Ballon (jouet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Des ballons de baudruche teintés (bas) et un ballon en nylon métallisé imprimé (haut).

Un ballon, ballon gonflable ou ballon de baudruche (parfois appelé « balloune » au Québec, une dérivation de l'anglais « balloon ») est un contenant léger et étanche destiné à être rempli de gaz, en général de l'air et parfois de l'hélium afin qu'il vole. Aujourd'hui les ballons de baudruche sont considérés comme une source de pollution[1], principalement dans le cadre de la pratique des lâchers de ballons.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant la découverte et l'usage du latex de hévéa pour la fabrication de ballons, les hommes utilisaient des organes d'animaux gonflés en guise de ballons, à l'image des vessies de porcs encore utilisées par les personnages de diable lors de la fête du doudou à Mons.

Le ballon dit « de baudruche » moderne a été inventé par le scientifique Michael Faraday en 1824[2], historiquement pour lui permettre d'emprisonner de l'hydrogène obtenu par électrolyse.

Dans les années suivantes, Thomas Hancock commença à fabriquer et commercialiser le ballon, mais sa production de masse n'a commencé que dans les années 1930[3].

Types de ballons[modifier | modifier le code]

Ballon « de baudruche »[modifier | modifier le code]

Le ballon de baudruche traditionnel est un élastomère fabriqué à partir de latex naturel issu de l'hévéa[4]. Il se distingue par son élasticité, la présence d'un bourrelet de la même matière en son embouchure (appelée col), et une couleur généralement vive et brillante qui se matifie avec le temps, le latex naturel étant sensible aux rayons ultraviolets. (un traitement post-gonflage permet d'en atténuer fortement les effets). Enfin, il dégage l'odeur caractéristique du caoutchouc naturel.

Généralement ovoïde, il existe en de nombreuses formes : allongé pour le ballon à sculpter ou sphérique mais aussi en lapin, chenille, fleur[5]... ; différentes tailles existent, avec un diamètre exprimé en pouces ou pieds pour les plus gros modèles.

Il s'obtient après la vulcanisation à 70 °C d'un mélange composé de latex naturel, d'un agent vulcanisant (soufre), d'un agent texturant et de pigments, déposé sur un moule après trempage. Après avoir été nettoyé, il est talqué pour éviter qu'il ne colle sur lui-même[6].

Même si sa biodégradabilité[7] est certaine[8],[9],[10], le temps de biodégradabilité (90 % sous deux ans)[11] est trop long pour qu'il soit jeté dans la poubelle des déchets compostables.

Cependant il est parfaitement compostable dans un jardin personnel [12],[13]

Ballon en chloroprène[modifier | modifier le code]

Fabriqués en latex de synthèse, les ballons en chloroprène existent en gros diamètre uniquement et sont souvent utilisés comme signalétique extérieure en les gonflant à l'hélium.

Ballon en nylon métallisé (foil/mylar)[modifier | modifier le code]

Ces ballons sont constitué de deux couches de Mylar thermocollées à la forme désirée et parfois imprimés. Contrairement aux ballons en latex, ces derniers sont imputrescibles, et entrent dans la catégorie des plastomères. Les ballons métallisés sont faits de nylon recouvert d'une couche d'aluminium[14].

Ces ballons sont souvent remplis d’hélium et sont caractéristiques des vendeurs ambulants lors des fêtes foraines et animations de rue.

Suivant la taille et la qualité du ballon, ils peuvent flotter plusieurs semaines. De plus, les gros modèles disposent généralement d'une valve automatique, permettant de regonfler le ballon ou de le dégonfler à l'aide d'un tube[15].

Ballon en nylon transparent (« bubble »)[modifier | modifier le code]

Tout comme le ballon en Mylar, ce type de ballon est constitué de plastomères thermocollés. souvent imprimé sur du transparent, sa grande résistance permet de le surgonfler et de le maintenir en état de flottabilité (avec de l'hélium) pendant plusieurs mois. Ils sont imputrescibles et résistent aux rayons ultraviolets.

Usages[modifier | modifier le code]

Les usages du ballons sont nombreux : jeux, décorations, performances artistiques, activités manuelles, scientifiques, musicales... Il fait aussi l'objet d'une forme de fétichisme sexuel dont les adeptes sont appelés « looners ».

Jeu, jouet[modifier | modifier le code]

Il n'est pas recommandé de laisser les enfants de moins de 36 mois jouer avec un ballon sans surveillance et, en Europe, les ballons vendus doivent respecter les directives 88/378/CEE du 3 mai 1988 et 2009/48/CE du 18 juin 2009, qui s'appliquent « à tout produit conçu ou manifestement destiné à être utilisé à des fins de jeux par des enfants »[16].

Le ballon est un élément constitutif de nombreux jeux, formalisés (ex. : stand de tir forain) ou improvisés. Il existe, depuis 2021, une Coupe du monde de ballons de baudruche[17]

Sculpture de ballons[modifier | modifier le code]

Un ballon « sculpté » en forme de chien.

Parmi les formes courantes du ballon en latex traditionnel, les ballons à sculpter (ou ballons à modeler) permettent aux magiciens, clowns et autres artistes spécialisés de réaliser des formes diverses. L'artiste Jeff Koons a par ailleurs détourné (et fait sa renommée de) la sculpture la plus classique du ballon à sculpter : le petit chien.

Décoration[modifier | modifier le code]

Diorama géant réalisé en ballons.

La décoration éphémère d'un lieu à l'aide de ballons gonflés à l'air ou à l'hélium est fréquente dans le cadre d'occasions festives diverses : mariage, anniversaire, baptême, mais également lors d'événements commerciaux ou comme signalétique extérieur. Elle présente l'avantage d’être facile à démonter et à compacter en fin d'événement, tout en ayant occupé un large volume.

Performances artistiques[modifier | modifier le code]

Les performances artistiques à base de ballons peuvent prendre différentes formes allant de la création de sculptures complexe à des univers entiers type labyrinthe, mais aussi des performances scéniques, photographiques, musicales...

Activités manuelles[modifier | modifier le code]

Les ballons sont couramment utilisés pour diverses activités manuelles, dans lesquelles ils sont tendus, coupés, tressés ou encore remplis de sable ou de farine.

Une fois gonflé, le ballon peut également servir de moule perdu et être recouvert de divers matériaux et éléments (chocolat, papiers/ficelles collés...) avant d’être dégonflé.

Activités scientifiques[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des activités scientifiques, il est possible d'utiliser un ballon pour récupérer un gaz résultant d'une expérience, à l'image de Faraday, mais il peut également servir à d'autres applications et démonstrations : électricité statique[18], pression, élasticitéetc..

Activités musicales[modifier | modifier le code]

Outre le bruit strident résultant de son dégonflage lorsqu'on étire le col, on peut également utiliser un ballon tendu sur un fût à la façon d'une peau de batterie, rempli de riz et gonflé pour faire des maracasetc. L'artiste Addi Somekh (en) se produit régulièrement dans The Unpopable, groupe de jazz comportant une « balloon bass », instrument créé en 1992 par Sean Rooney.

Actions publicitaires et politiques[modifier | modifier le code]

Quand il est imprimé, le ballon peut servir de support visuel et publicitaire. Quand il n'est pas gonflé à l'hélium, il était jusqu'à récemment accompagné d'une tige plastique, désormais remplacée par du carton[19].

À ce titre, il est souvent associé à des marques commerciales (restauration rapide, Jouets...) ciblant particulièrement les enfants.

Cette forme de signalétique fait également partie des classiques des manifestations syndicales, comme point de repère d'un syndicat dans le cortège.

Il est parfois utilisé lors de conflits armés, de manière à franchir les lignes à moindre coût, soit pour diffuser de la propagande écrite[20], soit pour transporter des bombes incendiaires[21].

