Baldock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baldock (homonymie).
Baldock
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Nation constitutive
Région
Comté cérémonial
District non métropolitain
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Jumelage
Identité
Code postal
SG7Voir et modifier les données sur Wikidata
Indicatif téléphonique
01462Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte du Royaume-Uni
voir sur la carte du Royaume-Uni
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Angleterre
voir sur la carte d’Angleterre
Red pog.svg

Baldock [bɔːl/dok] est une ville située dans l'Hertfordshire, en Angleterre.

Historique[modifier | modifier le code]

Vers 1142, les templiers reçoivent en donation une partie des terres du manoir de Weston (en) appartenant à Gilbert de Clare dit Strongbow (1er comte de Pembroke, fils de Gilbert de Clare (lord de Clare)). Ils y fondent la ville de Baldock et la commanderie de Baldock, puis à partir de 1199, obtiennent le droit de détenir un marché et d'organiser une foire annuelle contribuant ainsi à l'essor de ce nouveau territoire[1]. Une enquête datant de 1185 mentionne déjà la présence d'un orfèvre, d'un vigneron, et d'un marchand de tissu ainsi qu'un charretier, cinq forgerons, un tanneur, un maçon et six tisserands[2]. Ils possédaient également le droit de haute justice en qualité de seigneurs du lieu et avaient érigé une potence comme en atteste une pendaison répertoriée en 1277[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Ludwig Winder (1889-1946), écrivain tchécoslovaque mort en exil à Baldock
  • Justin Steinfeld (1886-1970), écrivain allemand mort en exil à Baldock

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Sanvignes-les-Mines (France)

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lord 2004, p. 78
  2. Lord 2004, p. 79
  3. Lord 2004, p. 77