Baron noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Baron noir et Affaire du Baron noir.
Baron noir
Type de série Série télévisée
Genre Politique
Thriller
Création Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Production Thomas Bourguignon (Kwaï)
Stéphanie Carrère (Kwaï)
Acteurs principaux Kad Merad
Niels Arestrup
Anna Mouglalis
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Canal+
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 16
Diff. originale en production

Baron noir est une série télévisée française créée par Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon, réalisée par Ziad Doueiri. Sa première saison diffusée sur Canal+ du 8 au et la seconde du au .

La saison 2 a été produite au moment de l'élection présidentielle française de 2017[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Saison 1[modifier | modifier le code]

La campagne présidentielle, en France, bat son plein, avec le second tour qui s'annonce. Francis Laugier, candidat du Parti socialiste (PS), doit affronter au second tour Jean-Marc Auzanet (UMP), le président sortant. Le soir du débat du second tour, l'un de ses plus fidèles alliés et conseillers, Philippe Rickwaert (député-maire de Dunkerque et promis à la direction du PS), apprend d'une source policière qu'une perquisition de la brigade financière doit avoir lieu le lendemain matin au siège de l’office HLM de Dunkerque. Craignant que les enquêteurs ne découvrent qu'une partie des fonds a servi à financer la campagne électorale de Laugier, Rickwaert, Véronique Bosso, sa première adjointe, et Joël Donfront, le trésorier de l'office, font disparaître les preuves durant la nuit.

Un problème de trou dans la trésorerie se pose alors et Rickwaert demande à Joël d'en prendre la responsabilité, tout en garantissant à Laugier qu'il n'y a aucun problème. Mais Joël choisit alors de se suicider et Laugier, élu président de la République, préfère lâcher Rickwaert en rase campagne. Meurtri, celui que l'on surnomme alors le « Baron noir » va parvenir à se faire réélire député du Nord contre le candidat officiel du PS que Laugier et sa conseillère, Amélie Dorendeu, ont lancé contre lui, et va se servir de son mandat et de son influence dans le parti pour se venger en pourrissant le quinquennat du nouveau président, tout en faisant face à la justice...

Saison 2[modifier | modifier le code]

Philippe Rickwaert est libéré de prison entre les deux tours de l'élection présidentielle et aussitôt sorti, et malgré son contrôle judiciaire, s'implique pour assurer la victoire d'Amélie Dorendeu face à Lionel Chalon, le président du Front National. Rickwaert envisage alors de rapprocher le PS au mouvement de la gauche radicale de Michel Vidal, mais découvre que Dorendeu s'est également rapprochée de Stéphane Thorigny, le candidat centriste aux idées libérales.

Distribution[modifier | modifier le code]

Niels Arestrup a remporté en 2014 le César du meilleur acteur dans un second rôle pour son rôle du directeur de cabinet ministériel dans Quai d'Orsay.

Anciens acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Invités[modifier | modifier le code]

De nombreux journalistes participent, parmi lesquels Michaël Darmon, Jean-Pierre Elkabbach, Arnaud Leparmentier, Rebecca Fitoussi, Antoine Genton, Wendy Bouchard, Alice Rougerie, Audrey Pulvar, Anne-Sophie Lapix (saison 2), Patrick Cohen (saison 2), Lionel Top (saison 2), Nicolas Demorand (saison 2), Léa Salamé (saison 2).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Les scènes se déroulant dans les bureaux de la présidence de la République sont tournées à l’hôtel du Châtelet[2].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Saison 1 (2016)[modifier | modifier le code]

# Titre Réalisation Scénario Première diffusion
01 01 Jupiter
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Le soir du débat du second tour entre Francis Laugier et Jean-Marc Auzanet, Philippe Rickwaert apprend qu’une perquisition se prépare contre les locaux de l’office HLM du Nord, il est soupçonné d’avoir mis en place un système de financement illicite de la campagne de Laugier. Rickwaert part immédiatement dans sa circonscription et retrouve Joël Donfront. Ils se mettent à la recherche d’argent liquide et détruisent les ordinateurs avant l’arrivée de la police. Philippe Rickwaert demande à Joël, trésorier de l’office, de prendre toute la responsabilité de l’affaire, au nom de la cause. Joël se suicide le matin. Philippe Rickwaert avec l’aide des syndicats de Clamex, fait croire que les sommes manquantes ont été prélevées pour financer des mouvements ouvriers. L’enquête est close et Francis Laugier est élu président de la République. 

