Barbara Nowacka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Barbara Nowacka
Barbara Nowacka Sejm 2015 09.JPG

Barbara Nowacka en septembre 2015.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (43 ans)
VarsovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Autres informations
Parti politique
Site web
Distinction

Barbara Nowacka, née le à Varsovie[1], est une femme politique polonaise. Engagée à gauche dans le cadre de l'Union du travail puis de Twój Ruch, elle conduit la Gauche unie aux élections parlementaires de 2015, mais cette coalition n'obtient aucun élu au Parlement polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Barbara Anna Nowacka est la petite-fille de Witold Nowacki (pl), professeur à l'École polytechnique et à l'université de Varsovie et la fille de Jerzy Nowacki, recteur de l'Institut polono-japonais des technologies de l'information et de Izabela Jaruga-Nowacka, députée de 1993 à sa disparition (sauf de 1997 à 2001), vice-présidente du Conseil des ministres de la République de Pologne de mai 2004 à octobre 2005 dans les gouvernements dirigés par Marek Belka, morte dans l'accident de l'avion présidentiel polonais à Smolensk le 10 avril 2010[1].

Durant son adolescence, elle participe à la préparation de l'émission télévisée 5-10-15 (pl). Elle obtient ensuite un diplôme de master ingénieur en informatique et un MBA de la faculté de gestion de l'université de Varsovie. Son père lui a confié le poste de chancelier de l'institut universitaire qu'il dirige.

Elle a deux enfants[2],[1].

Engagement politique et social[modifier | modifier le code]

Pendant ses études, elle s'engage dans le mouvement féministe sous l'égide de la Federacja na rzecz Kobiet i Planowania Rodziny (pl) (fédération pour les femmes et le planning familial). De 1997 à 2006, elle est membre de l'Union du travail (mouvement de jeunesse puis parti lui-même). Après la mort de sa mère, elle crée la Fondation qui porte son nom et en assure la vice-présidence[3].

Elle est partisan du droit à l'avortement, à la fécondation in vitro y compris pour les femmes célibataires, de l'égalité des droits pour les couples homosexuels notamment celui d'adopter des enfants[4].

Candidate aux élections européennes de 2014 sur la liste Europa Plus (pl) patronnée par l'ancien président Aleksander Kwaśniewski, elle n'obtient pas de siège.

Elle rejoint ensuite le parti de Janusz Palikot Twój Ruch (dont elle devient coprésidente) et contribue à créer la coalition Gauche unie avec d'autres organisations de gauche : Alliance de la gauche démocratique, Twój Ruch, Union du travail, Parti des Verts, Parti socialiste polonais. Elle est officiellement désignée, le 4 octobre 2015, comme candidate à la présidence du Conseil des ministres en cas de victoire électorale[5]. Mais lors des élections du 25 octobre 2015, la coalition ne parvient pas à atteindre le seuil des 8 % nécessaires pour obtenir des élus, ce qui entraîne pour la première fois la disparition de la gauche du Parlement polonais.

En 2016, le magazine Foreign Policy place Barbara Nowacka, avec Agnieszka Dziemianowicz-Bąk (en) de Razem, sur la liste annuelle des 100 penseurs mondiaux les plus influents pour leur rôle dans l'organisation de manifestations contre l'interdiction totale de l'avortement en Pologne[6].

Elle reçoit à Paris en janvier 2017 le prix Simone-de-Beauvoir pour la liberté des femmes au nom de l'association Sauvons les femmes (Ratujmy Kobiety)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Catherine Mallaval, « Barbara Nowacka, au non des femmes » sur Libération, 17 janvier 2017
  2. (pl) « Barbara Nowacka: Jestem gotowa », sur wyborcza.pl,
  3. (pl) « Ludzie Fundacji – Fundacja im. Izabeli Jarugi-Nowackiej », sur jaruga-nowacka.pl
  4. (pl) « Tylko u nas ! Barbara Nowacka: "Waleczna jestem" », sur gala.pl,
  5. (pl) « Barbara Nowacka liderką Zjednoczonej Lewicy », sur polska.newsweek,
  6. (en) « Foreign Policy's Annual List of the 100 Top Global Thinkers », Foreign Policy (consulté le 12 décembre 2016)
  7. Amélie Poinssot, « Les gauches européennes doivent changer de modèle », sur Mediapart,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :