Bad Zurzach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bad Zurzach
Bad Zurzach
Schwertgasse à Bad Zurzach.
Blason de Bad Zurzach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton d'Argovie Argovie
District Zurzach
Communes limitrophes Küssaberg, Rekingen, Tegerfelden, Döttingen, Klingnau, Rietheim
NPA 5330
No OFS 4323
Démographie
Population
permanente
4 343 hab. (31 décembre 2018)
Densité 666 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 15″ nord, 8° 17′ 40″ est
Altitude 341 m
Superficie 6,52 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Bad Zurzach
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton d'Argovie
Voir sur la carte administrative du Canton d'Argovie
City locator 14.svg
Bad Zurzach
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bad Zurzach
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bad Zurzach
Liens
Site web www.zurzach.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bad Zurzach est une commune suisse du canton d'Argovie, située dans le district de Zurzach. La commune s’appelait Zurzach jusqu'en novembre 2006.

Abritant le tombeau de sainte Vérène, elle est un lieu de pèlerinage depuis le début du Moyen Âge.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur les bords de Rhin, à une altitude de 339 mètres, face à la bourgade allemande de Rheinheim.

Le centre historique se situe à l'entrée d'une vallée qui sépare deux collines du Jura tabulaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo aérienne (1953).

Les fouilles archéologiques ont permis de savoir que la région était habitée autour de 3000 av. J.-C. Une agglomération celtique portant le nom de Tenedo est apparue vers 400 av. J.-C. Durant la période de l'Helvétie romaine, Tenedo fut une base fortifiée et un point de passage importants, à proximité du camp de Vindonissa (Windisch).

En 1415, les Confédérés s'emparent de l'Argovie et Zurzach appartient alors au comté de Baden. En 1798, lorsque les Français envahissent la Suisse et créent la République helvétique, Zurzach devient un chef-lieu de district dans le canton de Baden.

En 1803, à la création du canton d'Argovie, Zurzach reste chef-lieu de district.

Durant plusieurs siècles, Zurzach est un important marché, à proximité de la confluence du Rhin et de l'Aar. La foire de Zurzach (attestée pour la première fois en 1363) attirait des marchands polonais et russes commercialisant le cuir. Elle était d'une ampleur sans équivalent entre Nuremberg et Milan. Elle perd toutefois de l'importance au XIXe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, graphique représentant l'évolution de la population de Zurzach :

Économie[modifier | modifier le code]

  • Solvay, groupe chimique
  • Triumph, lingerie et mode balnéaire
  • Comadur, pierres précieuses

Thermalisme[modifier | modifier le code]

Le thermalisme s'est développé à partir de 1955, profitant des sources salées abondantes dans la région. Le bâtiment des thermes a été bâti en 1968-1970 par les architectes Werner et Ernst Stücheli et Theo Huggenberger[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Vérène, ancienne collégiale. Cet édifice religieux remonte au Ve siècle. Au IXe siècle, il est lié à un couvent bénédictin, puis doté avant 1265 d'un collège de chanoines qui a été supprimé en 1876. Deux églises notablement plus grandes ont succédé au sanctuaire initial. Le bâtiment actuel offre une spectaculaire antithèse entre la nef des environs de l'an 1000 et le chœur-clocher gothique élevé sans doute par des bâtisseurs strasbourgeois entre 1294 (incendie) et 1347 (consécration). À l'ouest, la nef présente une façade baroque, avec pignon à volutes. L'imposant chœur-clocher est construit en molasse rouge typique de cette région rhénane. Il est doté de hautes baies gothiques à remplages et étayé de contreforts (partiellement renouvelés en 1468). L'édifice subit une transformation baroque douce en 1732-1734 sous la conduite de l'architecte de l'Ordre teutonique Johann Caspar Bagnato, qui ajoute des chapelles, modifie les fenêtres de la nef, remplace le jubé par une grille du chœur. Le mobilier baroque comporte des autels et stalles de style Régence par Jakob Glanz en 1733. Le même artiste compose le maître-autel en 1742-1743, avec des sculptures de Joseph Wiederkehr et tableaux de Jakob Karl Stauder[3].

