Barack Obama, Sr.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barack Obama, Sr.
Description de l'image Barry Obama Sr.jpg.
Nom de naissance Barack Hussein Obama
Naissance
Kanyadhiang’ Karachuonyo[1] (Colonie britannique du Kenya)
Décès (à 46 ans)
Nairobi (Kenya)
Nationalité kényan
Pays de résidence Kenya
États-Unis
Diplôme
Profession
économiste dans divers ministères
Ascendants
Onyango Hussein Obama & Akumu Abiba Nyanjoga
Descendants
1. avec Kezia, Grace Aoko : Abongo, Auma, Abo, Bernard
2. avec Ann Dunham : Barack Jr.
3. avec Ruth Nidesand : Mark Ndesandjo[2], David
4. avec Jael Otieno : George
Famille
sœur : Sarah
demi-sœur : Zeituni Onyango[3],[4]
demi-frères : Omar, Yusuf et Sayid

Compléments

- Tous les demi-frères et sœurs sont les enfants de Sarah Ogwel.
- Sarah Ogwel est la 3e épouse de son père, c'est celle qui l'élève réellement.

Barack Hussein Obama, né en 1936 et mort d'un accident de la route le , est un économiste travaillant pour le ministère des Finances kényan. Il est le père du 44e président des États-Unis, Barack Obama, qui en a fait le héros de Dreams from My Father[5], traduit en français par Danièle Darneau sous le titre de Les Rêves de mon père[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Barack Obama Sr. nait, en 1936, dans le village de Kanyadhiang’ Karachuonyo (près de Kendu Bay)[7], dans le district de Rachuonyo[1] sur les bords du golfe de Winam, au Kenya, qui était à l'époque une colonie de l'Empire britannique. Cependant, son père ayant dû quitter la région de Kendu Bay, il grandit dans le village de ses ancêtres paternels (Nyang’oma Kogelo dans le district de Siaya)[8] où il est, par ailleurs, enterré selon la tradition des Luo[9].
Il est le fils de Onyango, Hussein Obama (1895-1979) et de sa seconde épouse Akumu[10]. Après le départ d'Akumu en 1945[11], c'est sa troisième épouse, Sarah Ogwel, qui va élever Barack Obama Sr. et sa sœur aînée, Sarah[12]. C'est cette troisième épouse que Barack Obama Jr. considère comme sa grand-mère (Granny comme il la nomme affectueusement et dani Sarah[13] comme les Luo l'appellent).

La famille Obama est originaire du groupe ethnique des Luo (présents au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda et au Soudan). Obama Sr. est né dans une famille chrétienne, bien que son père[14] se convertit, plus tard, à l'islam et adopte le prénom de Hussein[15].

En 1954, Obama Sr. épouse, selon le rite traditionnel des Luo[16], Kezia (16 ans) avec qui il a quatre enfants (avant 1961 : Abongo (Roy) et Auma ; après 1961 : Abo et Bernard). Kezia vit actuellement en Grande-Bretagne.

Éducation[modifier | modifier le code]

Né à proximité de Kendu Bay, Obama Sr. intègre la Gendia Primary School, puis la Ng'iya Intermediate School lorsque sa famille déménage pour le district de Siaya. De 1950 à 1953, Obama Sr. étudie à la Maseno National School, une école réservée aux chrétiens, dans la ville de Maseno, et tenue par l'Église anglicane du Kenya. Son directeur, B.L. Bowers, décrit Obama Sr. comme une personne « très intelligente, attentive, de confiance et amicale. Il était concentré durant les cours, digne de confiance et aimant faire la fête. »[17]

Obama Sr. obtient un diplôme en sciences économiques en suivant un programme d'éducation organisé par le leader politique luo Thomas Odhiambo Mboya. Le programme, appelé Students Airlifts Programme, permettait d'offrir des possibilités d'études aux États-Unis pour les étudiants kényans.

À propos de la scolarité de son père, le président Barack Obama dit, erronément,[réf. nécessaire] dans ses mémoires, que les Kennedy auraient décidé à l'époque : « Nous allons aller vers l'Afrique pour faire venir des jeunes dans notre pays et leur offrir l'occasion d'étudier et de voir à quel point l'Amérique est un beau pays ». Le jeune Barack Obama Sr. obtient l'un de ces « tickets » pour les États-Unis[18]. Cependant, un article de Michael Dobbs publié dans le The Washington Post indique, avec justesse, que la famille Kennedy n'a pas soutenu ce programme avant 1960, alors qu'Obama Sr. étudiait déjà aux États-Unis depuis un an[19] grâce à Tom Mboya.

À l'âge de 23 ans, Obama Sr. intègre l'université d'Hawaï à Manoa, laissant derrière lui sa femme enceinte Kezia et leur premier fils en bas âge. Il se détourne alors de toute religion et devient athée.

Le , Obama Sr. se marie avec une étudiante, Ann Dunham à Maui sur l'île d'Hawaii. Le seul enfant d'Obama Sr. et d'Ann Dunham, né le , est le 44e Président des États-Unis d'Amérique Barack Obama II. Ann Dunham arrête alors ses études pour s'occuper du bébé, tandis qu'Obama Sr. réussit, en , ses examens d'entrée à l'université Harvard au Massachusetts. Incapable de subvenir aux besoins de son épouse et de son fils, le divorce est prononcé en janvier 1964. En 1965, il est diplômé en économie.

Retour au Kenya[modifier | modifier le code]

Lors de son retour au Kenya, Obama Sr. est embauché par une compagnie pétrolière puis travaille comme économiste au ministère des Transports et, quelque temps après, devient économiste expert pour le ministère des Finances kényan[20].

