Barrage des Toules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrage des Toules
image illustrative de l’article Barrage des Toules
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Subdivision Canton du Valais
Coordonnées 45° 55′ 35″ nord, 7° 12′ 01″ est
Cours d'eau Dranse d'Entremont
Objectifs et impacts
Vocation hydroélectricité
Date du début des travaux été 1960
Date de mise en service 1964
Barrage
Type barrage voûte
Hauteur du barrage
(fondation barrage)
86 m
Longueur du barrage 460 m
Épaisseur du barrage
(au sommet)
4,5 m
Épaisseur du barrage
(à la base)
20,5 m
Réservoir
Réservoir Lac des ToulesVoir et modifier les données sur Wikidata
Altitude du réservoir 1 810 m
Volume du réservoir 20 millions de m3
Surface du réservoir 60,57 ha
Longueur du réservoir 1,5 km

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Barrage des Toules

Le barrage des Toules est un barrage hydroélectrique situé en Suisse dans le canton du Valais, non loin de la frontière italienne.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le barrage des Toules est situé dans le Val d'Entremont. Cette vallée donne accès au Col du Grand-Saint-Bernard, col reliant la Suisse à l'Italie (Val d'Aoste).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les travaux du barrage ont débuté au cours de l'été 1960 et se sont achevés en 1964. Au cours de ces travaux la route d'accès au Col du Grand-Saint-Bernard a dû être relevée, en effet le lac des Toules devant submerger cette route. Les travaux de la nouvelle route prirent du retard sur ceux du barrage. Ainsi, pendant quelque temps l'ancienne route passait dans un trou au travers du barrage. Une fois la nouvelle route finie, le barrage fut totalement achevé.

Des travaux de confortement[1] du barrage ont débuté en 2008[2] et visent à renforcer la voûte et à augmenter la capacité de l’évacuateur de crues à déversoir libre[3].

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

Les eaux du barrage sont amenées par une conduite forcée jusqu'à l'usine de Pallazuit, puis à celle d'Osières, puis celle de Sembrancher et enfin celle de Martigny-Bourg où elles rejoignent le Rhône.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Plaquette de présentation des Forces Motrices du Grand-Saint-Bernard

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]