Types de gaz de gonflage[modifier | modifier le code]

Suivant les usages, les ballons peuvent être gonflés à l'aide de différents gaz.

Air[modifier | modifier le code]

Le gonflage à l'air ambiant ne nécessite aucune ressource particulière. Néanmoins, pour gonfler les ballons à l'aide de celui-ci, les professionnels recommandent l'usage d'une machine, qu'elle soit électrique ou manuelle de type pompe. Bien que souvent pratiqué, le gonflage à la bouche est déconseillé[22].

Hélium[modifier | modifier le code]

Les ballons gonflés à l’hélium se dégonflent plus rapidement que ceux gonflés à l'air car les molécules d'hélium sont plus petites que les molécules d'air et s'échappent donc plus facilement des ballons[14].

Pour les gonfler, on utilise un mélange de gaz contenant majoritairement de l'hélium[23], mélange le rendant impropre aux applications médicales ou scientifiques, (tout comme aux fins récréatives pour changer son timbre de voix).

La durée de flottabilité dépend d'une part de sa taille (plus un ballons sera gros, plus il flottera longtemps) et d'un éventuel traitement avant gonflage pour les ballons latex. Un tableau récapitulatif de la durée de vie et du poids soulevé d'un ballon à l'hélium est disponible pour chaque marque de ballons.

Il ne convient pas pour les lâchers de ballons, du fait de leur impact écologique[15]. Une campagne internationale vise à bannir cette pratique[24] : en Europe, elle est mené par l'EBPC[25].

Azote[modifier | modifier le code]

Autres gaz[modifier | modifier le code]

Certains gaz sont a proscrire, en particulier l'hydrogène, hautement inflammable, ou le protoxyde d'azote, parfois utilisé comme drogue récréative.

Eau[modifier | modifier le code]

Les ballons sont parfois remplis d'eau, à des fins récréatives comme pour réaliser une bombe à eau, ou spectaculaires.

Éclatement[modifier | modifier le code]

La manière dont un ballon éclate a été étudiée par une équipe du CNRS car, l'explosion d'un ballon étant simple à filmer au ralenti, la fragmentation des ballons permet de comprendre les processus de fragmentation d'autres matériaux[26]. Ainsi, si un ballon en latex gonflé éclate au contact d'une aiguille, il éclate en deux morceaux car la surface n'étant que « modérément tendue », une seule fissure va se propager à sa surface[26]. En revanche, si un ballon éclate parce qu'il est surgonflé, il va éclater en une multitude de morceaux : si une fissure s'y propage, elle atteint une vitesse limite et se divise en deux nouvelles fissures[26].

Un ballon rempli d'hélium éclate toujours lors de son ascension dans l'atmosphère car plus l'altitude est élevée, moins l'air est dense : l'hélium a alors tendance à prendre du volume, ce qui provoque l'éclatement du ballon en une multitude de fragments.

Pollution par les ballons latex lors des lâchers[modifier | modifier le code]

Ses dernières années, une pratique pourtant courante liée aux ballons en latex est particulièrement pointé du doigt: les lâcher de ballons.

Cette pratique, visant à marquer le climax d'un éventement diurne en extérieur, provoque une pollution visible et éparse, et représente un danger réel pour la faune, la confusion avec un aliment étant avérée (comme pour les plastiques).

De plus, la grande résistance et élasticité du caoutchouc rend comparativement nettement plus dangereux pour la faune un bout de ballon comparé à un bout d'emballage plastique.

Les ballons en latex peu onéreux contiennent des substances nocives telles que des phtalates. Ces produits sont utilisés pour économiser sur la matière de fabrication principale.[réf. nécessaire]

Des centaines de milliers de ces ballons peu onéreux finissent perdus dans l'environnement où ils deviennent des déchets polluants. Ils sont souvent retrouvés en mer ou sur les littoraux où ils peuvent être ingérés par des poissons, tortues, oiseaux[1]...

