Banyamulenge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Banyamulenge

Populations importantes par région
Autres
Régions d’origine Rwanda, Burundi, Tanzanie au 18ē siècle
Langues Kinyarwanda
Religions Christianisme
Ethnies liées Banyarwanda

Les Banyamulenge[1], littéralement « ceux qui viennent de Mulenge » (sur les hauts-plateaux du Massif de l'Itombwe)[2], sont, dans le sens strict, un groupe nilotique installés dans la plaine de Ruzizi en République démocratique du Congo au XIVe siècle[3],[4]. Ils vivent essentiellement dans la province du Sud-Kivu dans la zone proche de la frontière avec le Tanzanie et le Burundi. Le terme est initialement créé pour distinguer ce groupe de rwandophones immigrés au Congo avant l’époque coloniale. Mais il est aujourd’hui aussi souvent utilisé, par extension, pour les rwandophones vivant en République démocratique du Congo. Dans le contexte géopolitique et social actuel, en particulier avec les conflits, les groupes rebelles et les réfugiés, le terme Banyamulenge est polémique ; étant utilisé par les uns pour affirmer leur identités congolaises, et par les autres pour accuser une tentative d’usurpation de territoire par une population d’origine étrangère. Ces identification interne et stigmatisation externe participent d'un processus d'ethnogenèse.

Selon René Lemarchand de l’Observatoire de l’Afrique centrale[réf. souhaitée], en plus des Banyamulenge qui ont comme origine ce groupe extérieur au royaume du Rwanda venu avant la colonisation, d’autres rwandophones s’identifient sous cette dénomination, dont notamment :

  • les immigrés du Rwanda et Burundi, encouragés à s’installer dans le Nord Kivu durant la colonisation, notamment avec la Mission d’immigration des Banyarwanda ;
  • un groupe de Tanzanie;
  • les immigrés du Rwanda après la colonisation. Mais les Banyamulenge ne sont pas des congolais.

Ils ont été les premiers à soutenir (ou à être forcé de soutenir) la rébellion AFDL de Laurent Désire Kabila car ils ont été aussi victimes des massacres faits contre eux après le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Singulier : Munyamulenge[réf. souhaitée]
  2. De Kuyssche 2006, p. 39.
  3. Chajmowicz 1996.
  4. Kisangani et Bobb 2010, p. 41–43.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colette Breckmann, « Les Banyamulenge, éternels prétextes à la guerre en République démocratique du Congo », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  • Monique Chajmowicz, « Kivu : les Banyamulenge enfin à l’honneur », Politique africaine, no 64 « Démocratie : le pouvoir des mots »,‎ , p. 115-120 (ISSN 0244-7827, lire en ligne)
  • (en) Anthony Court, « The Banyamulenge of South Kivu: The ‘Nationality Question’ », African Studies, vol. 72, no 3,‎ , p. 416-439 (DOI 10.1080/00020184.2013.851467, lire en ligne)
  • Walter De Kuyssche, Le Congo cannibalisé : chronique et réflexion sur un pays sans État de droit, Academia-Bruylant, , 165 p. (ISBN 978-2-87209-850-7, lire en ligne)
  • Jean Dinyendje-Longelo, « Le cas des Banyamulenge dans le désordre congolais », Afrique éducation, no 115,‎ , p. 18-21
  • Jean Hiernaux, « Note sur les Tutsi de l’Itombwe : La position anthropologique d’une population émigrée. », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, vol. 7, no 4,‎ , p. 361–379 (lire en ligne)
  • (en) Human Rights Watch, « What Kabila is Hiding, Civilian Killings and Impunity in Congo », Human Rights Watch/Africa and FIDH, vol. 9, no 5,‎ (présentation en ligne)
  • Médard Kayamba Badye, « Le passé des Banyamulenge et la mémoire des autres (1970-2006) », dans Images, mémoires et savoirs, , 461–485 p., chap. 5
  • Léonard Kambere Muhindo, Après les Banyamulenge, voici les Banyabwisha aux Kivu : la carte ethnique du Congo Belge en 1959, Éditions Yira, , 62 p. (lire en ligne)
  • (en) Emizet François Kisangani et F. Scott Bobb, Historical dictionary of the Democratic Republic of the Congo, The Scarecrow Press, coll. « Historical Dictionaries of Africa » (no 112), , 3e éd., 624 p.
  • (en) René Lemarchand, Exclusion, marginalization and political mobilization : The road to hell in the Great Lakes, Centre of African Studies, University of Copenhagen, coll. « Occasional Paper », (lire en ligne)
  • René Lemarchand, Aux sources de la crise des Grands Lacs, Observatoire de l’Afrique centrale, (lire en ligne)
  • René Lemarchand, « Ruhimbika, Manassé (Müller). – Les Banyamulenge (Congo-Zaïre) entre deux guerres (préface de B. Jewsiewicki), Paris, L’Harmattan, 2001, 299 p. », Cahiers d’Études africaines, vol. 171,‎ (lire en ligne)
  • Dominique Mataillet, « Qui sont les Banyamulenges ? », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  • Paul Mathieu et A. Mafikiri Tsongo, « Guerres paysannes au Nord-Kivu (République démocratique du Congo), 1937-1994 », Cahiers d’Études africaines, nos 150–152,‎ , p. 385–416 (lire en ligne)
  • Paul Mathieu et Jean-Claude Willame, Conflits et guerres au Kivu et dans la région des grands lacs : entre tensions locales et escalade régionale, L’Harmattan, , 218 p. (ISBN 978-2-7384-8675-2)
  • Joséphine Mawete et Ornella Muleka, « Isidore Ndaywel appelle les autorités congolaises à comprendre l’importance des biens culturels pour nos musées », La Prospérité Online,‎ (lire en ligne)
  • Jondwe Mutambo, Les Banyamulenge : qui sont-ils ?, d’où viennent-ils ?, quel rôle ont-ils joué (et pourquoi) dans le processus de la libération du Zaïre ?, Kinshasa, , 150 p.
  • Mutabana Nyakabwa et Dibaluka Mpulusu, « Plantes médicinales utilisées chez les Banyamulenge de Fizi au Sud-Kivu (Zaïre) », African study monographs, Kyoto, vol. 11,‎ , p. 101-114
  • Nicaises Muzinga Lola, Les conflits ethniques et les problèmes d’identité à l’Est de la République démocratique du Congo : cas des Banyamulenge (mémoire de maîtrise), Université de Sherbrooke, (lire en ligne)
  • Manassé Ruhimbika, Les Banyamulenge, Congo-Zaïre, entre-deux-guerres. Mémoires, lieux de savoir. Archive congolaise, L’Harmattan, , 292 p. (ISBN 978-2-7475-0363-1, lire en ligne)
  • Judith Verweijen et Koen Vlassenroot, « Armed mobilisation and the nexus ofterritory, identity, and authority: thecontested territorial aspirations of theBanyamulenge in eastern DR Congo », Journal of Contemporary African Studies,‎ (DOI 10.1080/02589001.2015.1066080, lire en ligne)
  • Jean-Claude Willame, Banyarwanda et Banyamulenge : violences ethniques et gestion de l’identitaire au Kivu, L’Harmattan, , 156 p. (ISBN 978-2-7384-4709-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]