Bai Xianyong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bai.
Dans ce nom, le nom de famille, Bai, précède le nom personnel.
Bai Xianyong
Pai Hsien-yung.jpg

Bai Xianyong

Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
GuilinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père

Bai Xianyong ou Pai Hsien-Yung (chinois 白先勇 ; pinyin Bái Xiānyǒng), né le 1er juillet 1937 à Guilin (en Chine continentale) est un écrivain taïwanais résidant aux États-Unis, à Santa Barbara.

Né à Guilin, Bai Xianyong a résidé successivement à Chongqing, Shanghai, Nankin puis Hong-Kong avant de rejoindre Taiwan. Il commence des études en hydraulique à l'université Chenggong avant de choisir la littérature anglaise à l'université de Taiwan. En compagnie d'autres étudiants dont Chen Ruoxi, Wang Wenxing, Ouyang Zi (en) il crée la revue Xiandai wenxue (en) (Littérature moderne). Il s'installe à partir de 1962 aux États-Unis où il enseigne la littérature chinoise[1]. Il est considéré comme un écrivain majeur de la littérature chinoise[2],[3] et a été pressenti pour le prix Nobel de littérature[4].

Bai Xianyong appartient au mouvement moderniste de la littérature de Taiwan. Henry James, Faulkner, James Joyce ont influencé son style. Gens de Taipei (Taibei ren) est un recueil de nouvelles paru en 1971. Ces gens de Taipei sont les continentaux réfugiés à Taiwan, pris entre un passé qui n'est plus et un présent sans attirance. Le roman Garçons de cristal (en chinois Niezi, « mauvais fils ») est la première œuvre à traiter du thème de l'homosexualité dans la littérature taiwanaise[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Fallen Immortals (1967)
  • Wandering in the Garden, Waking from a Dream (1968)
  • 1971 : Taibei ren (Gens de Taibei, trad. André Lévy, Flammarion, 1997)
  • Lonely Seventeen (1976)
  • 1980 : Yuqingsao (Enfance à Guilin, trad. Francis Marche, Alinéa , 1986)
  • 1983 : Niezi (Garçons de cristal, trad. André Lévy, Flammarion, 1995 )

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.-M. Fegly, dans André Lévy (dir.), Dictionnaire de littérature chinoise, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1994, rééd. 2000, p. 10-11
  2. a et b Yinde Zhang, Histoire de la littérature chinoise, Paris, Ellipses, coll. « Littérature des cinq continents », 2004, p. 100-101.
  3. Noël Dutrait, Petit Précis à l'usage de l'amateur de littérature chinoise contemporaine, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2002, p. 106-107.
  4. Noël Dutrait, Petit Précis à l'usage de l'amateur de littérature chinoise contemporaine, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2002, p. 95.