Banfora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Banfora
Banfora
Rue de Banfora
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Cascades
Province Comoé
Département Banfora
Démographie
Population 167 251 hab. (2006)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 36′ nord, 4° 45′ ouest
Superficie 93 400 ha = 934 km2
Divers
Indicatif téléphonique (+226) 20 91 00 09
Langues du Burkina Faso français, Dioula,Gouin, Sénoufo, Turka, Karaboro
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Banfora
Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso
Voir sur la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Banfora

Banfora est une ville du sud-ouest du Burkina Faso fondée en 1903. Elle est la capitale de la région des Cascades et de la Province de la Comoé (Pays du Paysan Noir) et chef-lieu du département du même nom. Ville-carrefour, elle s'est développée grâce à l'industrie de la canne à sucre, et, aussi à l'apparition de l'exploitation de la filière mangue.

Géographique[modifier | modifier le code]

La commune de Banfora se trouve au sud-ouest du Burkina Faso sur la route nationale 7 à 85 km de Bobo-Dioulasso et à environ 450 km de Ouagadougou. Elle est également desservie par la ligne de chemin de fer qui relie Abidjan (Côte d'Ivoire) à Ouagadougou (capitale du Burkina Faso). Banfora est située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière ivoirienne, c'est la dernière étape pour les voyageurs avant de gagner la Côte d'Ivoire. Elle est également proche de la frontière avec le Mali. De par sa situation géographique, Banfora est une ville carrefour à l’intersection des routes menant à Sikasso (Mali), à Korhogo (Côte d’Ivoire) et Bobo-Dioulasso(Burkina). La commune urbaine de Banfora est située à l’extrême sud-ouest du Burkina Faso et est comprise entre 9°25 et 10°37 latitude nord et 3°50 et 4°56 longitude ouest. Elle est située à une altitude de 270 m et est accessible par la route nationale 7 et la voie ferrée Abidjan-Niger. Elle est située à 450 km de Ouagadougou, la capitale, et à 85 km de Bobo-Dioulasso, la capitale économique. La commune s’étend sur une superficie d’environ 935 km2.

En décembre 1999, la législation a encore changé la physionomie de l’espace communal. La loi 030/99 du 15 décembre 1999, portant fixation des limites territoriales des communes urbaines au Burkina Faso, a ainsi défini les limites du territoire communal de Banfora: de l’intersection des routes de Banfora-Sindou, Banfora Bobo-Dioulasso et Banfora-Niangoloko, retenue comme point central, la commune est délimitée :

  • au Nord : sur la route des Cascades au km 6, puis au km 15 sur l’ancienne route allant au complexe sucrier en passant par Nafona II ;
  • au Sud : au km 5 sur la route Banfora – Mangodara ; au km 5 sur la route Banfora-Niangoloko (route nationale 7) ;
  • à l’Est : au km 17,5 sur la route Banfora–Bobo-Dioulasso (route nationale 7) au km 6 sur la route Banfora – Sidéradougou (route nationale 11) ;
  • à l’Ouest : au km 3,5 sur la route Banfora- Sindou (route régionale no 28).

Ces délimitations correspondent aujourd'hui à la partie urbaine de la commune. Conformément à l'article 21 de la loi no 055-2004/AN portant Code Général des Collectivités Territoriales, ont été étendus les ressorts territoriaux des communes urbaines à ceux des départements dans lesquels elles sont situées. Ce nouveau découpage du territoire communal a augmenté le capital spatial urbain en intégrant un vaste arrière-pays rural 6 fois supérieur à celui de la zone urbaine définie par la loi 030/99, ce qui a porté la superficie de la commune de Banfora à 935 km2 (cf. PPDT du PPDEL). Divisée en quinze secteurs et vingt-deux villages (1 / Bodadiougou 2/ Bombora 3/ Diarabakoko 4/ Dionouna 5/ Diongolo 6/ Karfiguéla 7/ Kitobama 8/ Korogora 9/ Lémouroudougou 10/ Marébama 11/ Nékanklou 12/ Niankar13/ Niarebama 4/ Siniéna15/ Sitiéna16/ Tangora 17/ Tengrela 18/ Tiempagora19/ Tiékouna 20/ Tionouna 21/ Toumousséni 22/ Tiontionmana.)