Il fonde une nouvelle famille avec Ruth Nidesand (une Américaine) d'abord, et avec Jael Otieno (une Kényane luo) ensuite.

En 1965, Obama Sr. rédige un écrit intitulé Problems Facing Our Socialism, publié dans le Journal Est-Africa, critiquant à demi-mot la politique nationale mise en place par l'African Socialism and Its Applicability to Planning in Kenya qui fut produite par le ministère du Planning et du Développement Économique de Tom Mboya[21]. Dans Les rêves de mon père, le président des États-Unis d'Amérique décrit comment le conflit entre Jomo Kenyatta et son père détruit la carrière de ce dernier. Limogé, boycotté, il sombre dans la misère et l'alcoolisme avant de se tuer, à Nairobi, dans un accident de voiture en 1982, à l'âge de 46 ans.

Obama Sr. est enterré dans le village de Nyang’oma Kogelo, dans le district de Siaya, au Kenya. Ses funérailles sont faites en présence des ministres kényans Robert Ouko, Oloo Aringo, et d'autres personnalités politiques de premier plan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b The Standard du 14 novembre 2008 par John Oywa and George Olwenya : Obama’s dad and his many loves(en)
  2. Times Online du 27 juillet 2008 par Michael Sheridan Shenzhen : Barack Obama’s Brother Pushes Chinese Imports on US(en)
  3. Elle est un des enfants de Onyango, Hussein Obama et de Sarah Ogwel
  4. Jeune Afrique du 4 février 2010 sur la polémique à propos de la présence de Zeituni Onyango Obama aux États-Unis [1] (fr)
  5. Barack Obama, Dreams from My Father (ISBN 978-1-84767-094-6) [(en) lire en ligne])
  6. Danièle Darneau, Les Rêves de mon père (ISBN 2258075971) Les rêves de mon père par « Dirlandaise » sur Critiques libres, le 17 juillet 2008(fr)
  7. Dans son autobiographie, Barack Obama Jr. cite, avec erreur, Kendu Bay
  8. Alego dans l'autobiographie de Barack Obama Jr. alors que Alego est le nom de la circonscription électorale (South Alego). Il existe aussi une autre confusion dans cette biographie : le nom du clan luo auquel appartenait son père est appelé jo Alego (« hommes du clan des Alego » en luo)
  9. The Standard du 4 novembre 2008 par Joe Ombuor : Obama’s father and the origin of Muslim name(en)
  10. Site Web About.com (sans date) par Kimberly Powell : Ancestry of Barack Obama (en)
  11. Akumu quitte définitivement son mari en 1945 après plusieurs tentatives ; cette fois, elle bénéficie de l'appui de ses parents, se remarie et part vivre en Tanzanie
  12. Barack Obama, Sr. se présentait toujours comme un wuod Akumu Nyanjoga kod Sarah Ogwel ce qui en Luo signifie « fils d'Akumu Nyanjoga et de Sarah Ogwel »
  13. dani signifie « grand-mère » en luo
  14. Onyango avait appris l'herboristerie traditionnelle durant son enfance, mais n'était pas vraiment un « guérisseur tribal » (jabilo en luo)
  15. Avant de travailler comme cuisinier pour des chrétiens missionnaires à Nairobi, Onyango, père d'Obama, Sr., a beaucoup voyagé, faisant notamment partie des forces coloniales de Grande-Bretagne, et visitant l'Europe, l'Inde, et l'archipel de Zanzibar, où il se convertit du catholicisme à l'islam. Onyango a eu trois femmes : Helima (sans descendance), Akumu (Sarah, Barack (Barack Obama, Sr.), Auma), Sarah (Omar, Zeitouni, Yusuf, Sayid).
  16. cf. Le peuple luo, section mariage
  17. The Standard du 4 novembre 2008 par John Oywa : Tracing Obama Snr’s steps as a student at Maseno School (en)
  18. The Guardian du 6 juin 2008 par Xan Rice : Barack's voice was just like his father's - I thought he had come back from the dead (en)
  19. En réalité, les Kennedy ont soutenu le programme de Tom Mboya en 1960 pour l'élargir à d'autres pays africains que le Kenya. Lire l'article consacré à la vie politique de Tom Mboya (4e §)
  20. The Sun-Times Media du 9 septembre 2007 par Scott Fornek : Wrestling with... a ghost (en)
  21. (en) Barak H. Obama, « Problems Facing Our Socialism », East Africa Journal,‎ , pp. 26-33 (lire en ligne) (en)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Otieno jarieko. par Barack H. Obama; Département de l'Éducation du Kenya, Section Littérature pour Adultes; Kampala : East African Literature Bureau, 1959
  • Pour plus d'informations sur les Kényans célèbres :

(en) Western-Educated Elites in Kenya, 1900-1963: The African American Factor par Jim C. Harper

  • Barack Obama Sr. a été élevé par Sarah Ogwel car Akumu Nyanjoga (la véritable grand-mère) a quitté son mari, emmenant sa troisième fille née (Auma) avec elle et laissant derrière ses deux premiers enfants Sarah et Barack (tante et père du 44e président des États-Unis d'Amérique). Les deux enfants devaient la rejoindre plus tard dans son village d'origine (Karabondi-Karachuonyo), mais ils étaient trop jeunes pour y parvenir par leurs propres moyens. Cf. Les rêves de mon père par Barack Obama Jr. aux Éditions Points novembre, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]