Bardi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Bardi, Caffè Bardi et Bardi (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Bardy.
Bardi
Le château de Bardi
Le château de Bardi
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Parme 
Code postal 43032
Code ISTAT 034002
Code cadastral A646
Préfixe tel. 0525
Démographie
Gentilé bardigiani
Population 2 382 hab. (31-12-2010[1])
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 00″ N 9° 44′ 00″ E / 44.63333, 9.7333344° 38′ 00″ Nord 9° 44′ 00″ Est / 44.63333, 9.73333  
Altitude Min. 625 m – Max. 625 m
Superficie 18 900 ha = 189 km2
Divers
Saint patron San Giovanni Battista
Fête patronale 24 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Bardi

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Bardi

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Bardi
Liens
Site web http://www.comune.bardi.pr.it

Bardi (en dialecte parmesan Bärdi ) est une commune italienne d'environ 2 400 habitants située dans la province de Parme dans la région Émilie-Romagne dans le nord-est de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bardi est située à 625 mètres d'altitude dans la haute vallée du Ceno, au point de confluence du torrent Ceno et du torrent Noveglia, à environ 60 km de Parme et 40 km de la sortie de Fornovo de l'autoroute A15.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune[modifier | modifier le code]

Panorama de Bardi

La Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces de présence humaine sur le territoire de Bardi remontent au Moyen-Paléolithique supérieur lorsque des groupes de chasseurs-cueilleurs fréquentent la région pour les fournitures de silex et de jaspe, des matières premières pour obtenir des outils de pierre pour la chasse, le traitement du cuir et de la collecte de produits sauvages.

La période romaine[modifier | modifier le code]

Pour la période romaine il y a des signes d'une population clairsemée; Divers vestiges de fours et de bâtiments de cette époque ont été trouvés dans la commune.  Après un écart de siècles un groupe de guerriers libres »arimanni" Lombards , installés dans les bois autour de la grande pierre sur laquelle le château va augmenter, probablement vers la VII e siècle ; d'eux est nommé d'après le lieu, "Silva Arimannorum ", et le village d'en haut," Bardi ".  Mais l'étymologie du nom est contesté. "Bardi" En fait, selon la légende, dérive de «Bardus" ou "Barrio", le dernier des éléphants suivants l'armée d'Hannibal qui mourut pendant le mois de mars à Rome. Dans sa mémoire, Hannibal aurait alors décidé de fonder une colonie. 

Moyen-Age et Renaissance[modifier | modifier le code]

En 1381 Gian Galeazzo Visconti reconnu la primauté de la Landi qui a obtenu en 1415 une autonomie complète. Le château, conçu à l'origine comme une garnison militaire, il a ensuite été étendu et modifié pour convenir à la fonction de la capitale d'un petit état ​​libre étendu bien dans la haute Val Ceno et Val Taro (correspondant aux municipalités de Albareto Bardi Bedonia, Borgotaro, Compiano, Tornolo et Varsi). En 1429, Filippo Maria Visconti conquis le château , plus tard, confié au chef de la fortune Niccolò Piccinino qui le garde de 1438 à 1448. En 1448, retour de la Famille Landi . En 1551, l'empereur Charles V construit la querelle au marquis Landi et a obtenu le droit de battre monnaie.

La forteresse[modifier | modifier le code]

La forteresse de Bardi est un imposant bâtiment du complexe architectural élargie à plusieurs reprises, adapter aux luttes qui ont longtemps divisé les seigneurs du lieu, les Landi, les ducs de Parme.  La forteresse a été fondée à la fin du IXe siècle pour protéger la population contre les invasions hongroises et au XVIe siècle, lorsque Landi sont privés de leurs résidences à Piacenza, le château est devenu un manoir .  Bardi reste la seul et magnifique résidence du souverain administre un état ​​de montagne , en essayant de résister à la politique centralisatrice du duc de Parme. L'histoire ultérieure, une fois éteinte la dynastie des Landi, est celle d'un territoire qui, finalement acheté par le Farnese , ducs de Parme, de plus en plus périphérique. L'autonomie des seigneurs féodaux et les familles de l'aristocratie locale, qui avait fondé sa fortune sur le contrôle des points de passage et les vallées des Apennins, est moins en leur pouvoir et est perdu aussi le centre stratégique de la montagne. En 1862, elle devient une prison militaire , puis en 1868, elle a été vendue à l'administration municipale. Au XXe siècle, le château abrite la mairie et en elle, un peu moins qu'il y a trente ans, à l'initiative du Centre d'étude de la vallée du Ceno, était la maison du Musée des civilisations Valligiana . 

Bardi - Il castello 07.JPG

Un lien particulier existe depuis plus d'un siècle entre Bardi et Paris. L'entretien des chaudières des grands édifices, églises, administrations, hôtels, etc. a été confié exclusivement à des hommes originaires de Bardi. Luigi Crescini et son frère Giuseppe Crescini, tous deux bardezans, ont été "scaldini" caldo (chaud en italien) à la fin du XIXe siècle[2]. Ces Messieurs avaient l'habitude de se retrouver après le travail, au café "LE BALLI DE SUFFREN" avenue de Suffren à Paris. Le patron, Aveyronnais, a été reçu à Bardi.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Produits Typiques[modifier | modifier le code]

La terre de Bardi, niché dans l'une des plus belles régions de montagne de Parme, ne déçoit pas les amateurs de bonne nourriture. En plus de champignons, truffes, charcuterie, fromages et autres délices typiques des domaines de l'Apennin, offre quelques particularités comme le cochon noir et le sanglier , qui sont tirés des plats succulents. 

Personnalités[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1951 Pietro ROFFI    
1951 1956 Giovanni MAZZADI    
1956 1964 Dorino MARGARITELLI    
1964 1975 Giuseppe LEPORATI    
1975 1990 Luigi PELIZZA    
1990 1993 Gian Carlo ERIDANO    
1995 1999 Carlo Pio MARZANI    
1999 2004 Bruno BERNI    
2004 2009 Pietro TAMBINI    
2009 2014 Giuseppe Conti    
2014   Valentina PONTREMOLI    
Les données manquantes sont à compléter.


Hameaux[modifier | modifier le code]

Assirati, Bazzini, Bergazzi, Berlini, Bertonazzi, Boccolo, Bosini, Bre, Brugnoli, Caberra, Cacrovoli, Caneto, Cantiga, Caprile, Carpana, Casanova, Case Ini, Case Soprane, Cavallare, Cerreto, Chiesabianca, Cogno, Credarola, Cogno Grezzo, Comune Soprano, Costa, Cremadasca, Diamanti, Dorbora, Faccini, Faggio, Fantoni, Ferrari, Filippini, Franchini, Frassineto, Gabriellini, Gazzo, Geminiano, Granelli, Granere, Gravago, Grezzo, Lezzara, Lobbie, Moglie, Monastero, Noveglia, Osacca, Panigaro, Pareto, Piana Gazzo, Pianelletto, Pieve, Pione, Ponteceno di sopra, Romei, Roncole, Rossi, Rugarlo, Saliceto, Santa Giustina, Segarati, Sidolo, Tanugola, Taverna, Tiglio, Vicanini, Vischetto di Là, Vosina

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bedonia, Bore (Italie), Borgo Val di Taro, Compiano, Farini, Ferriere, Morfasso, Valmozzola, Varsi

Bardigiano[modifier | modifier le code]

Bardi a donné son nom à une race équine : le bardigiano, un poney de selle et de trait italien de taille moyenne, sélectionné comme monture de guerre dès le Moyen Âge[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Émission de Sylvain Augier sur ce sujet
  3. [1]