Bagas (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Bagas (peuple).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baga.
Bagas
La mairie (août 2011).
La mairie (août 2011).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Réolais et Les Bastides
Intercommunalité Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde
Maire
Mandat
Serge Issard
2014-2020
Code postal 33190
Code commune 33024
Démographie
Gentilé Bagassons
Population
municipale
293 hab. (2014)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 33″ nord, 0° 03′ 16″ ouest
Altitude Min. 11 m – Max. 86 m
Superficie 3,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Bagas

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Bagas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bagas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bagas

Bagas (Bagàs en gascon), appelée officieusement Bagas-la-Romaine, est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Bagassons[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Bordée au nord par le Dropt, la commune se trouve dans l'Entre-deux-Mers, à 58 km à l'est-sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 21 km au nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 5,5 km au nord-nord-ouest de La Réole, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Saint-Martin-de-Lerm au nord sur moins de 500 m, Loubens au nord-est, Saint-Sève au sud-est, La Réole au sud sur moins d'un km, Les Esseintes à l'ouest et Camiran au nord-ouest.

Communes limitrophes de Bagas
Camiran Saint-Martin-de-Lerm Loubens
Les Esseintes Bagas


La Réole
Saint-Sève


La commune est traversée, à l'ouest du bourg, par la route départementale D670, ancienne route nationale 670, qui relie Sauveterre-de-Guyenne au nord-nord-ouest à La Réole au sud-sud-est ; dans le bourg, la route départementale D126 mène vers le sud-ouest aux Esseintes et au-delà à Gironde-sur-Dropt et vers l'ouest-nord-ouest à Loubens et Roquebrune ; la route départementale D129 qui commence à la sortie sud du bourg mène vers le sud-est à Saint-Sève et, au-delà, en direction de Saint-Hilaire-de-la-Noaille et Mongauzy.
L'accès le plus proche à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) est celui de sortie 4 La Réole distant de 14 km par la route vers le sud.
L'accès sortie 1 Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 31 km vers le sud-sud-ouest.
L'accès le plus proche à l'autoroute A89 (Bordeaux-Lyon) est celui de l'échangeur autoroutier Sinnbild Autobahnkreuz.svg avec la route nationale 89 qui se situe à 40 km vers le nord-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 6,5 km par la route vers le sud, de La Réole sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Notre-Dame de Bagas forme la commune de Bagas[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Guy Issard    
mars 2014 en cours Serge Issard   Professeur des écoles
Les données manquantes sont à compléter.

Communauté de communes[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Réolais ayant été supprimée, la commune de Bagas s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Réolais en Sud Gironde siégeant à La Réole.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 293 habitants, en augmentation de 12,26 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
353 254 266 250 257 285 288 278 261
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
263 276 255 256 261 274 249 261 274
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271 294 264 244 241 232 231 263 211
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
202 200 197 158 144 173 201 287 293
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur habitants.fr, consulté le 3 août 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 47,6 km pour Bordeaux, 17,3 km pour Langon et 4,9 km pour La Réole. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 3 août 2011.
  3. Historique des communes, p. 3, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 28 mars 2013.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Classement de l'église Notre-Dame », notice no PA00083120, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 4 août 2011.
  9. « Classement des peintures murales », notice no PM33000863, base Palissy, ministère français de la Culture et « Images », base Mémoire, ministère français de la Culture, consultés le 4 août 2011.
  10. « Classement du chapiteau-bénitier », notice no PM33000040, base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 4 août 2011.
  11. « Inscription du moulin », notice no PA00083898, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 4 août 2011.