Balnot-la-Grange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Balnot-la-Grange
Balnot-la-Grange
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Les Riceys
Intercommunalité CC du Chaourçois et du Val d'Armance
Maire
Mandat
Patrice Nosley
2014-2020
Code postal 10210
Code commune 10028
Démographie
Population
municipale
123 hab. (2015 en diminution de 11,51 % par rapport à 2010)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 12″ nord, 4° 11′ 54″ est
Superficie 20,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Balnot-la-Grange

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Balnot-la-Grange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balnot-la-Grange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balnot-la-Grange

Balnot-la-Grange est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Marve y prend sa source et traverse tout le canton de Chaource pour aller se jeter dans l'Hozain aux Bordes Lantages.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine, trois voies partaient de Vertault (Vertillum, centre important au sud de la Côte d'Or) en direction du nord. L'une de ces voies passait par Chaource via Balnot-la-Grange.

Jusqu'au XVIe siècle, Balnot ne fut qu'une grange, c'est-à-dire une ferme appartenant à l'abbaye de Quincy. Mais cette dernière ne pouvant remettre en valeur cette grange ruinée, elle décide d'en démembrer les terres et, selon un accord de 1518, fait un don à chaque habitant désireux de s'installer. Ce don consiste en un arpent pour y édifier une maison et ses dépendances moyennant une censive pour l'habitation, une redevance pour le foyer et un droit de terrage sur les terres. Les nouveaux hôtes reçoivent un droit d'usage dans les bois et un étang appartenant à l'abbaye, et en outre, y gagnent l'abandon du servage. Il est stipulé que les habitants ne peuvent s'assembler que sur l'autorisation de l'abbé. Le village a été ceint d'un mur mais d'Arbois ne le fait pas remonter avant le XVIe siècle.

En 1775, l'économiste français Dupont de Nemours préconise trois degrés d'assemblées :

  • des municipalités de paroisse ;
  • des municipalités d'arrondissement ou d'élection ou encore de district ;
  • des municipalités de province.

Le règlement royal du 23 juin 1787 demande que chaque élection soit divisée en 6 arrondissements électoraux. Mais ce règlement fut diversement appliqué et c'est ainsi que l'élection de Bar-sur-Aube fut divisée en douze arrondissements dont celui de Balnot-la-Grange ! Mais son existence a été brève puisqu'il n'a servi de délimitation électorale que pour un seul vote.

En 1789, le village dépendait de l'intendance et la généralité de Châlons, de l'élection de Bars-sur-Aube et du bailliage de Troyes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Serge Hugerot    
mars 2008 en cours Patrice Nosley[1] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 123 habitants[Note 1], en diminution de 11,51 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
478504444451506452403386442
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
398381392364348321323312296
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
278271243228250248236228230
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
221224191181184158155130123
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'actuelle ferme de Malassise est une ancienne demeure seigneuriale du XVIe siècle qualifiée de manoir.
  • L'église paroissiale sous le vocable de la Nativité-de-la-Vierge, dont la cure était du doyenné de st-Vinnemer, à la collation de l'abbé de Quincy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :