Balsan (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Balsan
Création 1751 à Châteauroux

2001 (société actuelle)

Fondateurs Jean Vaillé
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Arthon (Indre)
Drapeau de la France France
Direction Christophe Pouille (président)
Activité Fabrication de tapis et moquettes
Produits Moquette et dalles textiles
Société mère Belgotex International
Effectif 219 en 2016
SIREN 434 403 689
Site web Balsan

Chiffre d'affaires 61 389 400 € en 2018
Résultat net 536 000 € en 2018

Balsan est un créateur et fabricant de sols textiles (moquettes et dalles), premier producteur français du secteur[1] et quatrième employeur de l'Indre. Société française rattachée au groupe Belgotex International, elle est héritière de la Manufacture royale du Château du Parc crée en 1751 à Châteauroux.

La branche confection de Balsan, rattachée au groupe Marck, est spécialisée dans la fabrication d'uniformes et d'équipements de protection.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Manufacture du Parc[modifier | modifier le code]

Manufacture du Parc - Plan Alfred Dauvergne - 1862-Sud
Manufacture du Parc - Plan Alfred Dauvergne - 1862-Nord

En 1751, Louis XV concède à Jean Vaillé le droit de créer la Manufacture Royale du Château du Parc, ou manufacture royale du Parc de Châteauroux, dans les alentours dudit château à Châteauroux, ville pionnière de l'industrie drapière[2]. Les premiers bâtiments sont construits en 1752, mais l'activité débute véritablement vers 1755[3]. Les périodes de prospérité alternent avec des épisodes plus difficiles, mais la Manufacture s’impose dans le paysage économique de Châteauroux et du Bas-Berry dont elle devient la première entreprise de l'époque. Elle conforte ainsi une puissante tradition textile locale qui perdure jusqu’à nos jours[3]. La manufacture a fait l'objet de nombreuses publications sur son organisation et le respect des conditions de vie des ouvriers.

Les établissements Balsan[modifier | modifier le code]

Manufacture Balsan en 1880 à Chateauroux

À partir de 1856, le nom Balsan devient associé à la manufacture. Jean-Pierre Balsan la rachète et lui donne un nouveau souffle. Il associe rapidement ses deux fils, Auguste et Charles et l'entreprise prend le nom de MM Balsan et fils[4]. De 1860 à 1869, une nouvelle usine est réalisée par l'architecte Henry Dauvergne, le projet est innovant et ambitieux : outre les 60 000 m² d'ateliers et d'entrepôts, elle rassemble dans son parc des bâtiments administratifs, une usine de production de gaz, des châteaux d'eaux, une cité ouvrière de 100 habitations, un dispensaire[5] et des écoles[6]. Ses dirigeants, Auguste et Charles Balsan mènent tous les deux en parallèle une carrière politique, ils sont tour à tour élus députés de l'Indre. Le second prône notamment le capitalisme social et paternaliste. Il travaille sur des lois relatives à l'emploi des femmes, le secours mutuel ou les accidents du travail[7].

En 1912, l'entreprise devient la "Société Anonyme des Établissements Balsan". Elle fabrique alors principalement du drap cardé destiné à la conception d'uniforme dont le célèbre « bleu horizon » des poilus de la Grande Guerre qui sort des usines de Châteauroux[8].

La reconversion de 1955[modifier | modifier le code]

En 1954, Louis Balsan succède à son cousin François aux rênes de l'entreprise. Diplômé de Sciences Po et de l'Université Harvard, il fut déporté pendant la Seconde Guerre mondiale. Il dirige l'entreprise avec un esprit visionnaire en l'orientant vers un procédé nouveau qu'il rapporte des États-Unis : le tuftage, opération qui vise à confectionner de la moquette avec une machine à tufter. L'entreprise se diversifie alors avec la fabrication de moquette et de tapis tuftés de cinq mètres de large sur des machines uniques en France[4]. Il investit également dans les machines à teindre[9]. Le développement social de l'entreprise se poursuit avec l'introduction de stages rémunérés, la création d’une crèche et d'un restaurant d'entreprise[10].

En 1972, Louis Balsan décide de la construction d’une nouvelle usine à Corbilly (Arthon) suivant le concept novateur pour l'époque d'« usine à la campagne ». Inaugurée le , l’usine connaît quelques difficultés qui conduiront Louis à céder l’affaire au Groupe Textile Bidermann en mai 1975. La production de moquette migre progressivement depuis le site de Châteauroux vers celui d’Arthon jusqu'en 1982. Acquis par la ville en 1988, le site historique de l’avenue de la Manufacture reste un élément structurant de la ville et un important lieu de vie[11],[12], il devient le quartier Balsan, un écoquartier de la commune[13].

En 1987, la branche confection de Balsan est cédée à Devaux puis à la société Oury en 1996, et enfin au groupe Marck en 2012. Cette branche est notamment spécialisée dans la confection d'uniformes de prestige tels que les grands uniformes de l'École polytechnique ou de Saint-Cyr[14].

Également en 1987, le groupe belge Louis de Poortere acquiert la société générale Textile Balsan et double la superficie de l'usine pour atteindre 45 000 m²[15]. Louis de Poortere dépose le bilan en août 2000[16].

En janvier 2001, Associated Weavers International rachète les activités de la société Balsan. À cette époque, Balsan produit avec plus de 200 collaborateurs sur ses deux sites d'Arthon et de Neuvy (racheté en 1999), 10 millions de m² de moquette par an dont 45 % sont vendus à l'export (dans 75 pays)[17].

En 2018 Balsan élargit son savoir-faire et propose désormais une gamme de sols vinyles[18].

Entreprise[modifier | modifier le code]

Implantation[modifier | modifier le code]

Balsan est implanté dans l’Indre, dans le centre de la France, sur deux sites industriels :

  • L’usine d’Arthon, 45 000 m2, spécialisée dans la fabrication des moquettes en lés qui compte près de 220 employés
  • L’usine de Neuvy-Saint-Sépulchre, 10 000 m2, spécialisée dans la fabrication des dalles de moquettes qui emploie une vingtaine de personnes

Production[modifier | modifier le code]

Balsan qui appartient aujourd’hui au groupe Belgotex International propose de la moquette en lés et en dalles (plus de 2000 références : 70 % des produits moquette, 30 % dalles textiles). La société commercialise ses produits par le biais de partenaires distributeurs ou entreprises de pose pour les surfaces de bureau, résidentielles où dans l’hôtellerie. Trois solutions sont ainsi proposées : Home (24 collections), Office (22 collections) et Hotel (23 collections)[19].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

En 2014, l’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 61 725 200,00€[19]. 55 % de son chiffre d’affaires est effectué en France, le reste à l’export dans 55 pays[19].

Président[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2022, Balsan est présidé par Christophe Pouille[20].

Valeurs[modifier | modifier le code]

L’entreprise qui se définit comme citoyenne s’engage pour le développement durable en privilégiant 4 axes[21] :

  • La mise en place d’un système de management de l’environnement dont l’un des objectifs est d’obtenir la certification NF EN ISO14001,
  • Faire des efforts en matière de réduction de ses consommations afin de limiter son impact sur l’environnement,
  • L’intégration de l’écoconception dans ses modes de développement de produits et de procédés,
  • Le développement d’une filière de collecte et de valorisation des déchets de moquette après utilisation afin d’impliquer l’ensemble des acteurs nationaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. F.B, « Balsan, leader français des sols textiles », sur http://journaldesgrandesecoles.com, (consulté le )
  2. Catalogue de l’exposition Châteauroux et les cités lainières d’Europe, Châteauroux, Ville de Châteauroux,
  3. a et b V. Hennequin, « La Draperie de Châteauroux des origines au commencement du XIXe siècle », Revue générale du Centre- Ouest de la France, 1931
  4. a et b Christine Méry-Barnabé, De la manufacture royale de draps à l’usine Balsan, Châteauroux, coll. « Archives municipales de Châteauroux »,
  5. « PSS Archi Établissements Balsan - Cheminée principale », sur http://www.pss-archi.eu/ (consulté le )
  6. Sam Oeun Yin, Damien Ysewyn, Alexis Rousseau Jouhennet, Châteauroux, c'est ici que tout commence : Tome 1 Des origines à 1914, t. 1, Editions JCI,
  7. « Charles Balsan biographies des députés de 1889 à 1940 p.444 », sur http://www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  8. L. Descols, La Genèse du drap Bleu Horizon, Éguzon, Point d'Ancrage, , 40 p. (ISBN 978-2-911853-16-6 et 2-911853-16-4)
  9. « La plus grande cuve de France aux Ets Balsan », La Nouvelle République,‎ .
  10. « Un restaurant d'entreprises aux établissements Balsan », La Nouvelle République,‎ .
  11. « Le Musée Bertrand accueille Pierre et Élodie Balsan », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  12. Châteauroux : le futur centre aquatique s’appellera Balsanéo
  13. « Balsan, le nouvel écoquartier », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne).
  14. « Association pour la Mise en valeur du Site Industriel Balsan : Histoire du Site industriel ».
  15. Balsan un patrimoine industriel entre tradition & modernité
  16. Louis De Poortere au tapis! L'aristocratie belge de la moquette
  17. Rapport annuel Balsan 2011
  18. « Balsan se lance dans le LVT », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. a b et c Rapport annuel 2015
  20. « Christophe Pouille nommé Président de Balsan », sur Batiweb (consulté le )
  21. The green spirit of Balsan

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]