Baidoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une localité de Somalie
Cet article est une ébauche concernant une localité de Somalie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Baidoa
Administration
Pays Drapeau de la Somalie Somalie
Région Bay
Géographie
Coordonnées 3° 07′ 00″ Nord 43° 39′ 00″ Est / 3.116667, 43.65
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somalie

Voir la carte administrative de Somalie
City locator 14.svg
Baidoa

Géolocalisation sur la carte : Somalie

Voir la carte topographique de Somalie
City locator 14.svg
Baidoa

Baidoa (Baydhabo en somali, ou Baydhowa) est une ville du sud-ouest de la Somalie. Elle est la capitale de la province de Bay.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Baidoa se situe dans le sud-ouest de la Somalie sur le continent de l'Afrique.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Baidoa possède un aéroport (code AITA : BIB).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Baidoa et la région alentour abrite un certain nombre de sites anciens intéressants. Les archéologues ont ainsi trouvé des manifestations d'art rupestre préhistorique à la périphérie de la ville, dans le village de Buur Heybe[1].

Au Moyen Age, Baidoa et ses environs faisait partie du Sultanat d'Ajuran. Ce régime couvrait une grande partie du sud de la Somalie et de l’Éthiopie orientale, avec son domaine s'étendant de Mareeg dans le nord, à Qelafo à l'ouest, et à Kismayo dans le sud[2].

À l'époque moderne, la région de Baidoa a fait partie du Sultanat Geledi. Ce royaume a finalement été incorporé dans la Somalie italienne en 1908 et a pris fin en 1910 avec la mort de son dernier Sultan Osman Ahmed[3]. Après l'indépendance, en 1960, la ville devient le centre d'un district.

En 2005, face à la montée en puissance de l'union des tribunaux islamiques, maîtres d'une grande partie du pays, le président du gouvernement fédéral de transition, Abdullah Yusuf Ahmed, s'est réfugié à Baidoa.

Le gouvernement éthiopien s'inquiète des victoires militaires des tribunaux islamiques, qui ont conquis Mogadiscio et qui ont avancé à environ 60 kilomètres de Baidoa. Alliée à Abdullah Yusuf Ahmed, l'Éthiopie décide en 2006 de déployer ses forces à la frontière des deux pays. Puis, le 20 juillet, elle envoie une partie de ces forces dans la région de Bay, une centaine de véhicules militaires étant notamment signalés par des journalistes à Baidoa, ce que dément le gouvernement éthiopien. Le parlement fédéral de transition s'établit alors en ville jusqu’à que les Al-Shabbaab en prennent le contrôle le 26 janvier 2009.

Le 22 février 2012, la ville est reprise par l'armée Éthiopienne et les forces du gouvernement fédéral de transition somalien sans combat après un retrait des Al-Shabbaab[4].

Administration[modifier | modifier le code]

C'est la capitale de la région administrative de Bay, qui fut initialement habitée par les clans Digil et Mirifle.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2000, Baidoa a une population d'environ 157 500 habitants[5]. Le district de Baidoa a une population totale de 227 761 habitants[6]. La ville est située au centre de l'une des zones les plus peuplées du pays. C'est une ville culturellement diversifiée, avec de nombreux résidents locaux provenant d'autres parties du pays[7].

En outre, Baidoa est la région de la langue Maay, une langue chamito-sémitique, principalement parlée par les clans Digil et Mirifle, dans le sud de la Somalie[8],[9]. L'usage de cette langue s'étend de la frontière sud-ouest de l'Ethiopie à la région proche de la bande côtière entre Mogadiscio et Kismayo[9]. La langue Maay diffère considérablement, dans sa structure et sa phonologie, du somali[10]. Toutefois, les orateurs maay utilisent assez souvent le somali comme lingua franca[9].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anita Suleiman, Somali studies : early history, HAAN Associates, , p. 4
  2. (en) Lee V. Cassanelli, The shaping of Somali society : reconstructing the history of a pastoral people, 1600-1900, University of Pennsylvania Press, , p. 102
  3. (en) Lee Vincent Cassanelli, The Benaadir Past : Essays in Southern Somali History, University Microfilms International, , p. 149
  4. « Somalie: les islamistes essuient un revers majeur avec la perte de Baïdoa », sur Le Parisien,‎ (consulté le 23 février 2012)
  5. (en) « Somalia City & Town Population », Tageo
  6. (en) « Regions, districts, and their populations: Somalia 2005 (draft) », Programme des Nations unies pour le développement
  7. (en) « About us », Université du Sud de la Somalie
  8. (en) Andrew Dalby, Dictionary of languages: the definitive reference to more than 400 languages, Columbia University Press, , p. 571
  9. a, b et c (en) Johhn Saeed, Somali, Amsterdam, John Benjamins, (ISBN 1-55619-224-X), p. 4
  10. (en) « Maay - A language of Somalia », Ethnologue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]