Banque 2.0

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bank 2.0 ou banque 2.0 est un concept qui se réfère aux nouveaux usages et terrains d’expérimentation marketing et technique liés au métier de la banque. Plus qu’une seule technologie c’est une mise en commun de nouveaux usages Internet ou de nouvelles formes de banques, y compris de communautés personnelles de prêt, ou de concepts liés à la mobilité et à la personnalisation. Le terme Bank 2.0 est un parallèle au concept du Web 2.0 en cours de définition, notamment lors des Mobile WebCamp ou des BarCampBank[1], et lors des salons tels que Finnovate 2007 à New York[2]. On trouve également le terme Banque N+1[réf. nécessaire].

Le développement et la diffusion de ces nouveaux outils incorporant des services ou des produits bancaires contribue à l'un des phénomènes flagrants de l'évolution bancaire, depuis le début des années 2000 : l'installation de vendeurs indépendants des fournisseurs de ces services ou de ces produits (cf Droit de la distribution bancaire).

On distingue deux terrains d’expérimentation :

  • les terrains d’expérimentation marketing : les nouvelles formes de banque, de prêt, de communautés virtuelles, de services associés à la finance personnelle. Exemple : le P2P Lending, ou le "compte sans banque" Nickel en France, que l'on peut ouvrir dans les bar-tabac.
  • les terrains d’expérimentation technique : les nouveaux usages des métiers classiques de la banque et de la finance personnelle. Exemple : les banques mobiles, le Mobile Payment.

Mobile Payment[modifier | modifier le code]

On distingue le Mobile Payment du mobile banking, par l’usage fait du terminal mobile : dans le premier cas le téléphone mobile permet directement de payer au moyen d’une puce reconnue telle une carte bleue, par exemple un système électronique sans contact (RFID). Dans le deuxième cas, les paiements ne sont pas possibles avec un téléphone mobile, mais le client accède à différents services liés à ses comptes bancaires directement sur terminal mobile.

Le Mobile Payment est disponible par exemple au Japon, dans certains pays d’Afrique[Lesquels ?] (par exemple au Mali avec Orange Money ou avec la marque "Lemon Way", au Cameroun avec "CashWay", en Côte d'Ivoire, au Tchad, à Madagascar) , en Allemagne, en Belgique et même en France avec Kwixo, Lemon Way.

La révolution du paiement mobile est ensuite incontournable en 2014, comme le montre cet article.

Les banques mobiles ou m-Banking[modifier | modifier le code]

Le banques mobiles est une spécificité du Mobile Business adaptée au métier de la Banque. C’est en quelque sorte une adaptation du désormais canal de banque à distance classique de « Online Banking » sur terminal mobile.

En fonction des capacités techniques (téléphone voix, données, internet, SMS, WAP) et de la diversité des terminaux mobiles (téléphone mobile, Pocket PC, PDA, Smartphone), on peut classifier le banques mobiles comme suit :

  • le PDA banking (1999-2000)
  • le SMS banking, le SMS Payment
  • le WAP banking
  • le Mobile Internet banking
  • le Mobile Embedded Software banking

Les pays en voie de développement et les pays émergents ont parfois adopté avant les pays dits développés des solutions de Mobile Banking, du fait de la meilleure couverture du réseau mobile par rapport au réseau filaire, et au nombre important de téléphones mobiles utilisés. C’est par exemple le cas du Maghreb, du Brésil, de l’Afrique du Sud ; ou l’on trouve des solutions de paiement par SMS également.

Le paiement par SMS est classé dans le Mobile Banking et non dans le Mobile Payment, car il ne se substitue par à une carte de paiement bancaire de type carte bleue ou carte VISA.

En France, les Caisses d’Epargne ont été la première banque à ouvrir un service de paiement par envoi de SMS, principalement à destination d’une clientèle jeune. Le CCF (qui est devenu HSBC) a suivi en 2000 avec la première application embarquée de banque mobile pour Palm Pilot relié à aux toutes premières générations de téléphones mobiles Nokia. Groupama Banque a été l'une des premières banques à se positionner avec des applications mobiles embarquées pour téléphones compatibles Java (Nokia par exemple), sur RIM BlackBerry, et autres téléphones avec Microsoft Windows; bien avant l'avènement de l'Apple iPhone.

La banque mobile est devenue une banalité. Cet article indique ce que "valent" les applications de mBanking sur iPhone des banques.