Des enquêtes menées aux Pays-Bas ont montré une diminution des lâchers traditionnels de ballons orange le jour du Roi, et des comptages annuels de déchets marins faits sur le littoral par la Fondation de la mer du Nord à la demande du Rijkswaterstaat (RWS, ministère néerlandais des transports et l'environnement) ont montré que la quantité de ballons retrouvée diminue graduellement. En 2004-2012, le nombre de ballons retrouvés comme déchets sur les plages a fortement augmenté, avant de significativement diminuer jusqu'à 2016, ce qui semble montrer une certaine efficacité des efforts de sensibilisation et réglementation[1],[27].

Enfin, depuis 2016, l'EBPC [28](european balloons and party council) a initié une campagne de sensibilisation auprès de ses membres (les fabricants et distributeurs de ballons à travers l'europe)[29] visant à bannir la pratique des lâchers

La problématique des lâchers de ballons provient aussi du fait que, souvent, la ficelle n'est pas biodégradable. En retombant sur le sol ou en mer, celle-ci reste accrochée au bout du ballon. C'est cette ficelle qui présente le plus grand danger lors de l'ingestion. Il existe des ficelles hautement biodégradables en papier[30] et celles-ci sont donc à privilégier.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Art contemporain[modifier | modifier le code]

  • Balloon Dog (1994) et Bouquet of Tulips (2019) de l'artiste américain Jeff Koons, versions démesurées de sculptures en ballons, sont devenues des icônes de l'art contemporain.
  • La Petite Fille au ballon (Girl with Balloon, 2002) par Banksy est une œuvre d'abord connue sous forme de peinture murale urbaine, qui représente une petite fille laissant échapper ou voulant saisir un ballon en forme de cœur. Après avoir été recréée sur toile et mise en vente, elle s'est autodétruite à l'issue des enchères et a depuis été revendue pour plus de 21 millions d'euros[31].

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Ça, créature maléfique imaginée par Stephen King pour son roman homonyme de 1986, prend l'apparence d'un clown et attire les enfants à l'aide de ballons afin de les tuer.

Musique[modifier | modifier le code]

Un ou plusieurs ballons constituent le thème central de plusieurs chansons célèbres :

