Banda (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banda.
Banda
Description de cette image, également commentée ci-après
tambour à fente (détail)

Populations significatives par région
Population totale 1 500 000
Autres
Langues Banda

Les Banda (ou Gbanda[1]) sont une population d'Afrique centrale, surtout présente en République centrafricaine – où ils constituent l'un des principaux groupes ethniques avec près de 30 % de la population[2]. Elle est également établie en République démocratique du Congo, au Cameroun, ainsi qu'au Soudan du Sud[3].

Estimée à plus de 1 500 000 personnes[3], elle comprend plusieurs sous-groupes tels que : Linda, Kreich, Langba, Yakpa, N'Gao, Togbo, N'Diri et Dakpa[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Village en pays banda (RCA).

Les Banda a été l’un des groupes ethniques de la RCA probablement le plus affecté par les raids des marchands d’esclave dans le cadre de la traite arabe[4].

Mohamed es-Senoussi, le neveu, devenu sultan du Dar El-Kouti, dans le nord de la Centrafrique, en 1890, lance de son territoire des raids esclavagistes sur les Bandas[5].

Il poursuit ses raids esclavagistes le long de la rivière Ouaka, qui déciment le pays banda jusqu'en 1910 avec la complicité passive de la France, avant d'être tué par la nouvelle puissance coloniale en 1911. Ces razzias ont eu des conséquences désastreuses sur les populations septentrionales de l'Oubangui-Chari[5], même elles s'opéraient grâce à des alliances plus ou moins durables conclues avec des groupes locaux bandas[5].

Langues[modifier | modifier le code]

Les différentes communautés parlent des langues adamawa-oubanguiennes[6], une branche de la famille des langues nigéro-congolaises.

Culture[modifier | modifier le code]

Bouclier mbugbu (sous-groupe banda)[7]

La musique banda, surtout jouée lors des initiations, est remarquable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. Jean Sellier (et al.), Atlas des peuples d'Afrique, La Découverte, Paris, 2005, p. 151-152 ; p. 165 (ISBN 2-7071-4743-5)
  3. a b et c (en) James Stuart Olson, « Banda », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 66 (ISBN 9780313279188)
  4. Charles Tisserant, Ce que j'ai connu de l'esclavage en Oubangui-Chari, Plon,
  5. a b et c Andrea Ceriana Mayneri, Sorcellerie et prophétisme en Centrafrique : L'imaginaire de la dépossession en pays banda, Karthala, , 264 p. (ISBN 978-2811111014), p. 30-34
  6. (en) Languages of Central African Republic dans ethnologue.com
  7. Brooklyn Museum

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Simha Arom, « Language and Music in fusion: The Drum language of the Banda Linda (Central African Republic) », in Revista Transcultural de Música, no 11, 2007
  • S. Arom, et F. Cloarec-Heiss, « Le langage tambouriné des Banda-Linda (R.C.A.) », in L. Bouquiaux (dir.), Théories et méthodes en linguistique africaine, SELAF, Paris, p. 113-169
  • Pierre Mollion, Sur les pistes de l'Oubangui-Chari au Tchad : 1890-1930 : le drame du portage en Afrique centrale, L'Harmattan, 1992, 272 p. (ISBN 2-7384-0785-4) (nombreuses références)
  • Christian Prioul, Entre Oubangui et Chari vers 1890, Université de Paris X, Nanterre, 1982, 199 p. (ISBN 2-901161-19-7) (nombreuses références)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]