Dans un premier temps les solutions de Mobile Banking ont servi uniquement à consulter les informations personnelles d’un client au travers d’un mobile. Elles ont ensuite permis d’effectuer des transactions bancaires de type virement et achat/revente d’actions. C’est le Mobile Banking transactionnel.

Les banques voient le téléphone mobile comme un N-ième canal (fax, Minitel, Internet, Mobile) tandis que certaines innovations sont centrées 100% sur le canal mobile, avec l'apparition dans le monde de banques 100% mobiles, profitant de l'ouverture de la réglementation en Europe, aux États-Unis, ou encore au Maroc.

Les principales fonctionnalités des banques mobiles sont les suivantes :

  • synthèse des comptes bancaires de type chèque, carte bancaire, placements, emprunts
  • liste des opérations d’un compte
  • virements internes
  • virements externes SEPA (Europe) et internationaux
  • commande de chéquiers
  • géolocalisation des agences
  • blocage immédiat de carte bancaire en cas d'urgence
  • demande de mise à disposition de cash dans son agence
  • liste des taux de change
  • envoi d'argent sur un téléphone mobile

Mobile Trading ou m-Trading[modifier | modifier le code]

Le Mobile Trading est la transposition de la place de marché virtuelle Internet sur un terminal mobile. Plus adaptée aux écrans larges des Smartphones pour disposer de graphes de type intrajournalier (Mobile Internet Trading ou Mobile Embedded Software Trading), des solutions de SMS Trading existent.

Exemple en 2008, l'une des premières applications de Mobile Trading, et la question du journaliste de PointGPhone de savoir si un jour les utilisateurs seront prêts à utiliser leur Smartphone pour effectuer des opérations de bourse. Toujours en 2008, le challenge technologique et d'usage est fort, comme le fait remarquer cet article sur le salon TechInnov où l'on parle d'innovation technologique et d'exploit. Quelques années plus tard, avec le fort taux de pénétration des Smartphones et des Tablettes, le m-Trading devient quotidien, pour les personnes intéressées.

Des solutions existent dans de nombreux pays : la National Bank of Greece a par exemple été l'une des premières banques à se doter d'une solution de banque et de bourse sur les premières versions de téléphones Apple iPhone, permettant la gestion de portefeuille titre, les achats, les ventes, sur toutes les places de marché mondiales.

Pair to Pair Lending ou P2P Lending[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prêt entre particuliers.

Il s'agit d'un concept de communauté virtuelle de prêt entre particuliers né aux États-Unis. Adapté aux personnes fortement endettées, mais aussi aux porteurs de projets personnels (rénover sa maison) ou de société (financement d’un Business SoHo). Prosper et Lending Club sont des alternatives aux banques traditionnelles, pour le prêt entre particulier aux États-Unis, comme Prêt d'Union en France.

P2P Venture[modifier | modifier le code]

Le P2P Venture est le concept de financement (prêt ou apport en fonds propres) d’un projet d’entreprise par une communauté d’investisseurs. La particularité d’un projet d’entreprise est qu’il est tout autant évalué sur la personne ou l’équipe qui porte le projet que sur le contenu du projet lui-même. De plus, un projet a une composante économique intrinsèque qui doit supporter la logique des flux financiers entrant sur des revenus futurs qui pourront justifier les investissements. Ces projections font appel à une forte connaissance industrielle de l’environnement où évolue chaque projet, ce qui fait que la sélection du projet doit faire appel à un réseau de connaissances industrielles disséminées potentiellement chez de nombreux acteurs. Le P2P Venture a en cela de particulier qu’il a vocation d’utiliser en mode P2P tout à la fois cette connaissance pour l’évaluation purement financière que pour le développement des projets avec la connaissance spécifique que pourront apporter les investisseurs pour augmenter les chances de réussite. Il a débouché sur l'avènement majeur qu'est le financement participatif.

Gestionnaires de comptes[modifier | modifier le code]

Les gestionnaires de comptes sont des outils Internet et/ou mobiles qui permettent à un utilisateur d’avoir une interface commune et unique de gestion de multiples comptes bancaires issus d’organismes financiers différents. Des services à valeur ajoutée sont proposés par l’intermédiaire de ces gestionnaires de comptes, afin de mieux gérer ses finances personnelles et ses dépenses quotidiennes. On citera parmi les premières Mint aux États-Unis, ou bien encore Bankin' en France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]