Barbra Ring

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Barbra Ring
Barbra Ring 1922.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
OsloVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Vestre gravlund (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Écrivaine, critique littéraire, biographe, auteure de littérature pour la jeunesseVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Gerda Ring (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Barbra Mathilde Ring, née le à Drammen et morte le à Oslo, est une auteure norvégienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Drammen, dans le Comté de Buskerud, elle est la fille de Ole Ring et de Thora Augusta Ravn. Elle grandit dans le quartier de Stabekk à Bærum et fait ses études secondaires à l'école de Frøken Falsens à Kristiania[1].

Entre 1902 et 1905, elle travaille comme bibliothécaire et archiviste pour le Norges Oplysningskontor for Næringsveiene (bureau norvégien d'information pour la route industrielle)[2] avant de devenir critique littéraire pour Ørebladet jusqu'en 1914 puis est embauchée comme critique de théâtre pour Nationen[1]. Elle passe quelques année à Bergen avant de revenir à Oslo pour débuter sa carrière d'auteure[2].

Son premier roman pour enfants, Babbens Dagbog, est publié en 1904 et est un succès[1]. Il est considéré comme l'origine du ungpikebøker (livres pour jeunefille) traitant d'amour pour les adolescentes[3]. Elle publie pour les adultes pour la première fois en 1914 avec Jomfruen[1]. Ce texte est un plaidoyer pour le droit des femmes à être elles-mêmes[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, bien qu'elle ait été soupçonnée d'avoir des accointances avec le nazisme, elle vient en aide aux résistants au nazisme et démissionne aussi de son poste à Nationen lorsque la direction est repris par un nazi[1]. L'Association des écrivains norvégiens lui offre une bourse honorifique pour lui permettre de subvenir à ses besoins jusqu'à la fin de la guerre[1].

Elle est membre de l'Association de la presse norvégienne ainsi que du PEN club norvégien[1].

Elle meurt le 16 mai 1955 à Oslo[4].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Elle épouse Thorvald Kirsebom à l'âge de 18 ans en 1889 né à Kristiansand[2],[1]. Ilsdivorcent en 1901 après la naissance de leur premier et unique enfant, une fille, Gerda Ring (en)[2]. En 1917, elle épouse le colonel Ragnard Rosenquist qui meurt en 1920[2].

Bibliographie[5][modifier | modifier le code]

Livres pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Babbens Dagbog (1904)
  • Peik og Fjeldmusbøkerne og andre fortællinger for de unge (1917-1918)

Romans[modifier | modifier le code]

  • Jomfruen (1914)
  • Under seil (1916)
  • To (1920)
  • Kredsen (1921)
  • Eldjarstad (1931)
  • Leken på Ladeby (1936)
  • Leken blir liv (1937)

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Fnugg (1909)

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Fra Hanna Winsnes' prestegaard (1911)
  • For hundre aar siden (1924)
  • Dengang jeg var pige (1928)
  • Minder og smaa bekjendelser (1929)
  • Mellem venner og fiender (1947)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (no) Jorunn Hareide, « Barbra Ring », dans Norsk biografisk leksikon, (lire en ligne)
  2. a b c d e et f (en) History of Norwegian Literature, Ardent Media (lire en ligne)
  3. (en) Harald S. N•ss, A History of Norwegian Literature, U of Nebraska Press, (ISBN 9780803233171, lire en ligne)
  4. (en) Downs Sandra et Brian W. Downs, Modern Norwegian Literature 1860-1918, Cambridge University Press, (ISBN 9780521048545, lire en ligne)
  5. (no) « Barbra Ring », dans Store norske leksikon, (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]