Balaur (dinosaure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balaur.

Balaur est un genre de dinosaure théropode de la famille des Dromaeosauridae ayant vécu au Crétacé supérieur (il y a environ 70 millions d'années) et découvert en Roumanie.

Il est connu par un squelette unique partiel et il fut décrit et nommé Balaur bondoc en août 2010. Balaur d'après le nom d'une créature proche du dragon dans le folklore roumain et bondoc qui signifie « dragon trapu », en référence à la forme de ses os, qui sont plus courts et plus lourds que ceux des autres dromaeosaures. Contrairement aux autres dromaeosauridae comme le Vélociraptor, le Deinonychus ou encore le Microraptor, il n'avait pas une mais deux griffes courbes et rétractiles portées par les deux premiers orteils, et ses membres étaient proportionnellement plus petits et plus musclés que ses autres cousins. Il a généralement été décrit comme une version « musclée » du Velociraptor. Il est le théropode non-avien le plus complet d'Europe datant de la fin du Crétacé. Il possède également un grand nombre d'autres autapomorphies comme une réduction du troisième doigt du membre antérieur, doigt qui sans doute était non fonctionnel. Avec ceci et environ une vingtaine de mutations génétiques, le nouveau genre Balaur a été créé pour cette espèce.

Description[modifier | modifier le code]

Balaur est un dinosaure théropode de la famille des dromaeosauridés qui vivait à peu près il y a 70 millions d'années durant le Crétacé inférieur (le Maastrichtien). Ses os étaient plus petits et plus lourds que ceux des autres dromaeosaures. Alors que la plupart des dromaeosaures avaient au pied une seule grosse griffe rétractile sur le second orteil, Balaur en possédait une deuxième sur le premier orteil. En plus de ses membres postérieurs étranges, le squelette de Balaur est également le plus complet des théropodes non avien du Crétacé inférieur découvert en Europe. Il possède également un grand nombre d'autres autapomorphies, comme l'atrophie du 3e doigt des membres antérieurs, probablement non fonctionnel.

Le squelette partiel-composé de quelques vertèbres, ainsi que de la ceinture pectorale, le bassin et les membres-fut déterré dans la formation de Sebeş en Roumanie. Ce squelette est le plus complet et préservé d'un théropode du Crétacé inférieur en Europe. Durant le Maastrichtien, l'Europe était fragmentée en îles, et le nombre d'animaux "particuliers" est probablement du aux conditions d'isolement de ces populations dans ces régions. En général, les espèces isolées sur des îles sont sujettes à la dérive génétique ainsi qu'à la perte de gènes qui peuvent magnifier l'effet de certaines mutations habituellement diluées dans une plus grande population. D'autres effets de l'isolement insulaire, comme la règle de Foster peuvent s'appliquer. Cette règle décrit comment de petites espèces continentales deviennent plus grandes, ou inversement des espèces massives rapetissent, selon la présence de ressources nutritives sur une île. La Roumanie du Crétacé par exemple est connue pour ses sauropodes nains. Des analyses phylogénétiques rapprochent actuellement Balaur des espèces continentales asiatiques Vélociraptor, dont il est similaire en taille. En effet, avec les éléments de squelette retrouvés de Balaur, on peut supposer qu'il mesurait de 1,8 m à 2,1 m. Pour cette raison, la théorie de l'effet Foster n'est pas écartée. À présent, comparé à ses plus proches cousins, on a observé 20 caractéristiques uniques, dont un orteil sur-évolué fonctionnel équipé d'une grande griffe rétractile, de petits et forts membres postérieurs, et des muscles puissants rattachés au pelvis, ce qui indique une technique de chasse basée sur la force plutôt que sur la vitesse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers petits ossements appartenant à Balaur Bondoc, six éléments des membres antérieurs, spécimen FGGUB R. 1580-1585, furent découverts en 1997 en Roumanie par Dan Grigorescu, mais la morphologie du bras était si peu usuelle que les scientifiques n'arrivèrent pas à les reconstituer correctement, les prenant pour des restes d'oviraptorosaure. Le premier squelette partiel fut découvert en septembre 2009 en Roumanie, à environ 2,5 kilomètres au Nord de Sebeş, près de la rivière de Sebeş dans la formation Sebeş, datant du Pré-Maastrichtien et reçut d'abord comme numéro de terrain SbG/A-Sk1. Plus tard il reçut comme taxon préliminaire le numéro d'inventaire EME VP.313. La découverte fut faite par le géologue et paléontologue Mátyás Vremir du Muséum d'Histoire Transylvaine qui les envoya pour analyse à Zoltán Csiki de l'Université de Bucarest. Les résultats furent publiés le 31 août 2010 dans les Proceedings of the National Academy of Sciences. Le spécimen de 1997 montrait un individu 45 % plus long que celui de 2010 ; il fut également retrouvé dans une strate plus récente.

Le nom générique Balaur provient du Roumain pour désigner un dragon du folklore Roumain, tandis que le nom spécifique bondoc fait référence à la petite forme robuste de l'animal. Comme le balaur est un dragon ailé, ce nom rajoute une signification de plus, soulignant la relation étroite entre Balaur et les Avemetatarsalia. Bondoc a également une connotation secondaire : dérivé du turc bunduk, "petite boule", cela fait allusion aux origines probablement asiatiques des ancêtres de Balaur.

Comportement[modifier | modifier le code]

On connait peu de choses sur le comportement de Balaur, mais Cski pense qu'il aurait pu être le sommet de la chaîne alimentaire dans son écosystème limité insulaire, car on n'a jamais découvert de dents aussi grandes en Roumanie. Il pense aussi que Balaur utilisait ses doubles griffes pour déchirer ses proies, et que l'atrophie de ses mains indique qu'il ne les utilisait probablement pas pour chasser. L'une des découvertes originales montraient qu'il "était probablement plus un kick-boxeur qu'un sprinter" comparé au Vélociraptor, et était sûrement capable de chasser des animaux bien plus gros que lui. Par contre, ses techniques de chasse ainsi que ses proies typiques sont toujours inconnues.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]