Bajram Rexhepi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant kosovar
Cet article est une ébauche concernant un homme politique kosovar.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article biographique nécessite des références supplémentaires pour vérification (juin 2015).

Améliorez cet article en ajoutant des sources sûres. Toute information controversée sans source ou d'une source de mauvaise qualité à propos d'une personne vivante doit être supprimée immédiatement, en particulier si celle-ci est potentiellement diffamatoire. Pour une aide complémentaire consultez également Wikipédia:Notoriété des personnes.

Bajram Rexhepi (en serbo-croate, Bajram Redžepi), né le 3 juin 1954 à Kosovska Mitrovica (Kosovo, Yougoslavie), est un politicien et le premier Premier ministre du Kosovo de l'après-guerre.

Il est membre du deuxième plus grand parti politique au Kosovo, le Parti démocratique du Kosovo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'Université de Pristina et a fait ses études de troisième cycle à l'Université de Zagreb en 1985. Il a passé la majeure partie de sa carrière à travailler comme chirurgien.

Durant le conflit de 1999, Rexhepi a rejoint l'Armée de libération du Kosovo et a passé trois mois comme médecin de terrain. Aux élections générales de novembre 2001, au Kosovo, le parti de Rexhepi a remporté 25,7 % des suffrages, au deuxième rang après Ibrahim Rugova de la Ligue démocratique du Kosovo. Rexhepi a été nommé Premier ministre par l'Assemblée du Kosovo le 4 mars 2002. Dans la suite des élections générales, tenues le 24 octobre 2004, le Parti démocratique du Kosovo est arrivé en seconde place et a remporté 30 sièges au Parlement.

Rexhepi est considéré comme un politicien modéré et il a affirmé que l'un de ses principaux objectifs serait de "promouvoir la tolérance et la réconciliation".