Barley wine - Vin d'orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Barley wine
Description de cette image, également commentée ci-après
Verres de Barley wine de différentes couleurs d'Ambre translucide ou brune à noir opaque.
Généralités
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Caractéristiques
Couleur Ambrée, blonde ou brune
Degré d'alcool de 8 à 16 % vol.
European brewing Convention 24-48 deg. EBC
Production
Conditionnement Saccharomyces cerevisiae

Barley wine ou Vin d'orge est une variété de bière de type strong ale dont le taux d'alcool varie en général de 6 à 16%[1] .

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la Grèce antique, on appelait un type de boisson à base de grain fermenté "κρίθινος οἶνος" (krithinos oinos), l'orge de vin[2], dont font allusion entre autres, les historiens grecs Xénophon dans Anabase[3] et Polybe dans son ouvrage L'histoire. Polybe rapporte que les Phéaciens gardaient le vin d'orge dans des cratères d'or ou d'argent[4]. Ces vins d'orge sont différents des barley wine modernes puisque leur allusion est antérieure de plusieurs siècles à l'utilisation de houblon (élément clef de la conception des barley wine modernes).

Publicité pour Bass " N ° 1 Barley Wine

La première bière à être commercialisée en tant que barley wine fut la Bass N ° 1 Ale, autour de 1870[5].

La Anchor Brewing Company a introduit ce type de bière aux États-Unis en 1976, avec la Old Foghorn Barleywine Style Ale[6]. La Old Foghorn fut distribuée sous l'orthographe barleywine (en un mot), par crainte que l'apparition du mot vin sur une étiquette de bière ne deplaise aux régulateurs[réf. nécessaire]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un vin d'orge atteint généralement un taux d'alcool de 8 à 12% en volume avec une densité primitive de moût maximum de 1.120. L'utilisation du mot vin est dû au fait que sa teneur en alcool en est semblable ; mais puisqu'il est fait de grains plutôt que de fruits, c'est une bière.

Il y a deux principaux styles de vin d'orge : le style américain qui a tendance à être plus houblonné et amer, avec des couleurs allant du jaune au brun clair[7], et le style anglais qui tend à être moins amer et peut n'avoir que quelques notes de houblon, plus varié dans les couleurs, allant de l'or rouge au noir opaque[8]. Jusqu'à l'introduction de vin d'orge ambré sous le nom de Gold Label par la Sheffield brasserie de Tennant en 1951[9] (plus tard, brassé par Whitbread), les barley wine britanniques étaient toujours de couleur sombre.

Arômes[modifier | modifier le code]

Les notes principales de fruits sont modérées ou fortes, le houblon varie de doux à fort et les effluves d'alcool sont faibles ou modérées.

En notes secondaires on peut noter un léger goût de caramel ou moins souvent de biscuit, de pain grillé ou de fruits sec, voir de mélasse ou de toffee pour les plus forts. De plus on note des arômes rappelant le Sherry ou le Porto pour les vins d'orge âgés[10].

Saveurs[modifier | modifier le code]

Un goût long en bouche très complexe et riche, fort en malt donc sucré et généralement équilibré par l'amertume du houblon. Une bière en somme profonde et corsée, souvent à la texture légèrement crémeuse et douce, voir liquoreuse ou moelleuse.

Vin de blé [modifier | modifier le code]

Une variation du barley wine consiste en l'ajout d'une grande quantité de blé à la purée finale, résultant en ce qu'on appelle du vin de blé. Ce style est né aux États-Unis dans les années 1980[11].

Culture Populaire[modifier | modifier le code]

Michael Jackson fait référence au barley wine de Smithwick's ainsi: "C'est très particulier, avec un houblonnage terreux, un effet vineux, et beaucoup de saveurs fruitées et caramélisées." Il a également noté que sa densité primitive de moût est de 1.062[12].

Martyn Cornell a déclaré: "Il n'existe pas historiquement de différences significatives entre un vin d'orge et une old Ale". Plus tard, il clarifiera: "je ne crois pas qu'il existe en fait un quelconque style tel que le "vin d'orge""[13].

Les vins d'orge sont parfois étiquetés avec leur date de production, puisqu'ils sont censés vieillir, parfois longuement[14].

Taxes et obstacles juridiques[modifier | modifier le code]

De nombreux pays ont des régimes d'imposition différents selon le degré d'alcool des boissons. Puisque le vin d'orge a une forte teneur en alcool, il est, sous certaines juridictions, taxé à un taux plus élevé que les autres bières[15]. Ainsi, les vins d'orge ont tendance à souffrir davantage d'une majoration des prix que d'autres bières. De même, de nombreux pays ont des réglementations différentes quant à l'endroit où la bière ou le vin peuvent être vendus, menant à la confusion quant à la catégorie dans laquelle le vin d'orge tombe et en limite l'accès par conséquent.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Entry on "Barley wine" at Michael Jackson official website
  2. κρίθινος, Henry George Liddell, Robert Scott, A Greek-English Lexicon, on Perseus
  3. Xenophon, Anabasis, 4.5.26, on Perseus
  4. Polybius, The Histories, 34.9.15, on Perseus
  5. Henry Watts, A dictionary of chemistry and the allied branches of other sciences, Volume (1872)
  6. Stett Holbrook, « Rich, chewy barley wine takes time », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  7. « Yeast Style Guide: American Barleywine », Wyeast Laboratories
  8. « Yeast Style Guide: English Barleywine », Wyeast Laboratories
  9. Cornell, Martyn. Amber Gold & Black, 2010, p. 168
  10. « Styles de bières de fermentation haute », sur univers-biere.net (consulté le 15 novembre 2017)
  11. Joshua M. Bernstein, « Wheat of the Moment », Imbibe Magazine (consulté le 12 janvier 2014)
  12. Michael Jackson, « Brewery with its own abbey - it must be Ireland », What's Brewing, sur What's Brewing,
  13. Martyn Cornell, « So what IS the difference between barley wine and old ale? », Zythophile (blog), sur Zythophile (blog),
  14. Adem Tepedelen, « A Winter's Ale », Imbibe,‎ nov–dec 2009 (lire en ligne)
  15. « Skattesatser på alkohol », sur Skatteverket (consulté le 4 juin 2017)