Baie d'Aboukir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer. (janvier 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia. La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sources, etc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Découvrez comment faire pour le « wikifier ». Les raisons de la pose de ce bandeau sont sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aboukir (homonymie).
Baie d'Aboukir
Image satellite de la baie d'Aboukir.
Image satellite de la baie d'Aboukir.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de l'Égypte Égypte
Géographie physique
Type Baie
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 31° 18′ 00″ N 30° 10′ 00″ E / 31.3, 30.16666731° 18′ 00″ Nord 30° 10′ 00″ Est / 31.3, 30.166667

Géolocalisation sur la carte : Égypte

(Voir situation sur carte : Égypte)
Baie d'Aboukir

La baie d'Aboukir (arabe : خليج أبو قير) est une baie de la mer Méditerranée en Égypte. Plus précisément entre Aboukir — dont elle tire son nom — près d'Alexandrie et Rachid dans le delta du Nil.

Le , la bataille d'Aboukir y eut notamment lieu.

L'île Nelson est située dans la baie.

La baie d'Aboukir abrite la cité engloutie de Thônis - Héracléion. Dans cette baie, à 6,5 kilomètres des côtes actuelles, la cité de Thônis-Heracléion est sortie de l’oubli grâce à l'équipe franco-égyptienne de l'archéologue sous-marin français Frank Goddio. Il n’en existait jusqu’alors que quelques mentions épigraphiques dans des textes grecs. Dégagé du sable et de la vase à l’issue d’une myriade de plongées, l'imposant temple d’Amon du Gereb s‘est enfin révélé dans toute sa splendeur. Plus tard ont été mises au jour trois statues colossales, dont celle d’Hâpy, le dieu du Nil, ainsi qu’une stèle en granit noir de 1,6 tonnes et 2 mètres carrés. Celle-ci portait un édit du pharaon Nectanebo Ier (378-362 av. J.-C.) imposant une taxe à tous les marchands grecs mouillant dans ce port qui connaissait alors une activité intense, comme en témoignent les 700 ancres et les 16 épaves mises au jour lors des fouilles. Il avait été difficile de localiser cette cité, car le delta du Nil et le tracé du littoral ont forcément beaucoup bougé au cours des siècles. Il semblerait que la florissante Thônis ait été engloutie et rayée de la carte au VIIe siècle av. J.-C. à la suite d'un tremblement de terre et d'un raz-de-marée. Elle renaît ce soir grâce à de fascinantes prises de vue sous-marines qui illustrent la quête inlassable de Franck Goddio. Les fouilles vont permettre d'en savoir beaucoup plus sur le savoir, le savoir-faire, la vie quotidienne, les religions et la marine de cette époque. Réf: documentaire réalisé par Hofrichter-Jacobs, Mai 2013 - diffusé par Arte: Les "CITÉS ENGLOUTIES", Thônis - Héracléion en Egypte, vendredi 3 juillet 2015 à 16h25 (53 min). http://www.arte.tv/guide/fr/045744-000/cites-englouties?autoplay=1