  • Le Marchand de ballons, chanson de Gilbert Bécaud sortie en 1955[32] ;
  • Les Ballons rouges, chanson par Serge Lama sortie en 1965 ;
  • Les Ballons, chanson par Richard Anthony sortie en 1968 ;
  • 99 Luftballons, chanson en allemand par Nena, sortie en 1983 pendant la guerre froide et succès international des années 1980, décrit comment « 99 ballons dérivant dans le ciel » peuvent déclencher une guerre ;
  • Ballon rond, chanson de Henri Dès sortie en 2002 ;
  • La Magie des ballons (Nowhere to Go But Up), chanson issue du Retour de Mary Poppins, comédie musicale sortie en 2018 et réalisée par Rob Marshall.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Jan Andries van Franeker, « Trends in balloon litter on beaches in the Netherlands », sur wur.nl, (consulté le ).
  2. Michael Faraday http://planete.qc.ca/flash/michael-faraday-a-invente-le-ballon-de-baudruche/
  3. (en) « History of balloons », sur Partysafe (consulté le ).
  4. « C'est pas sorcier —Caoutchouc : les sorciers mettent la gomme » [vidéo] (consulté le )
  5. « Moule de ballons de baudruche vers 1950 », sur Metal and Woods (consulté le ).
  6. (en) « Qualatex Latex Balloons: An Agricultural Product » [vidéo] (consulté le ).
  7. (en) « Are Balloons Biodegradable? », sur Balloons Facts (consulté le ).
  8. (en) Dieter Jendrossek, Gianpaolo Tomasi et Reiner M Kroppenstedt, « Bacterial degradation of natural rubber: a privilege of actinomycetes? », FEMS Microbiology Letters, vol. 150, no 2,‎ , p. 179–188 (ISSN 0378-1097, DOI 10.1111/j.1574-6968.1997.tb10368.x, lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) Chairat Nawong, Kamontam Umsakul et Natthawan Sermwittayawong, « Rubber gloves biodegradation by a consortium, mixed culture and pure culture isolated from soil samples », Brazilian Journal of Microbiology, vol. 49, no 3,‎ , p. 481–488 (ISSN 1517-8382, DOI 10.1016/j.bjm.2017.07.006, lire en ligne, consulté le )
  10. Karsten Rose et Alexander Steinbüchel, « Biodegradation of Natural Rubber and Related Compounds: Recent Insights into a Hardly Understood Catabolic Capability of Microorganisms », Applied and Environmental Microbiology, vol. 71, no 6,‎ , p. 2803–2812 (ISSN 0099-2240 et 1098-5336, PMID 15932971, PMCID PMC1151847, DOI 10.1128/aem.71.6.2803-2812.2005, lire en ligne, consulté le )
  11. (en) « FAQs », sur Partysafe (consulté le ).
  12. (en) OurAuckland, « Eight surprising things you can compost », sur OurAuckland (consulté le )
  13. (en-US) « 15 Surprisingly Compostable Items », sur Earth911, (consulté le )
  14. a et b « Questions Fréquemment Posées », sur www.elisalazier.altervista.org (consulté le )
  15. a et b (en) « 11 Ways to Reuse Foil Balloons », sur balloonfacts.org (consulté le ).
  16. « Directive 88/378/CEE du Conseil du 3 mai 1988 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives à la sécurité des jouets », sur eur-lex.europa.eu (consulté le ) ; « Directive 2009/48/CE du Parlement Européen et du Conseil du 18 juin 2009 relative à la sécurité des jouets », sur eur-lex.europa.eu (consulté le ).
  17. « VIDÉO. Le succès de la Coupe du monde de ballons de baudruche organisée par Gerard Piqué », sur leparisien.fr (consulté le ).
  18. « Créez de petits éclairs avec un ballon ! », sur science.lu (consulté le )
  19. « Isère : le dernier fabricant français de ballons gonflables remplace ses tiges en plastique par des tiges en carton », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  20. « La Corée du Sud veut éviter une « guerre des ballons » avec le Nord », sur Les Echos, (consulté le )
  21. Slate.fr, « Les ballons incendiaires, l'autre arme des Palestiniens dans le conflit contre Israël », sur Slate.fr, (consulté le )
  22. (en) « Use a pump, not your mouth! », sur partysafe.eu (consulté le ).
  23. (en) « Are Balloons Using Up All The Helium? », sur balloonfacts.org (consulté le ).
  24. (en) « 5 Reasons You Should Never Release Balloons into the Air » (consulté le )
  25. (en) « Don't Let Go! Help the environment... », sur partysafe.eu (consulté le ).
  26. a b et c « En combien de morceaux un ballon éclate-t-il ? », CNRS,
  27. (en) Jan Andries van Franeker, « 5 Small facts about balloon debris », sur wur.nl, (consulté le ).
  28. (en) « European Balloon and Party Council | Brussels », sur EBPC (consulté le )
  29. (en) « Balloons & The Environment », sur Partysafe (consulté le )
  30. Emeline Férard, « Les ballons seraient les déchets les plus mortels pour les oiseaux marins », sur Geo.fr, (consulté le )
  31. « Marché de l'art : "La fille au ballon" de Banksy vendue 21,8 millions d'euros • FRANCE 24 » [vidéo] (consulté le )
  32. « Le Marchand de ballons ; Berceuse pour Gaya / L. Amade, G. Bécaud ; Gilbert Bécaud avec Raymond Bernard et son ensemble », sur gallica.bnf.fr (consulté le ) : extrait sonore.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]