02 02 1932
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Francis Laugier veut donner la 13e circonscription aux Verts, ce qui lui permettrait de rallier ce parti et d’écarter Rickwaert qui vise la direction du PS. Amélie Dorendeu organise le désistement du parti communiste. Rickwaert est tout de même élu et le PS obtient 323 députés. 

03 03 Solférino
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Le poste de premier secrétaire du PS devenu vacant, Rickwaert veut y installer Daniel Kalhenberg, le rival de Laugier. Laugier demande à Amélie Dorendeu, qui n’a jamais été élue, de prendre le parti. Rickwaert découvre que Dorendeu n’a pas suffisamment d’ancienneté au PS pour se présenter. Le secrétaire général de l’Élysée menace Rickwaert : s’il fait échouer Amélie Dorendeu, le gouvernement annule son aide à Clamex. Rickwaert rallie alors le PS à Amélie Dorendeu qui est élue première secrétaire. Amélie Dorendeu et Philippe Rickwaert deviennent amants. 

04 04 Bleu
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Le gouvernement prépare un plan pour l’Éducation nationale. Philippe Rickwaert soutient le mouvement de lycéens professionnels, qui souhaite des quotas de places en IUT. Pour saborder ce mouvement, des membres des jeunes socialistes s’infiltrent à l’assemblée des lycéens et arrangent le vote pour saper l'organisation d'une manifestation d'ampleur. À l’Assemblée nationale, Philippe Rickwaert, vêtu d’un bleu de travail, interroge le gouvernement sur les quotas, mais Laurent Mirmont, le Premier ministre s’y oppose fermement, au nom du mérite républicain et parle de « faute morale ». En réaction à ses mots, la manifestation des lycéens contre le gouvernement est énorme. 

05 05 Grenelle
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Pour mettre un terme aux mouvements lycéens, le gouvernement, en accord avec le patronat, propose une revalorisation des stages des lycéens professionnels. Philippe Rickwaert envoie Mahdi Fatani, le leader des lycéens, négocier avec Jean-Marc Auzanet le refus du patronat. Mais la droite veut qu’il s’engage avec elle aux élections européennes. La CGPME s’oppose à la revalorisation des stages. Francis Laugier décide donc d’accorder les quotas demandés mais Laurent Mirmont y reste fermement opposé et démissionne. Dans son départ, il prend des mesures pour faire tomber Gérard Balleroy. Daniel Kalhenberg est nommé Premier ministre et Philippe Rickwaert ministre du Travail. Il est toujours l'amant d'Amélie Dorendeu. Une photo de la rencontre entre Mehdi et Auzanet circule dans la presse, manquant de faire capoter l'arrangement mais Dorendeu et Rickwaert parviennent à trouver une façon de présenter les événements sans compromettre la place de Rickwaert. 

06 06 Shutdown
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Véronique Bosso se destine à succéder à Philippe Rickwaert à la mairie de Dunkerque. Gérard Balleroy est mis en examen pour emplois fictifs, et Véronique Bosso veut porter plainte contre lui. Rickwaert veut alors faire échouer Bosso en forçant une élection municipale partielle et en faisant présenter son frère contre elle. La France a dépassé son déficit autorisé par les traités européens et doit payer une amende. Francis Laugier refuse et avec l'aide de Rickwaert, met au point une stratégie : tenter de convaincre les autres pays européens d’une renégociation des traités afin d’instaurer une harmonisation fiscale. Mediapart dévoile un lien entre les comptes de l’OHL et le financement du divorce de Francis Laugier ; Rickwaert découvre ainsi à quoi a véritablement servi l’argent de la caisse noire qu'il a alimentée. 

07 07 Pianoforte
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Francis Laugier confie à Philippe Rickwaert la vente de son piano-forte qui justifierait la somme versée à son ex-femme lors de leur divorce. Dans le climat des « affaires » et avec l'ambition de Bruno Rickwaert qui a refusé la fusion des listes électorales au second tour, Les Républicains remportent la mairie de Dunkerque. Sentant le vent tourner, Balleroy négocie ses informations avec les Républicains. À la télévision, Francis Laugier affirme à Audrey Pulvar qu’« il n’y a pas d’amitiés en politique » alors que l’enregistrement de la conversation entre Philippe Rickwaert et Joël Donfront, le syndicaliste qui s'est suicidé, est publié. 

