Baie de l'Oiseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baie de l'Oiseau
Carte de la baie et de Port-Christmas établie par James Cook en 1777
Carte de la baie et de Port-Christmas établie par James Cook en 1777
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de la France France
Subdivisions
territoriales
Terres australes et antarctiques françaises
Géographie physique
Type Baie
Localisation Océan Indien
Coordonnées 48° 41′ 06″ sud, 69° 03′ 13″ est
Longueur 3,8 km
Largeur
· Maximale 2,1 km
· Minimale 0,560 km

Géolocalisation sur la carte : Kerguelen

(Voir situation sur carte : Kerguelen)
Baie de l'Oiseau

La baie de l'Oiseau est située dans la péninsule Loranchet au nord-ouest de l'île de la Grande Terre dans l'archipel des Kerguelen. Première terre abordée lors de la découverte de l'archipel par Yves de Kerguelen (1772) puis par James Cook (1776), elle abrite en son fond le premier site nommé de l'île : Port-Christmas qui sert durant deux siècles de havre aux navires.

Géographie[modifier | modifier le code]

La baie est localisée à l'extrême nord de l'archipel des Kerguelen et s'ouvre en direction de l'Est entre le cap Français au nord et la pointe de l'Arche des Kerguelen qui la ferme au sud (et la sépare de la baie de la Dauphine). Elle s'étend sur 3,8 km de longueur et 2,1 km de largeur maximales. Elle est surplombée par le mont Havergal (552 mètres) et, du fait du relief l'environnant, constitue un havre de mouillage des navires bien abrité des vents et de la houle, utilisé principalement au XIXe siècle lors des campagnes de pêche à la baleine et de chasse au phoque.

Découverte[modifier | modifier le code]

Accostage de James Cook dans la baie en 1776 (d'après une gravure de John Webber, 1784).
La baie de l'oiseau et l'arche des Kerguelen (dans le fond), lors de la prise de possession par l'aviso Eure le 2 janvier 1893.

Lors de son premier voyage en février 1772, Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec aperçoit le site mais ne peut y débarquer, mouillant au sud dans la baie du Lion-Marin où il prend possession de l'archipel au nom du roi de France. Au second voyage, il aborde l'archipel en décembre 1773 et entre dans l'anse qu'il nomme baie de l'Oiseau, d'après le nom de sa frégate L'Oiseau commandée par Monsieur de Rosnovet. Il envoie, le 6 janvier 1774, son lieutenant Henri Pascal de Rochegude à terre au fond de la baie pour laisser un message de passage et de prise de possession dans une bouteille[1], action qui sera renouvelée de manière solennelle le par le commandant Lieutard de l'aviso Eure[2].

Article détaillé : Port-Christmas.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La flore est limitée à diverses mousses et lichens formant une toundra, quelques joncs au site d'écoulement du déversoir du lac Rochegude mais sans la présence d'arbre ni d'arbuste ce qui avait justifié l'appellation d'« îles de la Désolation » par James Cook lors de son séjour en 1776. En revanche, son chirurgien de bord, William Anderson, avait dès cette date noté la présence du chou de Kerguelen sur le site qui pouvait servir de précieuse source de vitamine C pour lutter contre le scorbut qui frappait les équipages[3]. Lors de l'expédition Erebus et Terror menée en 1840 par James Clark Ross, le docteur McCormick qui explore les contreforts du mont Havergal trouve toutefois des troncs d'arbres fossilisés apportant ainsi la preuve de la présence de forêts sur l'archipel à une ancienne période géologique[4],[5]. L'archipel contemporaine ne possède strictement aucun arbre ni arbuste[6].

La baie accueille des colonies temporaires de manchots royaux et divers oiseaux (pétrels, albatros) nichant sur les falaises qui closent l'anse, ainsi que d'otaries à crinière et des éléphants de mer du sud qui accostent sur la grève au fond de la baie[7],[8],[9]. Des baleines franches australes ont aussi été observées aux abords de la baie et sur les côtes nord-ouest de l'archipel[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Three Voyages of Captain James Cook Round the World, volume 5, James Cook, éd. Longman, Hurst, Rees, Orme, et Brown, Londres, 1821, pp. 146-151.
  2. Archipel de Kerguelen sur le site de l'Institut polaire français - Paul Émile Victor.
  3. Histoire des mers australes, Jean-René Vanney, éditions Fayard, 1986, (ISBN 2-213-01777-8), p. 188-189.
  4. (en) James Clark Ross, A Voyage of Discovery and Research in the Southern and Antarctic Regions — During the Years 1839-43, vol. 1, Londres, John Murray, (lire en ligne), p. 72-75
  5. Jean-Paul Kauffmann, L'Arche des Kerguelen : Voyage aux Îles de la Désolation, éditions Flammarion, (ISBN 2-08-066621-5), p. 209
  6. À l'exception de deux arbres plantés à l'abri des habitations de Port-aux-Français.
  7. Voyage à l'Océan Pacifique de James Cook dans le Journal encyclopédique, vol. VIII partie 1, Pierre Rousseau, Paris, 15 novembre 1784, pp. 19-20.
  8. Photos de Port-Christmas sur www.kerguelen-island.org.
  9. a et b Ross (1847), p. 88.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :