Bal folk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bal Folk
Bal Folk à Avignon en décembre 2015

Un bal folk ou bal trad est l'occasion de danser des danses populaires dites folk ou trad, mélangeant danses de couple ou mixers modernes d'Europe et danse d'inspiration ou d'origine traditionnelle plus ou moins fidèle ou transformée d'abord pour la scène.

Origine[modifier | modifier le code]

Les bals folks sont apparus dans les années 1970, dans la mouvance sociale d'après mai 68. Les danses sont transmises et parfois recréées par des musiciens ou danseurs dit collecteurs.

En France le premier événement nommé "Bal Folk" a été organisé en 1973[1] avec les groupes Grand mamou Folk, Catherine Perrier et John Wright et Phil Fromont à l'ENSEA de Clichy[2]. Les groupes de musique trad et folk réinterprètent ou réinventent pour les danseurs les danses populaires, traditionnelles, de salon, de cour...

Description[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Film de danse folklorique.
Bal folk à Auch en 2016
Bal folk au Passage d'Agen en 2016.

Un bal folk est un événement où musiciens et danseurs évoluent autour de musiques et danses d’origine ou d'inspiration traditionnelle, c'est-à-dire dire du folklore. On y danse, sans spectacle ni costume folklorique, sur des musiques arrangées et revitalisées selon des influences diverses. L'ambiance est propice à la rencontre et à la convivialité.

Les musiques peuvent être d'origines traditionnelles, ou composées de toute pièce pour la danse. Les instruments joués peuvent aussi bien êtres spécifiques à la tradition (violon, accordéon diatonique, cornemuse, vielle à roue, flûtes , etc.) ou pas (guitare électrique, guitare folk, guitare basse, batterie, cuivres, électronique…)[3].

Les danses proviennent de différentes régions et milieux français (Bretagne, Auvergne, Gascogne, Poitou, Alsace ...) et de divers pays d’Europe (Irlande, Italie du Nord et du Sud, Pays basque, Catalogne, Suède…), parfois au-delà (États-Unis, Québec, pays de l'Est...)[réf. souhaitée]. Les formes en sont variées : en couple, en ronde, en chaîne, en cortège, en lignes, en quadrette...[réf. souhaitée] Elles peuvent aussi bien être issues de la tradition paysanne (branle), parfois modernisée (rondeau) qu'être absolument modernes (danse de couple, cercle circassien) et sont le plus souvent transmises de façon orale, lors de stages ponctuels ou d'ateliers réguliers.

Exemples de danse :

Aujourd'hui, des bals folk sont organisés régulièrement par des associations folk partout en France, en Suisse, en Belgique, en Italie ainsi que dans de nombreux pays non francophones ; ou prennent place lors de rencontres et festivals de danse ou musique folk ou parfois musiques dites « celtiques ».

Auvergne[modifier | modifier le code]

Les bals auvergnats sont aujourd'hui encore très populaires si l'on en croit les agendas de bals folk[4]. Y sont dansées des bourrées auvergnates bien sûr, mais également des polkas, scottish et mazurkas[5]. Les instruments traditionnels accompagnent les danseurs: vielles à roue, accordéons, cabrettes, cornemuses, violons et harmonicas.

Bretagne[modifier | modifier le code]

En Bretagne, les danses traditionnelles bretonnes sont souvent pratiquées lors des fest-noz et à la fin des repas de réunion.

Les bals bretons de l'après-midi sont des fest-deiz, ils comprennent les mêmes danses que celles des festoù-noz mais jouées un peu moins longtemps chacune (car le public des fest-deiz est plus âgé) et beaucoup de danses en quadrettes, de danses plus chorégraphiées.