La crypte gothique à trois nefs avec piliers cylindriques et voûtes d'arêtes à clefs richement sculptées abrite le tombeau de Sainte-Vérène. Le gisant daté 1613, copie peut-être une dalle plus ancienne[3].

L'église supérieure (Obere Kirche), ancienne paroissiale Sainte Marie (mixte, catholique et protestante entre 1529-1725) est aujourd'hui une salle de concert. L'édifice a souffert d'incendies en 1294 et 1471, puis a été reconstruit en 1517-1518. Plafonds ornés en 1763 de stucs dus à Lucius Gambs. Édifice sauvé en 1935 de la ruine et de l'abandon, restauré en 1996-1997. Nef et chœur polygonal plus étroit, établis sur un caveau évoquant une crypte (ossuaire)[3],[4].

Église paroissiale réformée, l'une des premières églises à disposition transversale de Suisse. Ce plan illustre une architecture typiquement protestante, en opposition avec l'habituelle disposition longitudinale des églises catholiques. Édifice construit en 1716-1717 par l'architecte Matthias Vogel. Édifice oblong à angles coupés comportant sur l'axe, en façade, une tour clocher coiffée d'un bulbe. À l'intérieur, la tribune se développe sur trois côtés. Le plafond est garni de stucs à motifs d'acanthes, dans le style du stucateur de Schaffhouse, Johann Jakob Schärer. L'orgue, de Franz Joseph Remigius Bossard, 1820, provient de la collégiale, où cet instrument se trouvait jusqu'en 1884. Vitraux de 1912, par Georg Röttinger[3].

En face du temple réformé, ancien corps de garde (Schwertgasse 40), petit édifice classique avec portique sur colonnes doriques, élevé en 1829 selon des plans de Johann Jakob Schmid[3].

Zurchach comporte un grand nombre de maisons rappelant l’époque des foires: Zum Roten Haus, Zur Rose, ou encore l'auberge Zur Waag (Hauptstrasse, aujourd'hui encore hôtel), qui est l'exemple le mieux conservé de ces anciens établissements publics. L'édifice, construit en 1679, a été transformé vers 1830. La partie antérieure, côté rue, avec son pignon à redents, abrite le restaurant et la salle à manger, tandis que la partie arrière, avec ses entrepôts voûtés et ses chambres à l'étage, est desservie par une remarquable cour intérieur entourée d'une galerie sur colonnes[3].

Dans la même veine, l'ancienne auberge du Lion (Zum Löwen) (Pfauengasse 1) est un édifice imposant, à façades en pan-de-bois et fenêtres de la fin de l'époque gothique[3].

Le château (Schloss, en fait la villa Zuberbühler), est une maison de maîtres dans le style de l'historicisme élevée en 1899 pour l'industriel textile Jakob Zuberbühler. Équipement intérieur néoclassique, avec grands vitraux Jugendstil[3].

  • Château romain et église paléochrétienne sur le Kirchlibuck
  • Musée régional Höfli
  • La commune de Bad Zurzach utilise le personnage de Papa Moll pour promouvoir le tourisme[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bevölkerungsentwicklung im zweiten Halbjahr 2013 » [PDF], sur Office de la Statistique du Canton d'Argovie
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b c d e f g h et i Kunstführer durch die Schweiz : Aargau, Appenzell, Luzern, St. Gallen, Schaffhausen, Thurgau, Zug, Zürich, t. I, Berne, Gesellschaft für schweizerische Kunstgeschichte, , 1056 p. (ISBN 3-906131-95-5), p. 140-144.
  4. Walter Edelmann, Die Obere Kirche von Zurzach, s. d. (après 1998).
  5. (de) « Home – Papa Moll Land - Bad Zurzach », sur Papa Moll Land - Bad Zurzach (consulté le 14 septembre 2020).

Sur les autres projets Wikimedia :