08 08 Pardon
Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Daniel Kalhenberg demande la démission de Philippe Rickwaert, mais Francis Laugier refuse dans un premier temps, craignant de nouvelles révélations et restant focalisé sur la renégociation des traités européens, puis « accepte la démission » de Rickwaert. Après avoir obtenu la preuve que l'histoire du pianoforte était fausse, la droite veut viser Laugier plutôt que Rickwaert et lance une procédure de destitution du président de la République, soutenue par Amélie Dorendeu et Laurent Mirmont. Véronique Bosso dit ce qu’elle sait à la police et Gérard Balleroy est arrêté. La procédure de destitution échoue, Dorendeu comprend aussitôt que Mirmont est revenu vers le Président. L’accord européen échoue à cause des affaires autour de Laugier qui démissionne. Rickwaert parle lui aussi à la police et est écroué. Amélie Dorendeu est candidate à la présidence, son amant continue à la conseiller depuis sa cellule, mais Boudard propose que la droite arrange une libération rapide en échange d'informations sur la campagne de Dorendeu. Le Baron noir hésite. 

Saison 2 (2018)[modifier | modifier le code]

Le 30 novembre 2017, un teaser annonce la diffusion prochaine de la saison 2.

Canal + produit en 2017 une deuxième saison[4] actuellement en cours de diffusion depuis le 22 Janvier 2018.

Cette saison se recentre sur la décomposition du monde politique, en référence aux chocs des présidentielles de 2017[3].

# Titre Réalisation Scénario Première diffusion
01 09 Twins Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Philippe Rickwaert est libéré sous caution après deux mois de prison, et il est assigné à résidence dans un studio du XIXe arrondissement. Il est resté le conseiller de l'ombre d'Amélie Dorendeu, arrivée 2e au premier tour de l'élection présidentielle derrière Lionel Chalon, le candidat du Front National. Pour Rickwaert, la victoire est assurée mais afin d'avoir la majorité aux élections législatives qui vont suivre, il lui conseille de se rapprocher de Michel Vidal, le candidat d'extrême gauche. À sa surprise, elle refuse et décide de faire campagne seule. Le soutien de Jean-Marc Auzanet, suivi d'une vidéo virale mettant en évidence la similarité de leurs programmes, la plombe dans les sondages et Dorendeu reconsidère l’offre, mais Rickwaert, qui sent qu'elle est conseillée par un autre, lui suggère d'aller maintenant sur le terrain du FN. Pendant la nuit précédant le débat d'entre deux tours, Rickwaert découvre qui est le conseiller : Stéphane Thorigny, le candidat centriste. La découverte le rend furieux. Finalement, Dorendeu parvient avec le débat à contrer les appels du Front National tout en s'attirant la sympathie de Vidal. Le soir de l'élection, tous les sondages annoncent la victoire d'Amélie Dorendeu. Elle est élue première femme Présidente de la République Française avec un score de 53%. Philippe Rickwaert est libéré de son assignation à résidence et se rend aussitôt dans son ancienne circonscription, où il découvre que le candidat PS pour les législatives à venir est Pascal Carthaud. 

02 10 Tourniquet Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Amélie Dorendeu prend ses fonctions et imagine déjà un nouveau gouvernement porté par Aurore Dupraz de l'aile gauche du PS, pour équilibrer avec les positions de Thorigny et de nouveaux députés issus de la société civile, mais quand Vidal se montre très critique envers ce choix pro-libéral, Dupraz refuse. Dorendeu choisit donc Alain Chistera comme Premier Ministre et charge Kahlenberg de faire en sorte que 50 circonscriptions soient offertes aux candidats de la société civile, soutenus par Thronigny. En parallèle, elle met en place une unité anti-terroriste renforcée. À Dunkerque, Rickwaert s'ingénie à saper la campagne de Pascal Carthaud, qu'il méprise, et refuse d'abandonner sa circonscription. Il fait fuiter dans la presse ses relevés de compte afin de s'attirer la sympathie du public, prévoyant un retour en politique pour les élections européennes et s'assure le soutien de Carthaud. Mais quand les événements de Paris lui reviennent et menacent la campagne législative de Cyril Balsan, Rickwaert en profite pour revenir arranger les choses en suggérant de ne laisser que 28 circonscriptions à la société civile, tout en se ménageant une chance d'être élu député en indépendant, ce que met en place Kahlenberg. Dorendeu fait venir Rickwaert le soir à l’Élysée, et les deux anciens amants se réconcilient pour le bien du parti, bien qu’ils restent en désaccord. 

