Balthazar Joseph Emond d'Esclevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 2 etoiles.svg Balthazar Joseph Emond d'Esclevin
Balthazar Joseph Emond d'Esclevin
Portrait du colonel Joseph-Balthazard Emond d'Esclevin au musée de la marine de Toulon.

Naissance
Antibes Alpes-Maritimes
Décès (à 48 ans)
Chlumetz (Drapeau de la Bohême Bohême)
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Artillerie
Grade Général de brigade
Années de service -1813
Distinctions baron de l'Empire
officier de la Légion d'honneur

Balthazar Joseph Emond d'Esclevin, né le , à Antibes Alpes-Maritimes, tué à l'ennemi le à Chlumetz (Tchéquie), est un général français du Premier Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir commencé sa carrière dans l'armée de Terre, Joseph Emond d'Esclevin devient capitaine dans l'artillerie de marine puis commande le 1er régiment d'artillerie de marine[1]. À sa tête, il est blessé à la bataille de Lützen puis passe dans l'armée de Terre avec le grade de général de brigade, le 4 août 1813[1]. Placé à la tête de la 2e brigade de la 4e division du 14e corps du maréchal Gouvion-Saint-Cyr, il est mortellement blessé lors de la bataille de Kulm, le 30 août 1813[2]. Capturé lors de la bataille de Dresde, il meurt le 28 décembre 1813 à Chlumetz, à l’âge de 48 ans.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • Il est le fils de Michel Joseph Emond d'Esclevin (°Juan-les-Pins, 20/9/1734), maire d'Antibes et de Bartholomée de Boyer de Choisi (°1732);
  • Il épouse Charlotte Barberet, dont :
    • Charles Joseph Emond d'Esclevin (°1794), général, il épouse Charlotte Serval, dont :
      • Félicie Emond d'Esclevin; elle épouse en 1849 Pierre-Gustave Roze (1812-1882), vice-amiral.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armes des Emond d'Esclevin sont de gueules, à deux clefs d'or, passées en sautoir, surmontées d'un soleil rayonnant du même et cantonnées en chef d'un croissant versé, et en flanc et en pointe de trois étoiles aussi d'or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur, (ISBN 2-909034-29-1), p. 16
  2. Alain Pigeard, Dictionnaire de la Grande Armée, Tallandier, (ISBN 2-84734-009-2), p. 692
  3. Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, Tallandier, (ISBN 2-235-02302-9), p. 233

Sources[modifier | modifier le code]