Banyamulenge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

banyarwnda

Populations significatives par région
Autres

Les Banyarwanda' , littéralement « ceux qui viennent du rwanda] » (un affluent de la Ruzizi, dont les rives avaient été confiéees par un chef fuliro à des Rwandais fuyant les cruautés de leur Mwami), sont un groupe rwandophone vivant dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). Ils se retrouvent essentiellement dans la province du Sud-Kivu, dans la zone proche de la frontière avec le Burundi.

Selon l'Observatoire de l'Afrique centrale, les Banyamulenge auraient quatre origines :

  • un premier groupe originaire du Royaume du Rwanda avant la colonisation ;
  • un deuxième en provenance du Burundi ;
  • un troisième de Tanzanie ;
  • un quatrième groupe composé d'esclaves issus de tribus locales (Bashi, Bafulero et Batetela) qui ont progressivement été incorporés comme membres à part entière[1].

Les Banyamulenge sont qualifiés de Tutsi. Mais tous ne se reconnaissent pas comme Tutsi, et généralement ils n'attachent pas la même importance qu'au Rwanda ou au Burundi à la signification politique de ce mot. Mais, il n'en est pas de même de leur environnement congolais qui voient en eux des alliés du Rwanda et donc des traîtres potentiels ou avérés. Ils ne doivent cependant pas être confondus avec les réfugiés rwandais ayant fui la révolution sociale hutu du Rwanda.

Les limites actuelles du Rwanda correspondent au partage colonial des frontières et sont plus restreintes que celles de la véritable influence territoriale de la monarchie rwandaise avant la colonisation. Les différences de langue et de culture avec les autres groupes ethniques résidant dans la région ont perduré. Ces différences furent cristallisées en 1981 lorsque le gouvernement de Kinshasa dénia la nationalité congolaise aux Banyamulenge[2]. En effet, le Parlement congolais n'a pas édicté une loi pour refuser la nationalité aux Banyamulenge. En revanche, il avait procédé à l'abrogation d'une Ordonnance-Loi de 1971 du Président Mobutu, prise sans passer par le Parlement et qui accordait la nationalité à tous les réfugiés rwandais qui se trouvaient au Congo à cette date au moment où la loi congolaise permettait l'acquisition individuelle de la nationalité selon la procédure de la naturalisation.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Dinyendje-Longelo, « Le cas des Banyamulenge dans le désordre congolais », in Afrique éducation, n° 115, 2002, p. 18-21
  • Paul Mathieu et Jean-Claude Willame, Conflits et guerres au Kivu et dans la région des grands lacs : entre tensions locales et escalade régionale, L'Harmattan, 1999, 218 p. (ISBN 978-2-7384-8675-2)
  • Léonard Kambere Muhindo, Après les Banyamulenge, voici les Banyabwisha aux Kivu : la carte ethnique du Congo Belge en 1959, Editions Yira, 1999, 62 p.
  • Jondwe Mutambo, Les Banyamulenge: qui sont-ils ?, d'où viennent-ils ?, quel rôle ont-ils joué (et pourquoi) dans le processus de la libération du Zaïre ?, Kinshasa ?, 1997, 150 p.
  • Mutabana Nyakabwa et Dibaluka Mpulusu, « Plantes médicinales utilisées chez les Banyamulenge de Fizi au Sud-Kivu (Zaïre) », in African study monographs (Kyoto), 1990, vol. 11, p. 101-114
  • Manassé Ruhimbika, Les Banyamulenge, Congo-Zaïre, entre-deux-guerres. Mémoires, lieux de savoir. Archive congolaise, L'Harmattan, 2001, 292 p. (ISBN 978-2-7475-0363-1)
  • Jean-Claude Willame, Banyarwanda et Banyamulenge: violences ethniques et gestion de l'identitaire au Kivu, L'Harmattan, 1997, 156 p. (ISBN 978-2-7384-4709-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]