03 11 Haram Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

La présidente Dorendeu n'obtient qu'une majorité relative au parlement, ce qui met en danger son projet de nouvelle loi santé. Philippe Rickwaert reste son conseiller de l'ombre et lui suggère de renoncer définitivement à l'article 49.3 afin de créer un "choc de démocratie", et de renforcer le côté "jupitérien" de sa présidence. Cyril Balsan est devenu député dans le Val-de-Marne, et se trouve confronté à un terrible acte de communautarisme dans une école maternelle de sa circonscription : un parent d'élève a violemment frappé une institutrice parce qu'elle avait distribué à ses élèves des bonbons qui n'étaient pas Halal. Des bonbons Haram (interdits dans la religion musulmane) d'où le titre de cet épisode. Dès lors, Balsan s'engage dans un combat contre le communautarisme et pour la mixité sociale dans les écoles. De son côté, Philippe Rickwaert, toujours en attente de son procès, manœuvre pour se faire une place pour le Nord sur les listes socialistes des élections européennes, qui ont lieu dans deux ans. Mais il se fait vertement rembarrer par René Malandrin, devenu l'homme fort de la fédération socialiste nord de la France. Rickwaert pousse alors son ancien assistant Cyril Balsan, dont il reste le mentor, à dénoncer publiquement à travers une "liste noire" les élus socialistes qui pratiquent le clientélisme et favorisent le communautarisme, et à y inclure Malandrin. La présidente Dorendeu est pour sa part confrontée aux menaces terroristes qui planent sur le territoire. Elle est constamment "briefée" dans la salle de crise par les responsables des services secrets et dirige les opérations de surveillance de plusieurs djihadistes français présents sur le territoire. Les élus socialistes avertis de la liste de Balsan se rebellent et menacent de ne pas voter la loi santé en poussant des députés de leurs régions à renoncer. À la demande d'Amélie, Rickwaert tente maintenant de stopper Balsan, révélant son plan pour les européennes et son idée de réunir le PS et les radicaux de Michel Vidal. Mais Balsan refuse, rejoint les locaux de sa circonscription et démarre sa conférence de presse... 

04 12 Conversion Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Suite à ses déclarations, le PS sanctionne Cyril Balsan et le suspend du parti. Rickwaert continue d'être le conseiller officieux de la Présidente mais avec le procès contre Francis Laugier qui se prépare, il se retrouve très endetté. Après la loi santé votée de justesse, une réforme des prisons se prépare et le poids de l’article 49.3 va manquer pour la faire passer. Kalhenberg, Chistera et d'autres pontes du parti proposent alors de faire appel à l’article au nom du parlement et demandent à Le Cléach, secrétaire général, de soumettre l'idée à la présidente qui ne renoncerait pas officiellement à son engagement. Celle-ci est occupée par deux dossiers : trois individus fichés S ont disparu pendant 7 heures à leur surveillance et un conseiller envisage la possibilité de les faire assassiner. En parallèle, Rickwaert, qui a déjoué les soupçons de son arrangement pour les européennes sur Véronique Bosso, veut que Dorendeu commence les discussions avec Vidal pour refonder l'union de la gauche. Comme Rickwaert s'y attendait, Vidal se montre odieux et intransigeant sur les mesures sociales qu'il défend. Alors que les négociations sont au point mort et que Dorendeu considère la proposition de Le Cléach, Rickwaert provoque Vidal en menaçant de le présenter comme un politique défendant son ego plus que ses mesures, afin de le forcer à trouver un terrain d'entente. Mais pendant une nuit, la menace des trois terroristes devient critique et la présidente fait le choix de faire éliminer les trois présumés terroristes. Au matin, elle jette le texte de proposition de loi, renonce à l'arrangement avec Vidal pour revenir auprès de Thorigny qu'elle va nommer Premier Ministre à la place de Chistera. Rickwaert apprend la nouvelle peu après avoir découvert que sa fille Salomé ne s'est jamais installée à Londres et qu'elle compte changer de nom. 

