Banlieusards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Les Banlieusards.
Banlieusards
Réalisation Leïla Sy
Kery James
Scénario Kery James
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Velvet
SRAB Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 96 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Banlieusards est un drame français réalisé par Kery James et Leïla Sy, sorti en 2019[1]. Il s’agit de leur premier long-métrage[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Juin 2018. Dans la famille Traoré se trouve trois frères tous issus d'une banlieue parisienne sensible dans la cité du Bois-l'Abbé, à cheval sur les communes de Chennevières-sur-Marne et de Champigny-sur-Marne. La mère de famille élève seule ses trois fils. Demba, l'aîné, est un délinquant récidiviste qui vit au rythmes du trafic et de la rue. Il est pris en exemple par le plus jeune, Noumouké de 15 ans, qui cherche encore sa voie et se doit de choisir auquel de ses deux grands frères celui-ci veut-il ressembler. Le cadet, Soulaymaan, est quant à lui un élève avocat à Paris qui réussit brillamment ses études. Inscrit à la petite conférence, son chemin croise celui de Lisa, une fille brillante et irréprochable, en tous points opposés, avec laquelle il débat sur la responsabilité de l'Etat dans la situation actuelle des banlieues en France lors de la finale d'un célèbre concours d'éloquence dans le cadre de sa formation. Les frères de Soulaymaan assistent dès lors à la finale du concours d'éloquence et ce dernier va leur en mettre plein la vue.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données Allociné.

  • Titre original : Banlieusards
  • Titre de travail : Ne manque pas ce train
  • Titre international : Street Flow
  • Réalisation : Leïla Sy et Kery James
  • Scénario : Kery James
  • Direction artistique : Leïla Sy
  • Décors : Pierre Du Boisberranger
  • Costumes : Yasmine Akkaz
  • Photographie : Pierre Aïm
  • Montage : Nelly Quettier
  • Musique : Marie-Jeanne Serero, Sokhan
  • Production : Toufik Ayadi, Christophe Barral, Marie Lecoq et Frederic Jouve
Productrice associée : Vanessa Van Zuylen

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Kery James : Demba Traoré, l’aîné
  • Jammeh Diangana : Soulaymaan Traoré, élève avocat et finaliste du concours d'éloquence
  • Bakary Diombera : Noumouké Traoré, le frère cadet
  • Chloé Jouannet : Lisa Crèvecœur, élève avocat et finaliste du concours d'éloquence
  • Mathieu Kassovitz : Dominique
  • Slimane Dazi : Abdel
  • Ange Basterga : policier en civil
  • Bertrand Périer : Maître Mirabeau, l'organisateur du concours d'éloquence
  • Cherine Ghemri : Sofia
  • Patchi Patchenga : Salhi
  • Brigitte Sy : professeur de TD

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu dans la cité du Bois-l'Abbé à Champigny-sur-Marne, (Val-de-Marne) à l'automne 2018[3]. Quelques scènes tournées de la terrasse tout en haut de la tour Rodin permettent d'admirer de larges plans du Val-de-Marne et de la région parisienne.

Quelques scènes ont été tournées à Paris.

Musique[modifier | modifier le code]

Kery James enregistre trois titres inédits pour le film. Le premier est A qui la faute ? en collaboration avec Orelsan. Le second est un duo avec Youssoupha, Les Yeux Mouillés, dont le clip est également réalisé par Leïla Sy. Le troisième est Tuer un homme avec Lacrim[4].

Des chansons non inédites figurent également dans le film, comme Lettre à la République de Kery James, After Laughter (Comes Tears) de Wendy Rene, Little Ghetto Boy de Donny Hathaway, etc[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film obtient une critique positive de L'Humanité : « On sort chamboulés de Banlieusards, premier long métrage de Leïla Sy et Kery James, qui signe, par ailleurs, le scénario. Construction subtile, images non pas esthétisantes, mais à la fois sobres et somptueuses, puissance de l’écriture[6]. »

Public[modifier | modifier le code]

Après une semaine d'exploitation, le film a été vu par plus de 2,6 millions de foyers internationaux[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]