Barbara Hepworth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hepworth.
Jocelyn Barbara Hepworth
Barbara Hepworth (1966) by Erling Mandelmann.jpg
Barbara Hepworth en 1966 par Erling Mandelmann
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
St IvesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Représentée par
Pace Gallery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Conjoint
Distinctions
Site web

Barbara Hepworth est une sculptrice britannique, née le à Wakefield dans le Yorkshire de l'Ouest, et morte le à Saint Ives, en Cornouailles.

Elle est une représentante majeure de la sculpture abstraite de la première partie du XXe siècle. Son art hérite de l'influence de Piet Mondrian.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait des études en arts plastiques en 1920 à la Leeds College of Art and Design puis au Royal College of Art de 1921 à 1924, où elle rencontre le sculpteur Henry Moore. Dans les années 1920, une bourse lui permet d'étudier et de vivre en Italie. Elle épouse le sculpteur John Skeaping puis le peintre Ben Nicholson en 1938. A paris, elle participe au mouvement Abstraction-Création. En 1935, elle fonde avec Naum Gabo le groupe Circle après la fin de Unit One. En 1939, Barbara Hepworth et Ben Nicholson déménagent à St Ives[1].

En 1965 elle reçoit l'Ordre de l'Empire britannique. Elle meurt en 1975 dans l'incendie de sa maison de St Ives dans les Cornouailles.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Deux segments et sphère 1935

Style[modifier | modifier le code]

Son œuvre s'inscrit dans la recherche d'une forme idéale, mais une forme idéale qui reste dépendante d'une conception esthétique classique. Cette forme idéale se fonde sur une idée de la beauté, qui, d'inspiration classique, trouve des traits dans la conception formelle de la Grèce antique. Elle veut donner à son œuvre une unité parfaite. Ainsi, dans la publication de « Unit One » en 1934, elle écrit que son objectif est de « projeter dans un médium plastique un peu de la vision abstraite et universelle de la beauté. »

Son art réside tout entier dans le jeu entre formes convexes et concaves, dans une constante opposition entre vide et plein[2]. Ainsi, à la différence de Moore, les trous ont une fonction esthétique et non dynamique, car ils offrent une variété infinie de courbes, donnant à la nature la capacité de reprendre ses droits sur l'œuvre. La sculpture s'intègre dans l'espace, elle « fait corps » avec l'espace[1].

Les paysages de Cornouailles vont fortement influencer son œuvre à partir des années 1940. Sa sculpture tend vers une dimension plus humaine.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Sally Bonn, L'art en Angleterre : 1945-1995, Paris, Nouvelles éditions françaises, , 207 p. (présentation en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bonn 1994, p. 46-47
  2. Dora Vallier, L'art abstrait, Hachette, coll. « Pluriel », , p. 215

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Barbara Hepworth, Barbara Hepworth : A Pictorial Autobiography, New York, Praeger, , 127 p. (présentation en ligne)
  • Penelope Curtis, Barbara Hepworth, Tate Gallery,
  • Sophie Bowness, Herbert Read, Penelope Curtis et al., Barbara Hepworth : catalogue de l’exposition du 12 janvier au 27 mars 2006, au Musée des beaux-arts de Nancy, Lyon, Éditions Fage,

Liens externes[modifier | modifier le code]