pierre Raboutot élu maire », La Montagne, Vichy,‎ , p. 15.
  3. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 9 juin 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 mai 2016).
  9. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 mai 2016).