Barrage de Coiselet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrage de Coiselet
Image illustrative de l’article Barrage de Coiselet
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 46° 17′ 37″ nord, 5° 35′ 32″ est
Cours d'eau Ain
Objectifs et impacts
Vocation énergie
Propriétaire EDF
Date du début des travaux 1968
Date de mise en service 1970
Barrage
Type Poids
Hauteur
(lit de rivière)
37,5 m
Hauteur
(fondation)
25,5 m
Longueur 200 m
Épaisseur en crête 2,5 m
Épaisseur à la base 18 m
Réservoir
Altitude 304 m NGF
Volume 36 millions de m3
Superficie 380 ha
Longueur km
Centrale hydroélectrique
Nombre de turbines 2
Type de turbines Kaplan
Puissance installée 41 MW
Production annuelle 110 millions de kWh/an GWh/an

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Barrage de Coiselet

Géolocalisation sur la carte : Jura

(Voir situation sur carte : Jura)
Barrage de Coiselet

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Barrage de Coiselet

Le barrage de Coiselet, construit en 1970, forme un lac long de 6 km au confluent de l'Ain et de la Bienne, sur les communes de Matafélon-Granges (Ain) et Thoirette-Coisia (département du Jura).

Présentation[modifier | modifier le code]

Sa construction a été entreprise en même temps que le barrage de Vouglans à partir de 1967. Sa mise en service a constitué la fin de l'aménagement hydro-électrique de l'Ain[1].

La construction du barrage dans le lit de la rivière a nécessité deux petits barrages de dérivation qui ont été submergés pendant les crues de 1967. Après la construction de la partie "usine" permettant de rétablir le passage de l'Ain, les barrages provisoires ont été démolis. Il était possible de faire passer l'Ain par les vannes pour construire à sec le reste du barrage.

L'Ain a un débit très variable. La rivière peut passer d'un débit de quelques m3/s en été à un débit supérieur à la capacité de l'usine pendant les crues d'automne et du printemps. Le débit excédentaire à la capacité de l'usine peut alors passer par les vannes qui sont ouvertes (débit maximum des vannes = 2 660 m3/s).

Le barrage joue donc un important rôle dans la régulation de l’écosystème. En 2015, il a ainsi participé à une opération visant à augmenter le débit du cours d’eau afin de « lutter contre la prolifération d’algues présentes dans la rivière »[2].

Production moyenne : 110 millions de kWh/an

L'usine est équipée de :

Le courant est évacué de l'usine sur le réseau régional en 63 000 kV

Retenue de Coiselet

La construction du barrage a provoqué la création d'un lac artificiel :

  • Superficie de 380 ha,
  • Niveau moyen du lac : 304 NGF
  • Variation de niveau : 1 m
  • Volume total maximum du lac : 36 millions de mètres cubes
  • Volume utile au turbinage : 3,7 millions de mètres cubes

La retenue de Coiselet a permis aux communes riveraines de procéder à des aménagements des berges au confluent de l'Ain et de la Bienne avec camping où on peut pratiquer la baignade et les sports de voile.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Panneau d'information EDF sur le site
  2. « Ils font 140 km pour voir le lâcher de barrage à Vouglans : en vain » (consulté le 28 septembre 2015).