Barbara Strozzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Strozzi.
Barbara Strozzi
Bernardo Strozzi 001.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
PadoueVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Giulio Strozzi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Tessiture

Barbara Strozzi (Venise, 6 août 1619 - Padoue, 11 novembre 1677) est une chanteuse et compositrice italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Barbara Strozzi est la fille adoptive (et probablement la fille illégitime) du poète Giulio Strozzi, un auteur de livrets d'opéra qui encourage sa carrière musicale. Sa mère est la servante de la demeure où elle nait en 1619, Isabella Garzoni. Son père, très influent dans les cercles littéraires et musicaux, prodigua une éducation littéraire et musicale à sa fille.

Barbara Strozzi étudie la composition auprès de Francesco Cavalli, et à partir de 1634 on la trouve associée comme chanteuse et compositrice à l'Accademia degli Incogniti fondée par Giovanni Francesco Loredano. Le poète Niccolò Fontei en parle comme d'une cantatrice virtuose et publie pour elle deux livres de chants, Bizzarrie poetiche poste in musica. En 1644, elle publie pour la première fois un livre de madrigaux sur des textes de son père. Une seconde publication suit en 1651, un recueil de cantates, d'ariettes et de duos. Ce dernier comprend notamment la cantate composée en l'honneur du mariage de l'Empereur Ferdinand III de Habsbourg et d'Éléonore de Mantoue.

Elle continue de publier après la mort de son père. Sa troisième publication, datée de 1654, inclut des cantates et des ariettes à une, deux et trois voix. Sa quatrième publication est perdue. Son seul ouvrage de musique sacrée arrive en 1655. Ses derniers livres sont publiés en 1657, 1659 et 1664.

Elle compose de nombreuses œuvres vocales pour des mécènes comme le doge de Venise Nicolò Sagredo, Ferdinand III du Saint-Empire et Éléonore de Gonzague-Mantoue, ou Sophie de Bohême, duchesse de Brunswick.

Jusqu'en 1664, elle publie 125 œuvres sur huit opus, des madrigaux et surtout des arias et des cantates.

Elle est avec Francesca Caccini l'une des rares compositrices italiennes du XVIIe siècle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Cantates[modifier | modifier le code]

  • L'Astratto
  • Non pavento io di te
  • Lamento : appresso a i molli argenti
  • Lamento : sul Rodano severo
  • Luci belle
  • Moralità amorosa
  • E giungera pur mai alla linea crudele
  • E pazzo il mio core
  • Serenata con violini : Hor che Appollo è a Theti in seno
  • Aure gia che non posso dall'Idol mio
  • Che si puo fare
  • Cieli, stelle, Deitadi

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]