Barbara Nicolier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Barbara Nicolier est metteur en scène de théâtre. On a pu voir ses créations au Théâtre Vidy-Lausanne, au Théâtre national de la Colline à Paris, au Schauspielhaus de Salzburg ou au TGP-CDN de Saint Denis. En 2013, adaptation de La Mère Brecht/Eisler, dans la traduction de Maurice Regnaut et André Steiger, à l'usage d'un seul interprète. En 2014, Die MASSNAHME Brecht/Eisler, Werkschau, Aula FWS MITTE Berlin, Fassung 1931, (avec récitante, chœurs, agitateurs, solistes, pianiste et chef d'orchestre).En 2015, DAS DRITTE REICH DES TRAUMS de Charlotte Beradt, en cours. En 2016 , Künstlerische Leitung, Philharmonie de Berlin, Die MASSNAHME Brecht/Eisler. En 2017, l have a dream#17# © Galerie Victor Sfez.

Formation[modifier | modifier le code]

Après un bref passage au Conservatoire de Lausanne à la fin des années 1980, Barbara Nicolier a accompli, avec une bourse d’études, une maîtrise d’Etudes Théâtrales à l’université Paris 3, puis un DEA en sciences du langage à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction d’Yves Hersant et de Pierre-Antoine Fabre, durant lequel elle a traduit et publié la Poétique inédite du jésuite Tarquinio Galluzzi (1633). Dans ces trois institutions, elle a fréquenté principalement les enseignements d’André Steiger, Jean-François Peyret et Georges Didi-Huberman.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Après un premier spectacle à Lausanne en 1989, La lettre volée avec Raoul Teuscher et Jo Bögli et une longue pratique en milieu universitaire, Barbara Nicolier met en scène depuis la fin des années 1990. Elle travaille en particulier la question de la résistance. Elle porte une attention primordiale à la matérialité du texte et construit autour de ses acteurs des dispositifs scéniques incluant vidéo et espace sonore. Elle s’attache au dialogue de ces différents espaces et à leur production en direct.Elle crée la première pièce de théâtre de Antonio Negri, Essaim avec Évelyne Didi (en 2004 au Théâtre Vidy-Lausanne reprise au Théâtre national de la Colline en 2005), et a dirigé l’intégrale de sa Trilogie de la différence, pour France Culture en compagnie de Jean Couturier en 2007, pièces de théâtre traduites par Judith Revel pour l'édition française et Timothy S. Murphy pour l'édition américaine. En 2011 l'intégrale de la Trilogie de la critique, inédite à ce jour, pour Radio France- réalisation avec Blandine Masson - , au Festival d'Avignon et au Théâtre de l'Odéon.

Entre 1999 et 2009, elle a dirigé, seule ou avec Gilles David ou David Tuaillon l’atelier théâtre des étudiants de l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne avec lequel elle a monté au Théâtre national de la Colline sept créations contemporaines.

Ses créations[modifier | modifier le code]

Die MASSNAHME Brecht/Eisler, Werkschau, Aula FWS MITTE, Berlin juin 2014, version de 1931, (avec récitante, chœurs, agitateurs, solistes, pianiste et chef d'orchestre). 

Au Théâtre national de la Colline, avec l’atelier théâtre des étudiants de l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne :

Autres activités[modifier | modifier le code]

Barbara Nicolier a entretenu une activité d’enseignement du théâtre par la pratique ; elle a enseigné aux départements d’Études théâtrales de l’Université de Nanterre et de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, aux conservatoires d’art dramatique de Montpellier, du 5e arrondissement de Paris et de Levallois Perret, à l’ESAD de Paris, au Lycée Victor Hugo à Paris, à l’IUFM de Créteil et pour le programme Trans-Europe Theatre à Turin en 2000, en compagnie d'Armelle Stepien.Elle a également été assistante à la mise en scène d'Alain Françon,de Laurent Pelly et d'André Steiger:* pourSt Genest comédien et martyr de Jean de Rotrou à la Comédie-Française* et Les Nègres de Jean Genet à la Comédie de Genève.Elle a en outre été collaboratrice artistique d’Alain Françon pour Katarakt de Rainald Goetz, au Théâtre national de la Colline en 2004 ; de Michel Didym pour Le Langue à langue des chiens de roche de Daniel Danis, à la Comédie-Française en 2001 ; et de Ludovic Lagarde pour Maison d’arrêt d’Edward Bond au Théâtre national de Strasbourg en 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sur la création de Avanti ! :

« Face à la violence du monde, la fureur vitale de Carlo Brandt », in Le Monde, 30 septembre 2001** extrait audio du spectacle [www.youtube.com/watch?v=6jSW7um92iI]* Patrick Sourd : « Renaissance Italienne », in Les Inrockuptibles, décembre 2002* Brigitte Salino : « Avanti ! : les cris sans fin de Gramsci, Pasolini et Negri », in Le Monde, décembre 2002

Sur "Trilogie de la critique " Antonio Negri http://www.avanti01.eu/2011/12/videos-hd-extraits-de-lhomme-qui-rit.html Rétrospective Vidéo des principales créations: http://www.avanti01.eu/2011/01/gramsci-negri-pasolini-michaux-les.html. Montage de Virginie Dallois