Barrages d'Inga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Inga.
Barrage Inga I en juillet 2004.

Les barrages hydro-électriques d'Inga sont deux barrages situés en République démocratique du Congo, sur le fleuve Congo dans la province du Bas-Congo, à proximité de la ville de Matadi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ces barrages sont inspirés par des projets belges lancés à l'époque coloniale, dès 1925, quand le colonel Pierre Van Deuren[1] présente au Roi des Belges Albert Ier un plan grandiose :la construction de sept barrages visant à faire de la colonie la première puissance énergétique du continent, capable d’exporter son électricité. Mais la crise de 1929, la Grande Dépression puis la Seconde Guerre mondiale compromettent sa réalisation[1]. Le projet est relancé à la fin de l'époque coloniale, en 1958. L'objectif est une usine d’aluminium géante et une industrie chimique de pointe[2], mais aussi d'acheminer le courant d’Inga jusqu’aux mines de cuivre et de cobalt du Katanga, ce qui nécéssite le déplacement de la communauté du site d’Inga, à qui les Belges étaient prêts à payer une compensation[3]. À l'époque, les cours des matières premières, qui font la fortune de la colonie belge, sont au plus haut. Un consortium américain[1] présente une solution en trois phases, correspondant au schéma qui sera retenu après l'indépendance, malgré le coût du projet (320 millions de dollars pour Inga I et 3 milliards pour l’ensemble)[1].

Description[modifier | modifier le code]

Vue des rapides d'Inga en 2004 d'où, le , a disparu Philippe de Dieuleveult.

Construits avec une aide belge et internationale, ces deux ouvrages distincts sont dénommés Inga I et Inga II. Les développements Inga III et Grand Inga ne sont actuellement qu'au stade de projet.

Ces ouvrages, à l'instar de l'usine sidérurgique de Maluku, sont construits dans le cadre d'une politique de développement et de prestige du pays par le régime du président Mobutu Sese Seko. La maintenance de ces barrages n'étant pas assurée, ils fonctionnent à capacité réduite. Ils sont exploités par la Société nationale d'électricité (SNEL).

Comme d'autres ouvrages pharaoniques créés dans le pays au service de politiques de prestige qui ne purent être assumées, ils sont qualifiés d'éléphants blancs.

Philippe de Dieuleveult, animateur de la fameuse émission de télévision française La Chasse aux trésors, a disparu le en fin de matinée dans les tourbillons du fleuve Congo à proximité d'Inga.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Inga en juillet 2004.
Inga en juillet 2004.

Exportation d'électricité vers l'Angola, la République du Congo et le Zimbabwe. Des lignes relient également le complexe à la Zambie, au Botswana, à la Namibie et à l'Afrique du Sud. Une ligne haute tension relie en effet le barrage à Lubumbashi et à la province zambienne du Copperbelt : le projet Inga-Shaba.

Une seconde ligne haute-tension est envisagée vers le nord en direction des pays du golfe de Guinée. Une troisième enfin est prévue vers le nord-ouest, en direction du Tchad et du Soudan. Par ailleurs, seule 5 % de la population congolaise a accès à l'électricité. Kinshasa elle-même se trouve imparfaitement desservie.

Inga I et II fonctionnent actuellement à 20 % de leur capacité, la plupart des turbines étant à l'arrêt, faute de pièces de rechange.

Avenir du complexe[modifier | modifier le code]

Divers contacts sont intervenus récemment, dont avec la NEPA (Nigeria) et Westcor, consortium emmené par Eskom (Afrique du Sud), en vue du redéploiement du complexe.

Westcor projette notamment la construction d'une centrale Inga III (4,5 GW). Avec une telle capacité, le complexe Inga I, II, III aurait une puissance totale installée de plus de 5,2 GW ce qui permettrait, en théorie, d'alimenter en électricité toute l’Afrique australe. BHP Billiton propose de ramener Inga III à 3 500 MW pour alimenter son usine de production d'aluminium dans le Bas-Congo[4].

Des projections prévoient, si le financement était trouvé, que la puissance produite sur ce site atteindrait 39 GW, grâce à la réalisation du projet Grand Inga. À titre de comparaison, le barrage des Trois Gorges en Chine d'une puissance installée de 18,2 GW produit 84,7 TWh par an depuis 2009.

En 2015, des projets d'extension du site actuel et de financement d'Inga III et de Grand Inga sont toujours d'actualité[5],[6].

L'Afrique du Sud a engagé avec la RDC les études de faisabilité du projet Inga 3 (4 800 MW en deux phases) et des lignes de transport associées ; la Banque Mondiale a approuvé en 2014 un financement de 73 millions de dollars et annoncé en 2015 que le chantier commencera en 2017 ; les centrales Inga I et Inga II sont en cours de remise à neuf[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d "INGA, la grande utopie", par Estelle MAUSSION, sur Afrique Méditerrannée Business [1]
  2. "INGA, la grande utopie", par Estelle MAUSSION, sur Afrique Méditerrannée Business [2]
  3. "Le cauchemar de Conrad - Le plus grand barrage du monde et le coeur des ténèbres du développement", par Anders Lustgarten [3]
  4. Initialement prévu pour une production de 4 300 MW, BHP Billiton propose de réduire Inga III à 3 500 MW - Le Potentiel,
  5. Barrages d’Inga : la RDC et l’Afrique du Sud veulent accélérer le projet d’extension - Jeune Afrique, le
  6. En République démocratique du Congo, le rêve fou des mégabarrages Inga - Le Monde, le
  7. (en) [PDF] 2016 Hydropower Status Report (Rapport 2016 sur l'état de l'hydroélectricité ; voir p.46), Association internationale de l'hydroélectricité (IHA), juillet 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre van Deuren, Aménagement du Bas-Congo : projet, Bruxelles, 1928
  • Nicolas Tourot, les Projets de développement hydroélectrique en Afrique noire, mémoire de maîtrise, Paris I, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]