Les bals bretons du soir, les festoù-noz ne comprennent presque que des danses bretonnes et ils sont différents d'un endroit à l'autre (plus de plinns en région de l'Aven, plus d'an dros chez les "Tcheu-tcheus", plus de gavottes montagne dans le pays de Carhaix, plus d'avant-deux dans le pays de Paimpol...) Etrangement, la hopsa danoise dite "Cochinchine" est régulièrement jouée et est considérée comme bretonne. La valse écossaise fait également partie du répertoire courant. Dans un fest-noz aujourd'hui, même traditionnel, on dansera au moins une valse, au moins une scottisch, au moins une polka, au moins une bourrée deux-temps et au moins une mazurka (avec un pas assez piqué, s'apparentant à celui de la polka.)

En Bretagne, ce qu'on appelle "bal folk" est un bal populaire, donc trad/folk, composé de danses non bretonnes, principalement des cercles circassiens, bourrées deux temps, maraîchines et danses en couple (scottisch, polka, valse, mazurka.) Les "bals folks" commencent à se développer en Bretagne avec des associations de jeunes qui les organisent.

Nouvelle-Aquitaine[modifier | modifier le code]

Les bals traditionnels en Aquitaine *
Image illustrative de l’article Bal folk
Bal folk à Pau en 2016
Domaines Musiques et danses
Pratiques festives
Lieu d'inventaire Nouvelle-Aquitaine
Lot
Lot-et-Garonne
Gironde
Landes
Pyrénées-Atlantiques
* Descriptif officiel Ministère de la Culture (France)

La pratique du bal traditionnel est très répandue en région Nouvelle-Aquitaine et fait partie de sa culture du Sud-Ouest. Dans ces bals sont souvent dansées des danses traditionnelles. La pratique est même répertoriée à l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Dès les années 1975-1980, on ressent en Aquitaine comme dans d’autres régions françaises le besoin de revenir à la tradition, et notamment de redonner de l’intérêt aux danses et musiques locales. C’est ainsi que la demande de bals traditionnels se fit de plus en plus forte jusque dans les années 1990, où l’émulation retomba quelque peu. Malgré tout la pratique n’a pas disparu est connait même un nouveau regain d’intérêt de la population aquitaine.

Description de la pratique[modifier | modifier le code]

Selon des données de 2009[7], on comptabilise environ 200 bals occitans par an en Aquitaine, ce qui démontre largement l’importance de cette pratique et l’engouement qu’elle suscite. Les bals sont souvent organisés par les étudiants, notamment dans la région bordelaise, mais aussi par les associations, avec des ambitions diverses. Ces bals très appréciés de la population offrent une occasion de revoir des danses régionales occitanes comme les danses gasconnes, béarnaises, périgourdines. Toute la population peut participer, la compétence chorégraphique n‘étant évidemment pas exigée pour permettre l’accès à tous, bien que certains offrent de véritables démonstrations chorégraphiques. Enfin, les bals permettent à la population de se rencontrer et de se mélanger. En effet, on y retrouve des danseurs d’aires géographiques différentes mais aussi de niveau social différent.

Références[modifier | modifier le code]

  1. par Alain Gourdin et Claude Bouillin étudiants du BDE de l'ENSEA
  2. Alain Cortial, « Les années folk », Accrofolk (consulté le 15 septembre 2012)
  3. « Playlistes BalFolk en licence libre. », sur BalLibre (consulté le 26 juillet 2018)
  4. Calendrier des bals auvergnats
  5. Article du journal régional La Montagne du 13/08/2015
  6. Fiche d’inventaire des « Bals traditionnels en Aquitaine » au patrimoine culturel immatériel français, sur culture.gouv.fr (consultée le 1er octobre 2015)
  7. Fiche d’inventaire du PCI des « Bals traditionnels en Aquitaine », page 2

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Base de données de l’Office Régional de Tourisme Aquitaine
  • Yvon Guilcher, La danse traditionnelle en France. D'une ancienne civilisation paysanne à un loisir revivaliste, Paris, Librairie de la danse, édition FAMDT, 1998.
  • Jean-Michel Guilcher, Danse traditionnelle et anciens milieux ruraux français, Paris, L’Harmattan, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]