Le paysage communal se présente désormais sous la forme d’une zone urbaine dessinée par les opérations de lotissement et d’une zone rurale, composée des secteurs 9, 10,11, 12, 13 et 14 et des 22 villages rattachés, tout indiqué pour la pratique d’activités agricoles urbaines et périurbaines. 

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le nom de Banfora viendrait de Gouafo, le fondateur. Ce mot signifie aussi : « la clairière. »

Les premiers occupants furent les Karaboro puis les Gouins et les Turkas. Tous sont venues du sud du pays.

Important carrefour, la région a connu de nombreuses invasions jusqu’à la colonisation française ce qui en fait une commune cosmopolite.

  • 1903 : création du poste militaire de Banfora
  • 1904 : création du poste administratif de Banfora
  • 1905 : création de la route Banfora – Bobo
  • 1931 : arrivée de la voie ferrée Abidjan – Niger et opérationnelle en 1933
  • 1944 : le dimanche fut consacré, jour du marché de Banfora
  • 1951 : décret du 4 mai portant création du cercle de Banfora
  • 1959 : arrêté no 264 du 24 mai portant création de la commune de Banfora.
  • 1960 : décret no 60-249 du portant érection en commune de plein exercice. Le premier maire fut Bégnon Kone.

Administration[modifier | modifier le code]

La Mairie de Banfora, au regard de son organigramme, comprend plusieurs services repartis entre dix (10) directions sous la coordination du Secrétaire Général (SG). L'actuel SG, s'appelle TOU Sagnaba Abdramane, Administrateur Civil. Le conseil municipal dissous à la faveur de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, vient d'être élu le 22 mai 2016. Ce sont quatre vingt (80) conseillers qui le composeront. En attendant que le conseil soit convoqué pour mettre en place ses instances, la commune de Banfora est dirigée par une délégation spéciale communale présidée par Madame ADENYO/SERME Bernadette, Administrateur Civil.

Économie[modifier | modifier le code]

Marché de Banfora (2006).

En plus des activités commerciales exercées essentiellement dans les anciens et nouveaux marchés, Banfora abrite également des unités industrielles.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie des prestations du centre hospitalier régional (CHR), de la protection Maternelle Infantile, de dispensaires de secteurs et d’un bloc opératoire[1].

Éducation[modifier | modifier le code]

La commune de Banfora compte dix-neuf écoles primaires, trois lycées (deux municipales et un provincial) et un collège d’enseignement technique (CET), douze lycées privés, une école de formation des enseignants privée et deux écoles de formation supérieure, deux écoles de santé, et une université publique.

Culture[modifier | modifier le code]

Il existe une Maison des Jeunes et de la Culture qui abrite en son sein la bibliothèque communale. La commune dispose d’un orchestre moderne pour la jeunesse.

Depuis 2004, se tient en janvier, le festival des arts, rites et musiques du paysan noir (FESTRIM).

Sport[modifier | modifier le code]

Au niveau du Sport, un stade municipal est en reconstruction..depuis 5 ans, en vue de promouvoir le sport dans la commune.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Outre, les deux salles de cinéma (Nérigaba et Paysan Noir), Banfora et sa région offrent des curiosités touristiques (payantes, hélas), par exemple les pics de Sindou, la cascade de Karfiguéla, les dômes de Fabédougou, le lac de Tengrela et ses fameux hippopotames.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La ville contient à la fois des effectifs de police (commissariat central) et de gendarmerie (compagnie de gendarmerie, brigade territoriale, brigade de recherches, brigade de prévention routière), et une compagnie de sapeurs pompiers.