05 13 Chouquette Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Amélie Dorendeu met en place sa stratégie de communication pour faire passer la nomination de Stéphane Thorigny à Matignon, en laissant filtrer dans la presse une rumeur de dissolution de l'Assemblée Nationale. Comme elle le prévoyait, les ténors du parti paniquent, mais Rickwaert voit clair. Il se tourne donc vers Aurore Dupraz pour faire un coup lors du Conseil National du parti et empêcher les soutiens de Dorendeu d'avoir leur majorité ; il a le soutien de Chistera, qui vient d'apprendre son prochain remplacement, et de Balsan mais dont les positions sur la laïcité sont trop clivantes. Au même moment, Rickwaert apprend que son procès est repoussé car Francis Laugier est mourant d'un cancer de l'estomac qu'il n'a pas soigné, une nouvelle qui tombe mal pour lui comme pour Dorendeu. Thorigny a déjà l'idée pour éviter de ternir l'image de la Présidente : envoyer la police faire évacuer les militants anti-euthanasie qui occupent l'entrée d'un hôpital, comptant parmi eux une députée LR. Mais Chalon s'invite lors de l'opération, forçant l'annulation de l'évacuation, et l'image du président de FN partageant des chouquettes avec la députée LR marque un tournant dans l'organisation politique. Au moment du Conseil National, marqué par la mort soudaine de Francis Laugier, Dupraz décide de démissionner et de rejoindre le parti de Vidal, Balsan compte s'abstenir. Devant les échecs successifs, Rickwaert décide d'arrêter d'être le Baron Noir du PS. 

06 14 Remontada Ziad Doueiri Olivier Demangel
Thomas Finkielkraut
Drapeau de la France France : sur Canal+

 

07 15 Diprotodon Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

 

08 16 Sorpasso Ziad Doueiri Eric Benzekri
Jean-Baptiste Delafon
Drapeau de la France France : sur Canal+

Les images de la sœur d'un des disparus de Courcouronne violentée par la police qui refuse de lui répondre crée une vague d'émeutes à travers le pays. Vidal accuse publiquement la Présidente Dorendeu d'avoir fait exécuter les trois présumés terroristes, et Rickwaert, appuyé par les doutes de Véronique Bosso, fait le lien avec le jour où elle a choisi de nommer Thorigny Premier Ministre. Il décide alors de se rendre à l'Elysée pour proposer une stratégie qui lui permettrait de sortir de la situation en se lavant des soupçons. 

Saison 3 (2019)[modifier | modifier le code]

Avant même la diffusion de la saison 2, Kad Merad annonce le 16 janvier 2018, qu'une saison 3 est en préparation.

Production[modifier | modifier le code]

La série s'inspire de plusieurs faits de la vie politique française. Eric Benzekri, coscénariste de Baron noir, a été impliqué dans des mouvements lycéens et étudiants avant de travailler avec Julien Dray, qui a quelques points communs avec le personnage de Philippe Rickwaert : en octobre 1988, Le Monde pointe l’influence des trotskistes dans une grève des infirmières contre le gouvernement de Michel Rocard. Julien Dray y est qualifié de « baron noir de l’agitation sociale »[5]. En 1997, le député Patrice Carvalho participe à une séance de l’Assemblée nationale en bleu de travail[6]. Eric Benzekri a également été membre du cabinet ministériel de Jean-Luc Mélenchon lorsque celui-ci était ministre délégué à l'enseignement professionnel du gouvernement Jospin.

Le tournage de la saison 2 se déroule entre Dunkerque (notamment le château Duriez, à Steene, près de la ville, pour figurer La Lanterne), Bordeaux et Paris[7]. Le futur ex-siège du PS, rue de Solférino apparaît dans la saison 2[8]. Des scènes ont été tournées dans les locaux de Public Sénat par dépit, en effet, ni le palais du Luxembourg, ni le palais Bourbon n'ont autorisé de tournages.

Accueil[modifier | modifier le code]

Les scènes se déroulant dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale sont tournées au palais d'Iéna.

