Baleine à bec de Blainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
baleine à bec de Blainville
Description de cette image, également commentée ci-après
Comparaison de la taille par rapport à celle d'un humain
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Cetacea
Sous-ordre Odontoceti
Famille Ziphiidae
Genre Mesoplodon

Espèce

Mesoplodon densirostris
Blainville, 1817

Statut de conservation UICN

DD  : Données insuffisantes

La baleine à bec de Blainville (Mesoplodon densirostris) est la plus grande des baleines mésoplodontes et probablement la mieux documentée.

Description physique[modifier | modifier le code]

Le Mésoplodon de Blainville est une baleine à bec plus petite (4-6 m[1]) que la Baleine à bec de Cuvier et au bec plus long, déformé par les défenses chez les deux sexes[2].


Population et distribution[modifier | modifier le code]

Répartition estimée de la baleine à bec de Blainville (sans la Méditerranée).

Cette baleine à bec semble fréquenter toutes les mers tropicales et tempérées du monde, et des spécimens échoués ont été retrouvés de l'Islande à la Nouvelle-Zélande.

Les observations les plus fréquentes ont lieu autour d'Hawaii et aux Bahamas.

Cette espèce est signalée en Méditerranée mais à la présence très rare voire incertaine[3].

Comportement[modifier | modifier le code]

Ces baleines sont vues en groupes de 3 à 7 individus. Les plongées ont été mesurées jusqu'à au moins 22 minutes. Lorsque le cétacé fait surface, il le fait lentement et avec peu d'éclaboussures. Il se nourrit probablement de calmars et de poissons.

Conservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce a parfois été chassée ou pêchée, mais jamais exploitée de manière industrielle, faute de sous-produit valorisable. Elle demeure victime de la pollution et de prises accessoires dans les filets de pêche, et désorientée par la pollution sonore sous-marine.

Au large des Bahamas du nord-est, ces animaux sont particulièrement bien documentés, et un projet d'identification photographique a démarré peu de temps après 2002.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Ody, Frédéric Bassemayousse et Yvan Frédric, Cétacés en Méditerranée : 12 ans d'étude pour leur protection, Mèze, Biotope, , 156 p. (ISBN 978-2-36662-055-9)
  • Jean-Michel Bompar, Les cétacés de Méditerranée, Edisud, .
  • Alexandre Gannier, Connaître les cétacés de Méditerranée, Groupe de recherche sur les cétacés, , 96 p. (ISBN 978-2-9532208-0-3).
  • Encyclopedia of Marine Mammals. Edited by William F. Perrin, Bernd Wursig, and J.G.M Thewissen. Academic Press, 2002. (ISBN 0-12-551340-2)
  • Sea Mammals of the World. Written by Randall R. Reeves, Brent S. Steward, Phillip J. Clapham, and James A. Owell. A & C Black, London, 2002. (ISBN 0-7136-6334-0)
  • Possible functions of the ultradense bone in the rostrum of Blainville's beaked whale (Mesoplodon densirostris). Written by Colin D. MacLeod. Canadian Journal of Zoology, 80(1): 178-184 (2002). Available: here

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]