Bafang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bafang
Bafang
Chefferie de Bafang
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Ouest
Département Haut-Nkam
Démographie
Population 80 821 hab.[1] (2019)
Densité 755 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 09′ 23″ nord, 10° 10′ 44″ est
Altitude 1 179 m
Superficie 10 700 ha = 107 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bafang
Géolocalisation sur la carte : Région de l'Ouest (Cameroun)
Voir sur la carte administrative d'Ouest (Cameroun)
City locator 14.svg
Bafang
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Bafang
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Bafang

Bafang est une commune du Cameroun située dans la région de l'Ouest, en pays Bamiléké. C'est le chef-lieu du département du Haut-Nkam.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Bafang est située sur la route nationale 5 à 63 km au sud-ouest du chef-lieu régional Bafoussam. Bafang possède un relief diversifié : le centre-ville est entouré de grands massifs montagneux.

Climat[modifier | modifier le code]

Bafang est doté d'un climat tropical de type Aw selon la classification de Köppen, avec une température annuelle moyenne de 19 °C et des précipitations d'environ 2 085 mm par an, plus abondantes en été qu'en hiver[2].

Le jeudi 9 septembre, pour une première dans l’histoire, il y’a eu des précipitations de neige à Bana.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le poste administratif colonial français de Bana est transféré à Bafang en 1925, en 1935 Bafang devient chef-lieu de subdivision administrative dans la région Bamiléké[3]. La République du Cameroun indépendante instaure Bafang en chef-lieu du département du Haut-Nkam en novembre 1960[4].

Structure administrative de la commune[modifier | modifier le code]

Outre la ville de Bafang proprement dite, la commune comprend notamment les villages suivants [1] :

Bafang Ville[modifier | modifier le code]

  • Bavi
  • Dokovi
  • Lieutchi-Mouankeu
  • Lossac
  • Mouankeu
  • Nguenack
  • Tchouno
  • Tomchi

Babone[modifier | modifier le code]

Baboutcha-Nitcheu[modifier | modifier le code]

Baboutcheu-Ngaleu[modifier | modifier le code]

Bafang Rural[modifier | modifier le code]

  • Bafang

Bakondji[modifier | modifier le code]

Bassap[modifier | modifier le code]

Autres villages[modifier | modifier le code]

Dynastie des rois[modifier | modifier le code]

Une vue panoramique de Bafang.

Depuis sa création, la chefferie Bafang a connu une succession de 12 rois, à savoir[5] :

  1. Fo Djatchoua
  2. Fo Njuechout-Choualeu
  3. Fo Wokndeu
  4. Fo Djomgoué
  5. Fo Djomago
  6. Fo Lapi
  7. Fo Feussom
  8. Fo Ngandjui
  9. Fo Tchouamo
  10. Fo Youaleu
  11. Fo Ngandjui Gaston
  12. Fo Kamga Ngandjui René

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 42 847 habitants[1], dont 34 941 pour Bafang Ville.

Éducation[modifier | modifier le code]

Descente du collège saint Paul de Bafang.

L'arrondissement de Bafang compte 9 établissements d'enseignement secondaire publics, dont 3 collèges et 6 lycées[6]. Le collège Saint-Paul de Bafang, créé avant l’indépendance du Cameroun, a formé de nombreuses générations de Camerounais (enseignement secondaire de la 6e et la Terminale).

Cultes[modifier | modifier le code]

Bafang est avec sa cathédrale du Cœur immaculé de Marie, le siège d'un diocèse catholique créé le . Il s'étend sur les départements du Haut-Nkam et du Nkam. Outre la paroisse cathédrale, la ville de Bafang comprend la paroisse Saint Luc de Ndovoki et la paroisse sociologique Christ The King de Bafang.

Construction de l'axe routier Bafang-Yabassi en 1969.
Transport à moto sur les routes de Bafang..

Curiosités[modifier | modifier le code]

Bafang recèle plusieurs sites touristiques comme à l'entrée de Bafang : les chutes de la Mouankeu (hautes de 60 m), la chefferie de Bafang, les ponts sur la Mouankeu, la cathédrale de Banka, le lac de Patchi, la source d'eau de la Mouankeu, le collège Saint-Paul, l’hôpital Ad-Lucem et le monument Jean-Bouendeu.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Usine de café de la Caplahn

Sport et culture[modifier | modifier le code]

Durant les mois de juin à septembre, il existe plusieurs activités culturelles et sportives dont les plus importantes sont : le championnat de vacances "Club X" et le Festival Nord-Sud.

La ville possède un stade de football municipal dans le quartier Ngueunack, plusieurs clubs d’élites de football et notamment l'UNISPORT FC et un club d'élite de basketball.

Personnalités nées à Bafang[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. « Climat Bafang », climate-data.org [1]
  3. Décret du 8 avril 1935
  4. Décret 60/70 du 30 novembre 1960
  5. Haman Mana et Mireille Bisseck, Rois et royaumes Bamiléké, Yaoundé, Les éditions du Schabel, , 236 p. (ISBN 978-9956-6-3700-3 et 9956-6-3700-9), p. 66-67
  6. « Arrondissement de Bafang », Schoolmap Cameroon [2]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Barbier, « Opérations de développement et histoire des populations. Cas de l'Opération Yabassi-Bafang (Cameroun) », in Cahiers de l'ORSTOM, série Sciences humaines, vol. XVI, nos 1-2, 1979, p. 129-152, [lire en ligne]
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Bafang », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 106 (ISBN 978-2-86950-464-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]