Critiques[modifier | modifier le code]

La série a été particulièrement bien accueillie par la presse. Selon Pierre Langlais de Télérama, Baron noir est « une vraie série politique dramatique, qui profite d’une écriture soignée, de bons dialogues, d’une mise en scène intelligente et de comédiens de qualité » et vient après plusieurs productions internationales (À la Maison-Blanche, House of Cards, The Thick of It, Borgen) mais peu de séries françaises véritablement axées sur une version réaliste de la politique, citant notamment L'État de Grace, Reporters ou Les Hommes de l'ombre[9],[10]. Le Parisien évoque une série « palpitante », où « tout est plausible » [11]. Daniel Psenny, pour Le Monde, décrit Baron noir comme « la meilleure série politique française produite à ce jour », servie par « un casting impeccable », à commencer par « un très impressionnant Kad Merad » [12]. Libération parle d'un résultat « imparfait, mais fortement intrigant (…) Dans un contre-emploi surprenant, le choix de Kad Merad fonctionne étonnamment bien (…) [La série] décrit très bien cette quotidienneté politicienne, mains dans le cambouis, où l’on vole des tracts dans les boîtes à lettres pour gagner une élection. » [13] Selon Le Figaro, « Baron noir est avant tout une fiction addictive, un plaisir d'esthète, servie par une distribution et un scénario brillants » [14]. Igor Hansen-Løve, dans L'Express, loue un « feuilleton magistral », qui « fera date dans l'histoire de la télé française » [15]. Pour Olivier Joyard, des Inrockuptibles, la série « s'ancre avec justesse dans la réalité française » et « éclaire sans populisme une situation politique bloquée, à coups de jeux d'appareil brutaux et de méthodes périmées » [16]. Le quotidien britannique The Guardian y voit « un parfait mélange entre House of Cards et Les Soprano » [17].

Audiences[modifier | modifier le code]

Avec une moyenne d'un million de spectateurs par soirée, prime et vidéo à la demande confondus, la saison 1 de la série rencontre un vrai succès. Le tournage de la saison 2 est prévu pour le printemps 2017[18],[19].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix du Producteur Français de Télévision 2017[20]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baron Noir : la saison 2 sera tournée "au moment de la présidentielle", Europe 1, 29 février 2016, Anaïs Huet
  2. Pierre Langlais, « Au ministère du Travail, sur le tournage de “Baron noir”, série politique de Canal+ », sur www.telerama.fr,
  3. a et b « Baron Noir Saison 2 : sur le tournage d'une série jupitérienne », sur Télé Obs,
  4. AlloCine, « Baron Noir : la série Canal Plus aura une saison 2 ! », AlloCiné,‎ (lire en ligne)
  5. Louis Hausalter, « "Baron noir" sur Canal+ : cet éléphant du PS qui se cache derrière Kad Merad », sur www.marianne.net,
  6. Lilian Alemagna et Tristan Berteloot, « «Baron noir» : un air de déjà-vu », sur www.liberation.fr,
  7. François Aubel, « Baron noir au défit de Macron », Le Figaro, samedi 8 / dimanche 9 juillet 2017, page 15.
  8. Mélody Husson Garnier, « Baron Noir, saison 2 : le PS loue ses locaux de Solférino pour le tournage », sur www.telestar.fr,
  9. Pierre Langlais, « Fipa 2016 : on a vu “Baron noir”, la nouvelle série de Canal+ », sur www.telerama.fr,
  10. Pierre Langlais, « “Baron Noir” est-elle vraiment un “échec” d'audience pour Canal+ ? », sur www.telerama.fr,
  11. « Ces séries vont vous scotcher », sur www.leparisien.fr,
  12. Daniel Psenny, « Baron noir et parrain rose », sur www.lemonde.fr,
  13. Clélia Cohen, « Série «Baron noir» : Quoi, magouille ? », sur next.liberation.fr,
  14. Blaise de Chabalier et Constance Jamet, « Figaro Top, Figaro Flop », sur www.lefigaro.fr,
  15. Igor Hansen-Løve, « Votez Baron noir », sur www.lexpress.fr,
  16. Olivier Joyard, « "Baron noir", la première série politique de Canal+ », sur www.lesinrocks.com,
  17. Gwilym Mumford, « Baron Noir: it's the French House of Cards – and it's cracking fun », sur www.theguardian.com,
  18. « Baron Noir : tout ce que l'on sait déjà sur la saison 2 », sur www.premiere.fr
  19. « «Baron noir» prolongé pour une deuxième saison », sur www.liberation.fr,
  20. Baron Noir récompensé lors du Prix du Producteur Français de Télévision 2017, Allocine, 14 mars 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]