Drame de Nafona[2] : le 12 janvier 2019, deux policiers se rendent dans la commune de Nafona pour interpeller cinq personnes impliquées dans un conflit foncier. La tante d'une d'elle s'interpose. Selon les sources officielles les policiers font un tir de sommation et une balle atteint mortellement la dame. En représailles, la population tuera les deux policiers.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Parmi les lieux de culte, il y a principalement des mosquées musulmanes [3]. Il y a aussi des églises et des temples chrétiens : Cathédrale Saint-Pierre de Banfora (Église catholique), Association des Églises évangéliques réformées du Burkina Faso (Communion mondiale d'Églises réformées), Assemblées de Dieu, Deeper Life Bible Church, Centre international d’évangélisation - Mission intérieure africaine.

Transports[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare de Banfora

La gare de Banfora située sur la ligne d'Abidjan à Ouagadougou est desservie par des trains Sitarail.


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Abidjan Ouangolodougou [Non indiqué] Bobo-Dioulasso Ouagadougou

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Banfora possède un petit aérodrome, dont la longueur utile de la piste est de 1 275 mètres (code AITA : BNR[4]).

Coopération Nord-Sud[modifier | modifier le code]

  • Jumelage avec Chauvigny (Vienne - France) 1974,
  • Jumelage avec Bonnes (Vienne - France) 1994
  • Jumelage avec Mauprévoir (Vienne - France) 2000
  • Jumelage en cour avec la Communauté de communes de la Haute Saintonge (Charente - Maritime - France)  2008;
  • Jumelage-coopération avec la ville de Pessac en 2010;
  • Jumelage avec Trino (Piémont - Italie) 1998
  • Partenariat avec la ville de Geisenheim (Allemagne),
  • Partenariat avec la ville de Konan (Japon),
  • Partenariat avec la ville de Rennes à travers l’APAB (Rennes, France)  2008
  • Partenariat avec l’Association les Amis de la Comoé (Argenteuil, France) 2008
  • Partenariat avec la ville de Belœil (Canada) dans le cadre du PMDE 2011

Coopération Sud-Sud[modifier | modifier le code]

  • Sikasso (Mali), 2002
  • Ouahigouya, (Burkina), 1996
  • Pouytenga (Burkina), 1996
  • Saaba (Burkina), 2010
  • Kaolack (Sénégal), 2010
  • Sèmè podji (Bénin), 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Carte sanitaire 2010, Ministère de la Santé, consulté le 12 décembre 2018.
  2. La Rédaction, « Comoé: deux policiers et une civile tués à Nafona », sur FASOZINE:Quotidien Burkinabè de linformation, (consulté le 17 janvier 2019)
  3. J. Gordon Melton, Martin Baumann, ‘‘Religions of the World: A Comprehensive Encyclopedia of Beliefs and Practices’’, ABC-CLIO, USA, 2010, p. 455
  4. (en) Banfora Airport BNR, Airportia [1] ; Banfora Airport (BNR), World Airport Codes [2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Delanne, Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Banfora : guide des hôtels restaurants, des grandes entreprises, des arts et de la culture, Sépia, Saint-Maur-des-Fossés ; Fondation Atef Omaïs, Abidjan, 2013, 351 p. (ISBN 978-2-84280-222-6)
  • Catherine Goislard, Urbanisation et nouvelles régulations juridiques, l'exemple de Banfora : Burkina Faso, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 1993, 516 p. (thèse de droit)
  • Jean-Claude Klotchkoff, « Banfora », in Le Burkina Faso aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 106-107 (ISBN 9782869504523)
  • Jean Bernard Ouedraogo, La chaîne ouvrière : les champs, l'usine, la ville à Banfora, Université de Nantes, 1987, 502 p. (thèse de sociologie)
  • Jean-Louis Vassallucci, Gbafo Kù : peuplement du site de Banfora (Burkina Faso), Université d'Aix-Marseille 1, 1988, 361 p. (thèse de population-environnement)
  • Jean-Louis Vassallucci, Le souffle du génie à crinière, Lulu.com, 2009, 189 p (ouvrage de fiction situé à Banfora et basé sur ses mythes anciens et modernes).Articles connexes
  • Jean Leclerc. Bref aperçu du Burkina Faso. Région de Banfora, les Gans. 1999 et 2005 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :